Les Agences de l’eau alertent des effets négatifs si leur budget est réduit Collectivités territoriales | 09.10.13

Partager sur :
L’organisation professionnelle Canalisateurs de France, qui fédère les entreprises de pose et de réhabilitation des réseaux d’eau et d’assainissement, s’alarme sur les lourdes conséquences environnementales, sociales et économiques, face à la remise en question des budgets des Agences de l’eau, qui vient d’être confirmée par le projet de loi de finances 2014.

Parmi les pistes d’économie du projet de loi de finances, un prélèvement de 210 millions d’euros sur la trésorerie des 6 Agences de l’eau françaises a été acté. Le Gouvernement va ponctionner les Agences de l’eau pour l’année 2014 à hauteur de 10 % de leurs recettes provenant des redevances sur l’eau, au motif que leur situation financière est saine avec un fonds de roulement qui leur évite de s’endetter. C’est, de fait, 210 millions d’Euros qui iront directement au budget général de l’État.

Un paradoxe pour l'organisation professionnelle Canalisateurs de France, membre de la Fédération Nationale des Travaux Publics, qui rappelle que la feuille de route consacrée à la politique de l’eau lors de la Conférence environnementale des 20 et 21 septembre a réaffirmé l’importance d’une politique intégrée de la gestion de l’eau (petit et grand cycle), le bien fondé du système français « l’eau paie l’eau » et une meilleure application du principe pollueur-payeur.

Les « primes de bonnes épuration » visées

Sont notamment visées les « primes de bonnes épuration » versées par certaines agences à des collectivités, dont les stations d’épuration fonctionnent bien. Ces primes constituent, pour les communes qui en bénéficient, une source de financement importante, sans laquelle les investissements d’entretien et de rénovation des réseaux seraient très impactés, alors même qu’il est déjà urgent de les entreprendre.

« Cette ponction dans la trésorerie des Agences, si elle venait à se reproduire régulièrement, ferait courir le risque d’investissements en dents de scie. Les bénéficiaires des aides des programmes des Agences (dont les collectivités locales) ne pourraient plus, dès lors, planifier leurs projets. Les conséquences d’une telle mesure sont aussi économiques et sociales. L’effet levier des aides des Agences de l’eau est significatif sur le financement des projets pour entretenir et rénover les réseaux car ils génèrent des travaux, source d’emplois non délocalisables » détaille l'organisation.

Une mesure qui va à l’encontre de l’engagement de l’État

En effet, les redevances sont versées en partie par les secteurs économiques industriels et agricoles, mais elles le sont avant tout, et à plus de 80 %, par les usagers domestiques. Cela signifie que ce prélèvement, qui ne sert qu’à améliorer la qualité de l’eau, devient en partie un impôt, qui sera payé par l’ensemble de la population, et en particulier par les plus défavorisés.

« À l’évidence, cela va totalement à l’encontre de l’engagement de l’État de ne faire payer que les riches pour rétablir son équilibre financier » indique Canalisateurs de France, car « si l’eau ne paie plus seulement l’eau, c’est tout l’équilibre d’un système efficient qui s’effondre, à l’heure où il est indispensable de mener une gestion durable et patrimoniale des réseaux d’eau et d’assainissement en France ».

B.P

Image credit: hansenn / 123RF Banque d'images
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Top départ des Assises de l’eau - Batiweb

Top départ des Assises de l’eau

L’annonce avait été saluée par les Canalisateurs, c’est désormais une réalité. Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la transition écologique, a réuni hier, le premier Comité de pilotage de la première séquence des « Assises de l’eau ». Elle doit permettre de traiter trois enjeux principaux dont l’amélioration de la connaissance des réseaux d’eau potable et d’assainissement.
 Les Canalisateurs saluent l'organisation des « Assises de l'eau » en 2018  - Batiweb

Les Canalisateurs saluent l'organisation des « Assises de l'eau » en 2018

En 2018, l’eau devrait occuper une place centrale dans les discours et politiques publiques avec le lancement d’une grande concertation, la présentation d’un « new green deal » visant notamment à donner « un nouvel élan économique » pour la France et ses territoires, et l’organisation des Assises de l’eau. Ces événements devraient venir répondre à la problématique du financement des réseaux et infrastructures d’eau et d’assainissement. C’est en tous cas ce qu’espère la filière.
Le « système déchet » est bien trop complexe, selon l’APUR - Batiweb

Le « système déchet » est bien trop complexe, selon l’APUR

Le Plan Climat de la France vise la neutralité carbone à l’horizon 2050, un objectif qui exige une transformation des modes de production et de consommation. Dans ce cadre exigeant, l’Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) a lancé le premier « Atlas des Grandes Fonctions Métropolitaines ». Le document propose une analyse des grands services urbains. Le 4e volume, présenté le 13 février dernier, est consacré aux déchets. Il dresse l’état des lieux d’un « système complexe installé ». Détails.
« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP - Batiweb

« Il est urgent de réinvestir nos réseaux d'eau ! », Bruno Cavagné, président de la FNTP

En avril dernier, le gouvernement lançait les « Assises de l’Eau ». Le but, mobiliser de nouvelles capacités financières et d’ingénierie technique pour répondre au besoin de renouvellement des réseaux d’eau et d’assainissement. Alors que les premiers travaux seront bientôt clôturés, Bruno Cavagné, président de la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) propose une analyse quant au « délabrement progressif » des canalisations en France. L’heure est à l’action !

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter