PLU de Paris ... C'est maintenant une question de hauteur ! Collectivités territoriales | 13.02.06

Partager sur :
Le Plan Local d'Urbanisme (PLU), destiné à encadrer l'aménagement de Paris pour les 15 à 20 ans à venir, a reçu un avis favorable de la commission d'enquête publique, qui a cependant reposé la question des immeubles de grande hauteur.
Dans un communiqué jeudi, la mairie a souligné que les neuf membres de la commission avaient, unanimes, approuvé ce "document essentiel pour l'aménagement futur" de la capitale. Ils ont émis trois réserves qui ne chamboulent pas le texte et 23 "recommandations" - non contraignantes - que la mairie va analyser. Une des "recommandations" préconise, "chaque fois que possible", d'étudier la possibilité de dépasser la hauteur maximale de 37 mètres pour des projets d'immeubles.

"Sans parsemer la capitale de gratte-ciel, faut-il pour autant renoncer à construire des immeubles" dépassant ce plafond, s'interroge la commission. Cette contrainte "fait de Paris une exception", alors que "les besoins en construction y sont très importants et que la place y est très limitée", selon le rapport des commissaires-enquêteurs. Il convient cependant d'en "préserver les arrondissements centraux". Le PLU vise à rééquilibrer la capitale, en développant les bureaux à l'est, et en augmentant le logement, notamment social, dans les quartiers de l'ouest pour une "meilleure mixité".

L'enquête publique a consisté notamment en réunions de concertation dans les 20 arrondissements, et un questionnaire adressé à 800.000 Parisiens, attirant 120.000 réponses.

Deux réserves des commissaires-enquêteurs portent sur l'offre de logements :
ils souhaitent que Paris utilise les dispositifs législatifs permettant de construire plus dense (dans la limite de + 20%), s'il s'agit de logement social ou répondant aux critères de développement durable.

La troisième réserve concerne l'information sur les immeubles dignes d'intérêt - patrimonial, culturel ou paysager - mais qui ne font pas pour autant l'objet d'une protection, au titre par exemple des monuments historiques.

Le maire (PS) de la capitale, Bertrand Delanoë, "accueille favorablement" les réserves sur le logement, précise le communiqué municipal. Le conseil de Paris doit se prononcera "d'ici à l'été 2006", sur l'ensemble du PLU.

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter