Fermer

Un ticket à 12 milliards pour rejoindre le club fermé des grands ports du monde

Dans le port du Havre, s’ouvre actuellement un chantier qui devrait, à l’horizon 2004, modifier profondément la région et l’économie portuaire de la France.
Publié le 23 janvier 2002

Partager : 

Un ticket à 12 milliards pour rejoindre le club fermé des grands ports du monde - Batiweb
Le signal de départ vient d’être donné au Havre à la construction de port 2000. Ce coup d’envoi concrétise le long chemin administratif d’une décision prise en 95 par Jacques Chirac lors de son accession à la tête de l’Etat : redonner à la France un port d’influence mondiale. Avec la construction de Port 2000, Le Havre pourrait en effet dès 2004, prétendre à retrouver sa place perdue depuis longtemps dans le club très fermé des grands ports européens et mondiaux. Pour cela, les entreprises GTM, Dumez-GTM, Campenon Bernard, Dredging international et Solétanche Bachy ont ouvert un chantier titanesque qui mobilisera pendant quatre ans plus de mille salariés. Deux digues de 6 et 4 km devraient bientôt s’ouvrir sur un nouveau chenal d’accès au port. Cette première et triple opération n’est pas des plus modestes car ce ne sont pas moins de 80 millions de m3 de remblais qui vont devoir être déplacés, notamment lors du dragage du chenal et du creusement des bassins. Un terrassement colossal d’où sortiront des kilomètres de quais et plusieurs bassins de grande profondeur. Dans une deuxième phase, plus de 300 hectares aménagés constitueront l’une des plus importantes plate-formes maritimes de la façade ouest du continent. Aux côtés du terminal container, le programme prévoit également un vaste plan de développement industriel. La première étape de ce super-chantier devrait se terminer fin 2004 et la deuxième en 2010. Le cahier des charges implique fortement les entreprises de TP locales. Une bouffée d’oxygène pour une région traumatisée, qui a connu en la matière une fin de siècle en forme de fin du monde avec la disparition de tous ses grands sites industriels. Avec son pôle pétrochimique de première importance et ses nouvelles activités portuaires, l’horizon 2004 s’annonce au Havre comme une véritable renaissance. D’ors et déjà de grands opérateurs comme la SCAC ou le couple Sogaris Eiffage se sont portés candidats à une implantation accompagnée d’investissements massifs. Mais l’ultime ambition de la région est de redonner au Havre sa place parmi les plus grands ports européens. Une place que la France, malgré sa situation côtière, n’avait pas su conserver. Mais aujourd’hui, au grand dam de ses rivales Rotterdam et Anvers, la ville est aujourd’hui soutenue par l’Europe. Pour l’heure, le démarrage de ce chantier qui équivaut à une année d’activité nationale de travaux maritimes, a été précédé de plusieurs mois de travaux de déminage. En effet, la région havraise n’est pas seulement marquée par son passé de poudrière sociale, son sous-sol porte aussi les séquelles d’une autre histoire, celle d’une époque ou là aussi, Le Havre fut la porte d’une nouvelle Europe.

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.