Compromis signé, la commission de l'agence est due Vie pratique | 23.10.18

Partager sur :
Selon la législation en vigueur, un agent immobilier ne peut recevoir sa commission qu’une fois le compromis de vente signé, la transaction étant alors considérée comme ‘’parfaite’’. Les deux signataires, l’acheteur et le vendeur, se retrouvent dès lors soumis à un engagement réciproque et irrévocable. Dans cette situation, un acquéreur ayant renoncé à son achat se verra obligé de verser la commission de l’agence et des indemnités au vendeur.
Le compromis de vente signé chez l'agent immobilier oblige à lui verser sa commission car la vente est "parfaite".

L'agent immobilier n'a droit à sa commission qu'après la signature d'un acte écrit mentionnant l'engagement définitif des deux parties, mais il n'est pas nécessaire que ce soit l'acte notarié, a rappelé la Cour de cassation.

Le "compromis" est en effet un engagement réciproque de l'acheteur et du vendeur et tous deux étant d'accord sur le bien et sur le prix, sont engagés définitivement et tenus d'aller signer l'acte chez le notaire lorsqu'il sera prêt.

Dès lors, cette promesse réciproque de vente et d'achat est un engagement irrévocable pour les deux signataires qui donne droit à la commission de l'agent immobilier.

La Cour a déjà jugé que cet intermédiaire n'avait droit à sa commission qu'en cas de transaction définitivement conclue, ce qui est le cas avec la signature du compromis.

Celui qui renoncerait par la suite à se rendre chez le notaire pour acheter ou pour vendre commettrait une faute. La Cour vient de juger dans un cas semblable que l'acquéreur ayant renoncé alors qu'il était définitivement engagé, devait non seulement des indemnités au vendeur mais également la commission de l'agence.

Il en va différemment si le compromis prévoit des conditions suspensives qui empêchent finalement la vente de se réaliser.

(Cass. Civ 1, 10.10.2018, E 16-21.044).
(AFP)

Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

Dans la vente échelonnée, contrôler avant de payer

La vente échelonnée, toujours une bonne idée ? Pas nécessairement, à en croire la Cour de cassation. En effet, l’acquéreur d’un bien immobilier neuf doit toujours s’assurer que la banque verse bien les fonds selon l’état d’avancement des travaux, sous peine de voir cet argent perdu dans le cas où l’opération ne serait pas menée à son terme. Les détails.
Rien n'est sûr avec un

Rien n'est sûr avec un "pacte de préférence"

Attention au pacte de préférence ! Cet avant-contrat, qui engage une personne auprès du bénéficiaire du pacte à ne pas conclure d’autre contrat avec un tiers, ne présente aucune garantie dans le cadre de la vente d’un bien immobilier. C’est en tout cas l’avis de la Cour de cassation, qui estime que le pacte de préférence n’est pas un droit de préemption, par lequel il est possible d’acquérir un logement en priorité. Explications.
La préemption n'est pas une spoliation

La préemption n'est pas une spoliation

Remanié par la fameuse loi SRU, le droit de préemption permet aux communes dotées d'un plan local d'urbanisme, d'une carte communale ou d'un plan d'occupation des sols d'acquérir en priorité tout bien foncier ou immobilier mis en vente. Aujourd'hui encore, il fait largement débat, mais la Cour de cassation est formelle : le droit de préemption n'outrepasse pas le droit de propriété.
Le permis de construire est restrictif

Le permis de construire est restrictif

D’après la Chambre criminelle de la Cour de cassation, la délivrance d’un permis de conduire n’accorde pas nécessairement le droit de modifier le terrain. De fait, son bénéficiaire n’est pas autorisé, par exemple, à rehausser le niveau du sol. Selon la législation en vigueur, il est également nécessaire de faire une nouvelle demande de permis de construire dès lors que la destination du projet change. Éclairage.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter