En Europe, les investisseurs immobiliers répondent présents Immobilier | 24.03.21

Partager sur :
Malgré la crise sanitaire et le développement du télétravail, le marché immobilier des bureaux reste la classe d’actif privilégiée par les investisseurs européens, d’après une étude réalisée par CBRE sur plus de 400 investisseurs basés en Europe. Selon eux, la France sera le troisième marché d’Europe qui connaîtra, en 2021, la plus forte reprise dans le secteur de l’immobilier.

D’après leur enquête réalisée du 2 décembre 2020 au 19 janvier 2021, sur l’appétit d’achat des investisseurs immobiliers européens, en pleine pandémie mondiale, ainsi que sur leurs stratégies privilégiées pour 2021, le CBRE révèle que « près de 60 % des répondants ont l’intention d’acheter plus cette année. » 

Sur les 415 sondés, le leader mondial dans le conseil en immobilier d'entreprise précise que seulement 10 % d’entre eux envisagent une baisse de leurs volumes d'investissement. 

Malgré l’engouement pour le télétravail, le marché de l’immobilier des bureaux n’a donc pas perdu l’attrait des investisseurs français puisque selon l’étude publiée, la France sera le troisième marché d’Europe qui connaîtra la plus forte reprise en 2021, après l'Allemagne et les Pays-Bas. En 2020, Paris était même la capitale européenne la plus prisée par les investisseurs immobiliers (20M€ ont été investis dans l'immobilier d'entreprise). 

CBRE anticipe une progression des investissements

Selon le CBRE, les investissements devraient augmenter jusqu'à 5 % en 2021, et ce, pour toutes les classes d'actifs immobiliers confondus. 

Les bureaux restent cependant la classe d’actif préférée pour l’investissement, une proportion qui grimpe jusqu’à 60% pour le marché français. Les investisseurs portent toutefois un intérêt élevé pour la logistique, 22% des intentions d’investissement, contre 24% pour le résidentiel. Les résidences séniors et étudiantes sont également plébiscitées, de la même manière que les data centers et les entrepôts logistiques. De plus, l’étude note que « la plupart des investisseurs s'attendent globalement à des repricing importants pour les commerces et hôtels. » 

« Alors que la reprise économique européenne apparaîtra au second semestre 2021, davantage d'investisseurs saisiront les opportunités, augmentant ainsi les volumes globaux. Cependant, comme la pandémie continue d'entraîner des différences substantielles dans les préférences et les approches à travers le continent, il y aura une certaine variance en termes de rythme de recovery entre les différents classes d’actifs », prévoit le CBRE.

 

Marie Gérald 

Photo de Une : AdobeStock.

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

 Immobilier d’entreprise en Île-de-France : la demande en déclin en 2018 - Batiweb

Immobilier d’entreprise en Île-de-France : la demande en déclin en 2018

Si, pour Cafpi, l’année 2018 a été exceptionnelle pour le marché de l’immobilier, le groupement ImmoStat, lui, fait état d’un 4e trimestre mitigé pour les bureaux franciliens. L’organisme révèle en effet que la demande placée a baissé de 27% d’octobre à décembre 2018 par rapport à l’année précédente. Heureusement, les investissements affichent toujours une légère hausse (+4%). Tous les chiffres.
Altarea Cogedim fait de bons résultats dans le logement neuf - Batiweb

Altarea Cogedim fait de bons résultats dans le logement neuf

Avec un chiffre d’affaires de 1,28 milliards d’euros, en hausse de +17% par rapport à l’an passé et un bénéfice net de +10% au premier semestre 2019, le groupe Altarea Cogedim peut être serein. Ces bons résultats s’expliquent en grande partie par le dynamisme du segment du logement neuf, allant à contrario de la tendance globale du marché français.
Immobilier de bureaux : record des investissements en 2019 - Batiweb

Immobilier de bureaux : record des investissements en 2019

CBRE, spécialiste du conseil en immobilier d’entreprise, a commenté ce jeudi 9 janvier les chiffres Immostat concernant l’immobilier de bureaux au 4ème trimestre 2019. Fait notable : la hausse des investissements a permis d’atteindre le montant record de 35 milliards d’euros. Cette vitalité est particulièrement forte en Île-de-France, avec +14 % par rapport à 2018. Le volume de transactions est en revanche en chute, à cause d’une baisse de l’offre, particulièrement marquée en région parisienne.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter