Nippon Sheet convoite le britannique Pilkington

Vie des sociétés | 02.11.05
Partager sur :
Nippon Sheet convoite le britannique Pilkington - Batiweb
Le groupe japonais Nippon Sheet Glass (NSG) a annoncé lundi avoir approché Pilkington, deuxième fabricant mondial de verre pour l'industrie du bâtiment, en vue d'une éventuelle reprise, ce qui a fait bondir l'action du britannique.
"Les discussions en sont à un stade vraiment préliminaire et il ne peut y avoir de certitude qu'elles déboucheront sur une offre formelle", a précisé dans un communiqué le groupe nippon, qui détient déjà une participation d'environ 20% dans Pilkington, acquise en 2000. Le groupe britannique, également leader mondial des pare-brise, avait précédemment indiqué avoir été l'objet d'une approche, sans préciser le nom de l'éventuel acquéreur.

Le groupe français Saint-Gobain, l'irlandais CRH et le britannique Guardian, ainsi que les fonds d'investissement Bain Capital, Cinven et CVC Capital, avaient été cités parmi les repreneurs potentiels de Pilkington, avec une offre à 180 pence.

L'action Pilkington a grimpé de 25% jusqu'à 159,50 pence à la faveur de la nouvelle. A 15H30 GMT, le titre était encore en hausse de 19,37% à 152,50 pence, pour une capitalisation de 2 milliards de livres environ (3 mds EUR).

Les analystes se sont montrés plutôt optimistes sur l'issue des négociations. "Ils connaissent bien la direction et la compagnie. Ils pourraient menacer de vendre leur part si les discussions achoppaient sur le prix", a commenté l'un d'eux sous le couvert de l'anonymat. "J'ai du mal à imaginer qui d'autre au sein du secteur pourrait lancer une contre-offre", a souligné David Taylor, analyste de Teather and Greenwood, alors que Saint-Gobain est déjà occupé avec le plâtrier BPB et se heurterait à des problèmes de concurrence, tout comme le japonais Asahi, qui vient de racheter le belge Glaverbel.

L'annonce de NSG intervient dans un contexte de consolidation du secteur du BTP en Grande-Bretagne, amorcé par le français Lafarge en 1997 avec le rachat de Redland. Depuis, Anglo American a repris Tarmac en 1999, Lafarge encore a repris Blue Circle en 2001, le mexicain Cemex a mis la main sur RMC en 2004 et cette année le suisse Holcim a déjà repris Aggregate Industries.

Fondé en 1826, Pilkington emploie 23.800 personnes dans 24 pays et commercialise ses produits dans plus de 130. Il a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 2,7 milliards de livres (3,9 mds EUR).

Il détient une part de marché de 22% en Europe pour le "verre flotté" destiné à l'industrie du bâtiment, derrière Saint-Gobain. Il est également l'un des plus gros acteurs du marché en Amérique du Sud et en Asie du Sud-est et Océanie. Le "verre flotté", inventé en 1952 par Alastair Pilkington, est un verre dont les deux faces sont parfaitement unies et exemptes de distorsion, sans avoir besoin de les meuler ou de les polir.

Selon des chiffres de Pilkington, la demande mondiale de plaques de verre s'est élevée à 38 millions de tonnes en 2004, pour un marché de 15 milliards d'euros. L'Europe, la Chine et l'Amérique du Nord représentent 75% de la demande mondiale. Pilkington, Saint-Gobain, Asahi et Guardian assurent 61% de la production mondiale de verre flotté de haute qualité.

Nippon Sheet Glass, dont les premières activités remontent à 1918, emploie 12.000 personnes et son chiffre d'affaires s'est élevé à environ 1,9 milliard d'euros en 2004. Il fabrique du verre pour le BTP et l'industrie des transports, mais aussi de la fibre de verre et de la fibre optique pour le secteur des télécommunications.

Redacteur