Plus de 500 000 postes à pourvoir dans le BTP d'ici 2022 Vie pratique | 28.04.15

Partager sur :
L'activité du BTP et l'emploi dans ces métiers devraient être stimulés de façon positive par plusieurs facteurs à l'horizon 2022, selon le rapport « Prospective des métiers et qualifications » remis par France Stratégie et la Dares au ministre du Travail François Rebsamen ce mardi. Le secteur pourrait en effet offrir jusqu'à 554 000 postes à pourvoir à l'horizon 2022. Analyse.

Le BTP est un secteur d'avenir, si l'on en croit le dernier rapport présenté ce mardi au ministre du Travail François Rebsamen par la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques et France Stratégie.

Selon le scénario central retenu*, le domaine du bâtiment et des travaux publics pourrait offrir 554 000 postes à pourvoir à l’horizon 2022 (hors mobilité professionnelle), ce qui représenterait chaque année 2,8 % des effectifs du domaine.

128 000 emplois seraient ainsi créés dans les métiers du bâtiment et des travaux publics sur la période 2012-2022 (+0,6 % par an), voire 150 000 en cas de rebond de la productivité de l’économie française.

Une autre partie de ces postes à pourvoir proviendrait des départs en fin de carrière, estimés à 426 000 sur la période 2012-2022. A noter que la part importante des départs pour raison de santé pose la question des conditions de travail en fin de carrière, dans un contexte de recul attendu des âges de départ.

L’accroissement du nombre de ménages, l’adaptation des logements au vieillissement de la population et à la dépendance, les exigences réglementaires et environnementales croissantes, notamment en termes de performance énergétique sont autant de facteurs qui permettront de stimuler « sur le moyen-long terme » l’activité du BTP et de dynamiser l’emploi dans ces métiers.

Recherche architectes et cadres

Si cette proportion est « légèrement inférieure » à celle projetée pour l’ensemble des métiers, elle serait en revanche particulièrement élevée parmi les architectes et cadres (3,5 %), en raison de nombreuses créations d’emplois.

La proportion de postes à pourvoir serait plus faible parmi les ouvriers peu qualifiés, notamment ceux du gros œuvre, des travaux publics et du béton (1,9 %), en raison d’une hausse limitée de l’emploi conjuguée à des départs en fin de carrière réduits.

Les embauches devraient cependant rester nombreuses sur ces postes soumis à un fort turn-over, lié à des conditions de travail parfois difficiles mais aussi à des transitions vers des emplois plus qualifiés. Ces métiers devraient ainsi continuer à offrir des opportunités d’insertion et de promotion à des jeunes sans diplôme, notamment via l’apprentissage.

Sur ce sujet plus particulièrement, le ministre du Travail doit lancer ce mercredi 29 avril, aux côtés de Gérard Mestrallet la création de la fondation pour l’apprentissage. « La fondation pourrait justement reprendre cette liste de métiers identifiés dans lesquels l’alternance pourrait être développée et mettre en place des actions pratiques rapidement », a-t-il précisé.

Montée en compétence

« La complexification des chantiers, les avancées technologiques et la recherche de qualité globale et « durable » de la construction devraient se traduire par une montée en compétence au sein des différents métiers du bâtiment, mais aussi par des créations d’emplois qualifiés, techniciens, cadres ou ouvriers qualifiés », précisent les auteurs du rapport.

Le niveau demandé à l’embauche pourrait ainsi continuer à augmenter. La formation des personnels pour répondre aux mutations du secteur apparaît comme un enjeu important des dix prochaines années dans un secteur constitué de nombreuses entreprises artisanales.

Plus de femmes dans les métiers du BTP

Le profil de recrutement des ouvriers reste quasi exclusivement masculin actuellement. Les nombreuses actions tant des professionnels que du service public de l’emploi pour féminiser les métiers du bâtiment, après l’apparition de tensions à la fin des années 1990, ont eu un impact très limité sur les chantiers.

Les femmes sont cependant de plus en plus présentes parmi les architectes et cadres, représentant près du tiers des jeunes sortis depuis moins de dix ans du système éducatif. Leur présence dans ces métiers hautement qualifiés devrait donc continuer à s’affirmer au cours des dix prochaines années, mais elle restera marginale parmi les ouvriers.

Quel avenir si la crise se poursuit ?

Si le rapport dresse un constat plutôt porteur d'espoir pour les acteurs du BTP, il n'exclut pas que l'ensemble de cette dynamique pourrait être freinée par l'absence de croissance. « Dans une conjoncture morose dégradant les conditions de financement, la construction de logements, de bureaux, les dépenses de rénovation thermique ou autres investissements pourraient être retardés », souligne le rapport.

Ainsi dans le « scénario de crise » proposé par le rapport, l’emploi dans les métiers du bâtiment et des travaux publics se limiterait à la création de 82 000 emplois supplémentaires en dix ans (+0,4 % par an).

C.T
© pixarno - Fotolia

* La Dares et France Stratégie ont présenté leurs projections de créations d'emplois, dans le cadre d'un scénario central et deux alternatifs : un scénario « de crise », dans lequel la situation de la compétitivité française et européenne est dégradée et la contrainte financière accrue, et un « scénario cible » caractérisé par un rebond de la productivité de l’économie française, porté par une stratégie d’investissement et d’innovation.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Plombé par le BTP, l'intérim recule de 2,9 % - Batiweb

Plombé par le BTP, l'intérim recule de 2,9 %

En baisse depuis août, l'emploi intérimaire a encore reculé de 2,9 % en octobre 204 par rapport à la même période l'an dernier, fortement affecté par la chute des effectifs dans le secteur du BTP, selon le Baromètre Prism'Emploi publié mercredi. L'emploi intérimaire connaît cependant une évolution contrastée selon les régions.
KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE ! - Batiweb

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP, de l'industrie et des collectivités présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !

En permanence à l'écoute des besoins des professionnels du bâtiment et des travaux publics, KILOUTOU, leader de la location de matériels en France, vous propose une gamme complète de chauffages : -Chauffages industriels électrique, au gaz ou au fioul -Utilisations intérieures et extérieures -Tarifs dégressifs adaptés à la durée de la location -Plus de 10000 matériels disponibles à la location pour un volume chauffé de 10 m3 à plus de 10 000m3.
KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP et de l’industrie présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !  - Batiweb

KILOUTOU, loueur de matériel pour les entreprises du BTP et de l’industrie présente sa GAMME DE CHAUFFAGE !

En permanence à l’écoute des besoins des professionnels du bâtiment et des travaux publics, KILOUTOU vous propose une gamme complète de chauffages (industriels électrique, au gaz ou au fioul) pour des utilisations intérieures ou extérieures. Plus de 10 000 matériels disponibles à la location pour un volume chauffé de 10 m3 à plus de 10 000m3, avec des tarifs dégressifs adaptés à la durée de la location !

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter