Construction BBC : les principaux problèmes rencontrés Développement durable | 30.07.12

Partager sur :
Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » publie les résultats de la deuxième phase du Retour d’Expériences dans les Bâtiments à Basse Consommation (REX BBC & risques) réalisée en 2011. Il démontre ainsi les risques propres aux bâtiments BBC et sur les pratiques préventives associées.

Cette étude compile les principaux résultats d’une enquête de terrain qui consistait à visiter des opérations à basse consommation et à rencontrer les acteurs ayant participé à leur conception, à leur construction, ou à leur utilisation afin de capitaliser les non qualités et les opportunités de qualité associées. Cette deuxième étape d’enquête, réalisée courant 2011, porte sur 211 opérations représentatives de l’ensemble des typologies de bâtiments BBC (tertiaire, collectif, maison individuelle), implantés aussi bien en zones rurales qu’urbaines. La moitié des opérations n’est pas labellisée mais présente un niveau basse consommation d’un point de vue réglementaire (étude thermique). Elle concerne pour un tiers les rénovations et deux tiers la construction neuve, et couvre globalement les huit zones géographiques concernées par la RT 2012. Certains défauts des bâtiment BBC apparaissent lors de cette étude.

Un problème de surchauffes d'été

Si la période hivernale pose moins de problème dans ces types de bâtiments, et si l’on n’observe pas de déperditions énergétiques majeures, les températures réglementaires en périodes chaudes peuvent être largement dépassées en nombre d’heures (TIC), comme en valeur. Cette remarque, quels que soient la typologie des bâtiments, leur localisation géographique en France, les matériaux ou techniques utilisés, peut découler de causes variées. Parmi les principales causes, on peut mettre en avant, entre autres l’absence de protections solaires, des usages inadaptés de ces protections et une mauvaise prise en compte des apports internes à la conception. Mais on peut aussi relever d’autres causes importantes : mauvais positionnements des VMC double flux (dans des combles non isolés par exemple), impossibilité, liée à la conception même du bâtiment, de réaliser une ventilation naturelle ou traversante, quel que soit le type constructif.

Problématiques pour la VMC double flux

L’étude permet de relever deux problématiques pour la VMC double flux : les nuisances sonores et sanitaires. Sifflements aux bouches d’insufflation, vibrations, mauvais réglages des débits d’air, transmissions de sons par les gaines, vibrations de l’équipement lui-même, défauts de fixation, malfaçons… autant d’impacts sonores, nuisibles au confort d’usage. Lorsque les bouches d’insufflations sont installées au-dessus des portes ou à côté des bouches d’extraction, le renouvellement d’air ne se fait pas non plus car l’air neuf est immédiatement rejeté. Une autre conséquence possible est l’apparition d’un flux d’air mal orienté, désagréable pour les utilisateurs. Enfin, en rénovation, on observe une difficulté d’installation et de mise en oeuvre des réseaux aérauliques, ceux-ci diminuant la hauteur.

L'étanchéité à l'air

Cette obligation de résultat est nouvelle et source de difficultés. Ainsi on peut observer des problèmes d’étanchéité liés à des défauts intrinsèques des produits et des défauts de conception et de mise en œuvre. Des fuites d’air au niveau des parcloses, baies coulissantes ou lanterneaux, mais aussi de trappes de visite, coffres de volets roulants et portes séparant des volumes chauffés de volumes non chauffés. Les traversées de l’enveloppe (réseaux, fluides ou canalisations) augmentent le risque de fuites d’air parasites ; il convient de les limiter lors de la conception. Les traversées de planchers par les conduits d’évacuation des fumées sont souvent mal appréhendées, car peu définies dans les Règles de l’art. L’installation d’un ascenseur induit, en raison de l’obligation réglementaire de ventiler la gaine, des fuites d’air parasites. Une utilisation massive de la mousse de polyuréthane et de silicone pour réaliser l’étanchéité à l’air. La question de la durabilité de ces produits est ici soulevée. Quand l’interface menuiserie et gros oeuvre est mal prise en compte.

Le séchage en phase chantier

On observe des difficultés de séchage en phase chantier : après coulage de la chape par exemple, quels que soient les matériaux utilisés. Les conséquences en sont assez nombreuses : condensation entrainant des moisissures, taches, déformation des menuiseries (et des portes), retards dans les différentes phases de second oeuvre, etc. La mise en place de déshumidificateurs ou de VMC provisoire de chantier est réalisée par certains acteurs pour résoudre ce problème.

Le positionnement des panneaux solaires

L’accessibilité pour l’entretien est ici mise en exergue ainsi que l’absence d’intégration des masques solaires dans les calculs thermiques initiaux. L’environnement doit être impérativement pris en compte avant toute démarche.

La multiplication des sources d'énergie

L’utilisation d’énergies renouvelables s’accompagne de la mise en oeuvre d’appoints ; la gestion de la multiplication de ces appoints peut poser problème.

Des défauts de sécurité incendie

Plusieurs départs de feux pendant le chantier ont été observés, au moment de la réalisation de l’étanchéité à l’eau des terrasses. Les isolants non ignifugés sont particulièrement sensibles lors du chantier.

Le surdimensionnement des équipements

Le surdimensionnement des équipements notamment dans la rénovation constitue une erreur. Utilisés à une puissance inférieure à leur capacité, ceux-ci sont soumis à des court-cycles, participant à un encrassement prématuré, et donc à leur dégradation accélérée et à une baisse de rendement. Une surface de panneaux solaires trop importante entraîne un vieillissement prématuré des équipements suite à des surchauffes (dégradation du liquide caloriporteur ou des joints, fuites).

B.P

En 2011, le comité de pilotage du programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a décidé, en vue d’orienter les travaux de ce programme, de poursuivre le REX BBC à plus grande échelle en identifiant les risques et les facteurs de réussite des bâtiments neufs ou rénovés.

Il a demandé à l’Observatoire de la qualité de la construction de l’AQC de s’entourer de partenaires disposant de sources d’information directes. L’USH, la fédération des PACT, CEQUAMI, CERQUAL, PROMOTELEC et CERTIVEA ont ainsi été associés à l’enquête.

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter