Fermer

Lisbonne : opération "capitale du charme"

La ville de Lisbonne a annoncé mardi la mise
en vente, à partir du mois prochain, de six palais des XVIIIe et XIXe siècles,
situés pour la plupart dans le coeur historique de la capitale, qui devront
être restaurés et transformés en hôtels de charme.
Publié le 15 janvier 2009

Partager : 

Lisbonne : opération "capitale du charme" - Batiweb
Escalier à double révolution, moulures travaillées du XVIIIe siècle, "jardin muré à caractère romantique", le Palacio Pancas Palha, estimé à 4 millions d'euros, est la plus vaste et la plus chère des bâtisses mises en vente, dont plusieurs sont classées "patrimoine historique". Avec des mises à prix allant de 400.000 à 4 millions d'euros selon les édifices, l'opération baptisée "capitale du charme" devrait rapporter près de 13 millions d'euros à la ville, lourdement endettée, et qui a déjà réduit ses dépenses de 30%, soit de 250 millions d'euros, au cours des deux dernières années.

"Il ne s'agit pas seulement d'aliéner notre patrimoine, il s'agit aussi de contribuer à la diversification de l'offre hôtelière de la ville de Lisbonne", a déclaré le maire socialiste Antonio Costa, lors de la présentation publique de cette opération qui doit également permettre la réhabilitation de bâtiments fermés au public et pour certains très dégradés. "Nous allons les vendre au plus offrant un par un, à partir de février", a précisé M. Costa, qui s'est donné comme ambition de "faire de Lisbonne la capitale du charme".

Inégalement conservés, les palais devront subir des interventions plus ou moins lourdes, qui devront respecter leur structure et les éléments décoratifs originaux. Les futures unités hôtelières devraient accueillir entre 15 et 40 chambres chacune, soit moins de 250 au total. Malgré une conjoncture difficile, le président de l'Association du tourisme de Lisbonne Vitor Costa a affirmé à la presse que "de nombreux groupes hôteliers nationaux s'étaient déjà montrés intéressés". Et la mairie n'a pas exclu de vendre "plus tard" de nouveaux bâtiments.

Laurent Perrin (source AFP)

Par Redacteur

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.