Les architectes, grands oubliés de la commission Rebsamen selon l’UNSFA

Architecture | 04.06.21
Partager sur :
Les architectes, grands oubliés de la commission Rebsamen selon l’UNSFA - Batiweb
Mardi 1er juin, le ministère de la Transition écologique dévoilait les membres de la commission Rebsamen, visant à identifier et lever les freins à la délivrance de permis de construire. L’UNSFA a réagi dans la foulée, déplorant l’absence d’architecte. Explications de Jean-Michel Woulkoff, président de l’UNSFA.

Dans un récent communiqué, l’UNSFA présente les architectes comme les grands oubliés de la commission Rebsamen, et cela ne semble pas être la première fois…

 

Jean-Michel Woulkoff : Quatre textes sont sortis sans qu’aucun représentant de la maîtrise d’œuvre côté architecte n’intervienne. Il y a eu le rapport Sichel, le rapport Michel-Rivaton, le rapport Rebsamen, puis la dernière commission mis en place par le ministère des Finances, au sujet de la médiation sur la flambée des prix et le risque de pénuries des matières premières engendrant des retards de chantiers. 

On est donc assez mécontents, car nous communiquons régulièrement avec les ministères, réalisons des interviews, diffusons des communiqués de presse. Mais visiblement, ce sont à chaque fois des représentants de la maîtrise d’ouvrage ou des personnalités politiques qui sont conviés dans les discussions tandis que nous, la maîtrise d’œuvre, sommes oubliés.

Il ne s'agit pas d'un problème d'ego ou d'une mise en avant corporatiste de la profession. Par notre formation, nous sommes des professionnels avec un esprit de synthèse et une déontologie, qui travaillons dans une mission d'intérêt général : la conception du cadre de vie et l'aménagement de la ville. Nous trouvons simplement normal d'être auditionnés sur notre savoir-faire ou bien représentés au sein des différentes commissions. Je ne veux pas croire que tous les éminents politiques qui nous gouvernent n'aient pas ce bon sens-là. 

Qu’est-ce qui pourrait améliorer cette représentation selon vous ?

 

Jean-Michel Woulkoff : Je pense qu’à un moment, il faut véritablement revoir la coordination interministérielle qui aborde les questions du bâtiment. Le métier d’architecte intervient dans différents domaines. D’abord dans l’économie, car nous formons des entreprises et donc des acteurs économiques. Puis côté logement et développement durable et enfin culture, car mes confrères et moi sommes à l’origine des projets d’habitation et de construction. 

Il est donc important de créer une coordination afin que l'on soit parties prenantes dans les différentes commissions traitant du cadre de vie, de l’environnement ainsi que de l’habitat. Sinon, il faut s’interroger sur le positionnement des architectes au sein du ministère de la Culture.

Quelles sont les propositions des architectes pour lever les freins à la délivrance de permis de construire ?

 

Jean-Michel Woulkoff : La première solution serait de faire du Plan Local d’Urbanisme (PLU) une règle et non pas une base de négociation. A partir du moment où ce un PLU est en vigueur, ce document doit s’appliquer pleinement et régir les droits de construction et non pas être revu par les maires et les élus.

Ensuite, il faut accélérer les processus de délivrance de permis de construire, qui peuvent durer jusqu’à huit mois, parce qu’il y a des demandes de pièces complémentaires ou d’autres freins. Parfois, on met plus de temps à obtenir un permis qu’à construire. La dématérialisation des documents peut vraiment aider en ce sens.Encore aujourd’hui, on doit déposer notre demande à la mairie dans un dossier allant jusqu’à dix cartons, alors qu’on est capables de les transmettre en PDF ou via des liens de téléchargement. 

De plus, ce mode est préférable en termes de développement durable.Il sera normalement obligatoire dès 2022 et j’ose espérer que cela va marcher, comme pour la Ville de Paris où la dématérialisation est déjà lancée. 

 Il y a eu aussi de notre part des propositions des mesures dérogatoires sur les PLU dans le cadre de la rénovation. Elles permettent de densifier des bâtiments construits par des surélévations ou des bonifications de surface afin d’augmenter la qualité de l’isolation des bâtiments.

 

La commission Rebsamen fait partie d’un plan plus large pour la relance d’une construction durable. Où en-est la profession d’architecte en termes de développement durable et au niveau de la crise liée au Covid-19 ?

 

Jean-Michel Woulkoff : Côté environnement, nous avons déjà soutenu le zéro artificialisation net des sols tout comme les opérations de rénovation urbaine à l’échelle de l’immeuble mais de l’île aussi, ce qui permet d’éviter des problématiques thermiques importantes dans les cœurs d’ilots.

La crise sanitaire, quant à elle, a évidemment impacté notre profession. D’après les sondages que nous avons réalisés, nous avons perdu 15 à 20 % de notre chiffre d’affaire sur l’année 2020, du fait des décalages d’instructions d’urbanisme instaurés par les ordonnances de mars 2020.Or la baisse de chiffre d’affaire des architectes signifie derrière une baisse des chiffres d’affaires des autres entreprises du bâtiment.On en est donc à 20 milliards d’euros de décalage de travaux selon nos estimations. 

En compagnie de la Capeb, de la FFB et nos partenaires de la maîtrise d’œuvres, nous avons déjà alerté le gouvernement sur cesreports.Heureusement, ces derniers se rattrapent en2021. Cependant, un certain nombre d’acteurs, compte tenu de la crise économique, ne réengagent pas la totalité de ce qu’ils devaient accomplir, simplement pour des questions de recadrage et de rééquilibrage de budget.Il y aura alors forcément des répercussions sur l’activité du bâtiment au second semestre 2021.

Propos recueillis par Virginie Kroun

Photo de une : ©UNSFA - Jean-Michel Woulkoff 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Mouvement de grève : une journée sans professionnels libéraux - Batiweb

Mouvement de grève : une journée sans professionnels libéraux

Suite à la publication par Bercy du rapport de l'IGF sur la dérèglementation des professions libérales, les professionnels ont décidé de se mobiliser en cette journée du 30 septembre. Ils dénoncent entre autre un rapport rédigé «totalement à charge » et « en dehors de la réalité ». Explications du conflit et réaction de Patrick Julien, délégué général de l'Unsfa à la veille de la mobilisation.
Professions réglementées : les architectes manifesteront à nouveau le 22 janvier - Batiweb

Professions réglementées : les architectes manifesteront à nouveau le 22 janvier

L'Union nationale des syndicats français d'architectes (Unsfa) appelle à nouveau les architectes à une manifestation nationale le 22 janvier prochain. Le mouvement s'inscrit en continuité des autres actions qui ont eu lieu durant les mois de septembre et d'octobre pour contester la réforme des professions réglementées, notamment le volet portant sur l'ouverture du capital des sociétés.
Réinventer Paris : « la ville ne peut se créer avec le porte-monnaie des architectes » (Unsfa) - Batiweb

Réinventer Paris : « la ville ne peut se créer avec le porte-monnaie des architectes » (Unsfa)

Suite à l'annonce des 22 lauréats de « Réinventer Paris », de nombreux professionnels ont fait entendre leur mécontentement, dénonçant les modalités de participation et le cahier des charges définis par la Ville de Paris. Régis Chaumont, président de l'Unsfa, Union nationale des syndicats français d'architectes, nous donne à son tour son point de vue. Interview.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter