Ségolène Royal veut accélérer le déploiement des réseaux de chaleur Eco-construction | 09.12.16

Partager sur :
A l’occasion de l’inauguration de la chaufferie biomasse et de l’extension du réseau de chaleur de la Communauté Urbaine d’Arras, Ségolène Royal a souligné le succès du Fonds Chaleur géré par l’Ademe. Elle a par ailleurs lancé un appel à mobilisation des Communes de plus de 10 000 habitants qui n’ont pas de réseaux de chaleur pour qu’elles envisagent leur mise en place.
Depuis 2015, la communauté urbaine d’Arras est labellisée Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV). Fortement engagée en faveur de la transition énergétique, elle vient d’inaugurer une nouvelle chaufferie biomasse d’une puissance de 15 MW, un événement auquel a participé la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal.

L’installation, exploitée et entretenue par l’entreprise Dalkia, permettra de fournir la moitié de la chaleur du réseau (4768 tep) à partir de biomasse locale et d’assurer aux usagers (logements sociaux, hôpital et citadelle d’Arras) de la chaleur à un prix stable sur plusieurs années.

L’investissement global de 14 130 k€ (dont 5 676 k€ de réseau supplémentaire) permettra une économie de 10 000 tonnes de CO2 par an. Ce projet, salué ce jour par le Gouvernement, a bénéficié d’une subvention de l’Ademe à hauteur de 4,9 millions d’euros.

Le Fonds chaleur, une réussite

Lors de l’inauguration, Ségolène Royal a tenu à souligner le succès du Fonds Chaleur géré par l’Ademe « qui a donné, en 5 ans, un coup d’accélération au développement des énergies renouvelables dans les territoires ».

La loi de Transition énergétique pour la croissance verte prévoit notamment de multiplier par 5 d’ici 2030 la quantité de chaleur et de froid renouvelables et de récupération livrée par les réseaux de chaleur et de froid. « Le Fonds Chaleur est un des outils opérationnels de mise en application de la loi, qui prévoit sa montée en puissance », estime le ministère.

Entre 2009 et 2015, plus de 3660 projets ont été aidés au titre du Fonds Chaleur, à hauteur de 1,3 milliards d’euros d’aides et 4,63 milliards d’euros de travaux. Ce Fonds a également permis l’accélération du développement des réseaux de chaleur. En effet 660 projets en ont bénéficié à hauteur de 506 millions d’aides.

Cette année encore, plusieurs réseaux de chaleur ont été accompagnés par le Fonds Chaleur notamment à Angers, Dunkerque, Toulouse ou encore Dijon.

« La qualité de ces projets, résultat d’un véritable travail tant des équipes que des partenaires, inscrit pleinement l'investissement des territoires dans la dynamique de la transition énergétique et écologique et leur permet aujourd’hui de bénéficier d’un soutien financier conséquent », a précisé Ségolène Royal.

Au vu de cette réussite, Ségolène Royal vient de lancer un appel à mobilisation des communes de plus de 10 000 habitants n’ayant pas de réseaux de chaleur afin qu’elles en envisagent le déploiement.

R.C

Photo de une : Capture d'écran - Twitter Officiel @RoyalSegolene
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les projets de chaufferies biomasse performants en Île-de-France soutenus

Les projets de chaufferies biomasse performants en Île-de-France soutenus

La Région Île-de-France et l'Ademe lancent un nouvel appel à projets « Chaufferies biomasse » qui s’adresse aux maîtres d’ouvrages publics et privés souhaitant développer une installation de chaleur renouvelable. Les candidatures (le candidat devra justifier la solution bois énergie au regard des potentiels EnR&R du territoire) peuvent être déposées jusqu’au 3 janvier 2014.
Ségolène Royal lance l’appel à projets « Energie CSR 2016 »

Ségolène Royal lance l’appel à projets « Energie CSR 2016 »

Produire de la chaleur à partir de Combustibles Solides de Récupération (CSR) issus de déchets non recyclables, voici le challenge du premier appel à projets « Energie CSR 2016 » lancé par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal. Gérée par l’Ademe, cette première édition devrait contribuer à la structuration d’une filière de valorisation énergétique des déchets, dans une logique d’économie circulaire, de préservation des ressources et d’indépendance énergétique.
Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Les coûts des énergies renouvelables passés au crible

Alors que la France est en pleine transition énergétique, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a récemment publié une étude analysant les « Coûts des énergies renouvelables » sur le territoire national en 2016. Bien que le rapport note une baisse des coûts de production d’électricité renouvelable, il rapporte également que des efforts doivent encore être fournis pour confirmer cette tendance.
Le gaz de schiste en France ? C'est toujours non

Le gaz de schiste en France ? C'est toujours non

Le Sénat s'est une nouvelle fois opposé, dans la nuit de mercredi à jeudi, au gaz de schiste que des sénateurs UMP avaient tenté de réintroduire à l'occasion de l'examen du projet de loi sur la transition énergétique. La ministre de l'environnement Ségolène Royal a clairement annoncé qu'elle préférait la biomasse ou les moulins.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter