Collectivités et entreprises saluent la hausse du Fonds chaleur Eco-construction | 09.10.18

Partager sur :
Lors d’une audition au Sénat, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a indiqué que le fonds chaleur allait augmenter à 300 millions d’euros l’an prochain ; une annonce saluée par le Club de la chaleur renouvelable qui avait, le mois dernier, demandé au Premier ministre de renforcer le niveau d’aide moyen apporté par ce dispositif.
Dans une lettre adressée au Premier ministre le 14 septembre dernier, le Club de la Chaleur, qui regroupe les associations et fédérations représentant les acteurs français du secteur des énergies renouvelables thermiques, exprimait son inquiétude concernant l’état des ces filières françaises et leur développement.

Y était notamment souligné que « la chaleur est un enjeu majeur de la transition énergétique de notre pays puisqu’elle représente aujourd’hui la moitié de la consommation énergétique française et reste majoritairement produite par des énergies fossiles, importées et carbonées (…). Si la France s’est fixée un objectif national de 32% d’énergies renouvelables dans sa consommation finale d’ici 2030, plus de la moitié de l’effort à réaliser consiste à développer la chaleur renouvelable à raison de 9 TWh/an d’ici 2030 ».

Pour y parvenir, le Club de la chaleur demandait « en urgence une augmentation significative du niveau d’aide moyen apporté par le Fonds chaleur sur chaque projet de production et de distribution de chaleur renouvelable (…). En parallèle, une meilleure lisibilité et visibilité doivent être apportées aux mécanismes d’aides et aux mesures d’accompagnement associées, qui sont essentielles pour faciliter les réflexions en amont des projets et les passages à l’acte ».

Une annonce saluée

L’appel des collectivités et entreprises semble avoir été entendu. Mardi 2 octobre, François de Rugy a annoncé devant les sénateurs, l’augmentation dès 2019 du Fonds chaleur à 300 millions d’euros. « Cette première étape vers le doublement nécessaire du Fonds chaleur annoncé par le Président de la République pendant la campagne présidentielle est une avancée importante », s’est félicité le Club de la chaleur.

Les associations ont prévenu qu’elles seraient attentives à la manière dont le renforcement de l’enveloppe du Fonds chaleur se répercutera sur le niveau d’aide accordé à chaque projet. « Celui-ci doit en effet impérativement permettre de renforcer l’attractivité des projets de chaleur renouvelable et de récupération, à la fois pour les monteurs de projets mais aussi pour les usagers, qui doivent bénéficier d’une offre compétitive par rapport aux modes de chauffage à partir d’énergies fossiles ou électriques ».

Le Club prévient enfin qu’il attendra la confirmation de la hausse dans le projet de loi de finances pour 2019, sous la forme d’une augmentation du budget de l’Ademe.

Créé en 2009, le fonds chaleur permet de soutenir la construction de réseaux de chaleur urbains, l'installation d'équipements de solaire thermique, de méthanisation ou encore de récupération de la chaleur produite par des sites industriels.

Entre 2009 et 2016, il a été doté de 1,6 milliard d'euros, qui ont permis de financer 4 000 installations. La France s'est fixé comme objectif d'atteindre 38% de chaleur renouvelable à l'horizon 2030, contre 17,6% en 2013.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » rend ses conclusions

Le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » rend ses conclusions

Mis en place en mars 2019, le groupe de travail « chaleur et froid renouvelables » dévoile ses propositions pour accélérer le développement de la filière. 25 mesures d’action concrète ont été retenues par le Gouvernement. Elles visent à mobiliser les collectivités, informer les consommateurs, rendre les réseaux plus compétitifs, verdir l’énergie livrée par ces réseaux et favoriser la R&D.
Les projets de chaufferies biomasse performants en Île-de-France soutenus

Les projets de chaufferies biomasse performants en Île-de-France soutenus

La Région Île-de-France et l'Ademe lancent un nouvel appel à projets « Chaufferies biomasse » qui s’adresse aux maîtres d’ouvrages publics et privés souhaitant développer une installation de chaleur renouvelable. Les candidatures (le candidat devra justifier la solution bois énergie au regard des potentiels EnR&R du territoire) peuvent être déposées jusqu’au 3 janvier 2014.
Quelles solutions pour la stratégie bâtiment bas carbone ?

Quelles solutions pour la stratégie bâtiment bas carbone ?

Alors que l’objectif de la stratégie nationale bas carbone est de réduire de 85% les émissions de gaz à effet de serre liées aux bâtiments d’ici 2050, c’est sur des solutions concrètes, comme les circuits courts, le stockage de l’énergie ou l’intelligence artificielle, que s’est axée la conférence « Bâtiment bas carbone ». Cette conférence aux allures de débat s’est tenue ce mercredi 6 février en présence de la députée de l’Isère Marjolaine Meynier-Millefert, également co-animatrice du plan de rénovation énergétique des bâtiments.
Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe)

Les compteurs communicants bénéficient à la transition énergétique et au consommateur (Ademe)

Si le compteur Linky ne fait pas toujours l’unanimité, il semblerait qu’il présente de nombreux avantages tant pour la transition énergétique que pour le consommateur. C’est en tout cas ce qu’assure l’Ademe. Dans un billet publié le 15 juin dernier, l’Agence indique en effet que les compteurs communicants facilitent la gestion du réseau et l’intégration des énergies renouvelables, et apportent aussi plus de transparence pour les consommateurs.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter