Ligne 11 du métro parisien... pas qu'un "simple" prolongement

Collectivités territoriales | 30.11.09
Partager sur :
Ligne 11 du métro parisien... pas qu'un "simple" prolongement - Batiweb
Le prolongement de la ligne 11 impactera forcément la qualité de vie de milliers de personnes. Ce sont autant de logements à créer, de nouveaux locaux commerciaux, entreprises nouvelles, crèches, etc. Une "requalification urbaine" voulue par la Région Ile-de-France qui a souhaité avancer avec les communes.
Vendredi le président de la Région Jean-Paul Huchon a présenté et soumis au vote des élus régionaux la « Charte pour un territoire durable autour du prolongement de la ligne 11 », rédigée par l'association « Pour la promotion du prolongement de la ligne 11 ». Objectifs autour de ces 6 km de prolongement (5 nouvelles stations créées) : « assurer le lien entre sites urbains et paysagers ; renforcer l'attractivité et la diversité économique, assurer l'accessibilité, développer une offre de logements, renforcer la mixité des fonctions (logement, commerces, services), et promouvoir la mobilité durable dans des espaces publics », écrit la Région dans un communiqué diffusé avant le weekend.

Engagements

Alors qu'il ne s'agissait au départ "que" de prolonger la ligne 11 du métro, de son actuel terminus (Mairie des Lilas) jusqu'à Rosny-sous-Bois Bois-Perrier – permettant une liaison avec le RER E – la Région a voulu aller plus loin en menant une « démarche expérimentale (...) : imbriquer la création de cette nouvelle infrastructure de transports avec les projets d'aménagement portés par les communes ». Travailler main dans la main avec les communes donc. Ce qui, selon la Région, s'est fait dans une « parfaite synergie avec les communes et les acteurs concernés ».

Par le vote de cette Charte, la Région Ile-de-France s'engage à :
• financer la ligne de transports en commun
• demande à l'Etat de considérer comme prioritaire l'engagement de travaux avant la fin du contrat Etat-Région en 2013,
• inciter au développement des déplacements par modes doux et financer les aménagements de bus,
• financer les études nécessaires à la finalisation du projet de territoire,
• accompagner les réflexions en matière d'équipements publics.

Laurent Perrin

Redacteur