Qualité de l'air intérieur : le CSTB distingué sur le salon Pollutec Evénements du bâtiment | 19.12.14

Partager sur :
Le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment a reçu le Prix des techniques innovantes pour l'environnement sur le salon Pollutec le 2 décembre dernier. Son projet de balise de surveillance et de diagnostic des polluants de l'air intérieur a retenu l'attention du jury. Zoom sur les usages de ce système innovant.

Le projet du Centre Scientifique et Technique du Bâtiment a débuté en 2007, avec le développement, par la division Agents Biologiques et Aérocontaminants du CSTB, d’un Indice de contamination fongique breveté, permettant de détecter des proliférations récentes ou cachées (derrière un revêtement par exemple). Ce premier outil permettait déjà de diagnostiquer la présence d’un développement de moisissures dans les environnements intérieurs.

Mais avec cette nouvelle balise, le CSTB va plus loin dans sa réflexion. Intégrant un système d’analyse miniaturisé pour des applications portables fiables, ce microsystème permet notamment de réaliser rapidement les étapes de prélèvement, de transfert, de séparation et d’analyse des échantillons, indispensables pour l’évaluation de la contamination fongique dans l’environnement intérieur.

L'objectif est de pouvoir surveiller en continu la qualité de l'air intérieur et d'alerter les occupants d'un bâtiment dès les prémices de développement fongique. En effet, les moisissures peuvent générer diverses pathologies, notamment respiratoires, chez des sujets sensibles (enfants, personnes âgées, immunodéprimés). Elles peuvent aussi considérablement dégrader les supports sur lesquels elles s’installent.

La modularité du système permet également d’élargir son utilisation à l’analyse d’autres polluants.

Démonstration dès 2015

Cette balise constitue une véritable avancée pour de multiples acteurs, en France comme à l’international : les industriels du bâtiment, les décideurs et gestionnaires des bâtiments publics et privés, les conservateurs de patrimoine culturel, qui veulent préserver la qualité de l’air intérieur des bâtiments mais aussi l’intégrité dans le temps des objets du quotidien ou de patrimoine culturel (tableaux, sculptures…).

C'est pourquoi le CSTB a reçu le 2 décembre dernier, le Prix des techniques innovantes pour l'environnement sur le salon Pollutec qui distingue des travaux de recherche publique pouvant faire l'objet d'applications ou de développements industriels.

Une pré-série industrielle, en cours d’élaboration, a fait l’objet de tests en laboratoire pour cette balise. Dès 2015, des actions de démonstration in situ sont envisagées dans des musées, bibliothèques et archives, en collaboration avec le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH), la bibliothèque nationale de France (BnF) et les Archives nationales.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an

La pollution de l'air intérieur coûte plus de 19 milliards d'euros par an

Pour la première fois en France, une étude exploratoire menée par l'Anses et le CSTB dans le cadre du programme de travail de l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQAI) chiffre le coût socio-économique de la pollution de nos logements. Elle permet ainsi d'évaluer le volume annuel des ressources, humaines et financières, dont la société se prive du fait de cette pollution. Ces données serviront ensuite à hiérarchiser les mesures à prendre pour réduire les risques.
Qualité de l'air intérieur dans les écoles : l'échéance de 2015 reportée ?

Qualité de l'air intérieur dans les écoles : l'échéance de 2015 reportée ?

Au premier janvier 2015, la surveillance de la qualité de l'air intérieur dans l'ensemble des bâtiments recevant du public et notamment des enfants de moins de 6 ans, devient une obligation légale. A l'occasion du 4e colloque Défis Bâtiment et Santé, le docteur Suzanne Déoux, présidente de l'Association Bâtiment Santé Plus souhaite alerter les responsables locaux et les professionnels du bâtiment pour éviter un report de cette mesure.
L'air de nos logements fortement pollué par les objets du quotidien

L'air de nos logements fortement pollué par les objets du quotidien

Les objets et les matériaux présents dans notre maison au quotidien, ainsi que les produits que nous utilisons polluent constamment l'air de notre maison. Selon une étude publiée ce jeudi par l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur, des dizaines de substances chimiques seraient ainsi présents dans l'air et les poussières du sol des logements. Et ces composés organiques semi-volatiles sont loin d'être anodins pour notre santé.
La RT 2012 se base sur un seuil de renouvellement de l'air insuffisant, selon l'ICEB

La RT 2012 se base sur un seuil de renouvellement de l'air insuffisant, selon l'ICEB

L'ICEB, institut pour la conception écoresponsable du bâti, préconise de tripler le débit de renouvellement de l'air dans les crèches et les écoles pour garantir la santé des enfants. Seulement voilà, en optant pour des débits plus élevés, la consommation énergétique augmente, avec le risque de ne plus être conforme avec la RT 2012. D'où la nécessité de développer des solutions innovantes pour la ventilation.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter