Immobilier : La crise sanitaire a fait évoluer les critères de recherche des Français Immobilier | 29.03.21

Partager sur :
Depuis plus d'un an, les Français ont vécu les différents confinements et expérimenté le télétravail. Or, pour SeLoger, il y aura bien eu un « avant » et un « après » Covid en termes de recherches immobilières. La crise sanitaire a en effet modifié les critères des Français, avec un regain d'intérêt pour les maisons situés dans les villes de moins de 20 000 habitants, au détriment des appartements dans les grandes métropoles.

Plus d'un an après le début de la crise sanitaire et du premier confinement, on dispose désormais de plus de recul et il est plus aisé d'évaluer son impact sur les projets immobiliers des Français.

 

Résultat : cette crise aura profondément modifié les critères de recherche des Français. Selon le site SeLogerplus de la moitié des acheteurs potentiels recherchent désormais une maison (53 %, contre 46 % en 2019), au détriment des appartements.

 

48 % des futurs acquéreurs cherchent dans une ville de moins de 20 000 habitants

 

On observe également un désamour pour les grandes métropoles, et un regain d'intérêt pour les petites et moyennes villes. Près de la moitié des porteurs de projet (48 %) orientent désormais leur recherche vers des villes de moins de 20 000 habitants, contre 16 % en mai 2020, soit une augmentation de +32 points en quelques mois ! Inversement, Paris a perdu 20 points depuis mai 2020, au profit de régions comme la Normandie, le Centre-Val-de-Loire ou la Bourgogne-Franche-Comté.

 

« Assiste-t-on aux prémices d'un exode urbain post-Covid ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais une chose est sûre : immobilièrement parlant (attentes, envies, recherches…), il y a bien un « avant » et un « après » Covid ! », estime Séverine Amate, porte-parole chez SeLoger.

 

Un extérieur et une pièce en plus pour télétravailler

 

Dans les recherches, la présence d'un extérieur est également devenue un critère essentiel. C'est le cas pour 35 % des télétravailleurs (contre 28 % chez ceux n'ayant pas expérimenté le télétravail).

 

La banalisation du télétravail a fortement modifié les recherches des Français. Ils sont en effet plus nombreux à rechercher une plus grande superficie, et notamment une pièce supplémentaire fermée pour pouvoir télétravailler au calme (32 % des télétravailleurs porteurs d'un projet immobilier). Un bonne connexion internet et le raccordement à la fibre deviennent également des critères plus importants.

 

« L’expérience du télétravail façonne de nouvelles attentes, notamment sur la qualité de la connexion internet dans le logement. 54 % des futurs acquéreurs se disent vigilants quant à l’accès internet ou la présence de la fibre optique dans leur futur bien. A titre indicatif, 38 % des Français sont raccordés à internet via la fibre optique. La question de la couverture internet devient encore plus un enjeu pour ces villes de moins de 20 000 habitants qui attirent mais qui ne sont pas toujours raccordées », conclut Séverine Amate.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ? - Batiweb

Comment les Français ont-ils perçu leur logement pendant le confinement ?

Supporté (ou apprécié) pendant deux mois par les Français, le confinement a plus que jamais révélé l'importance d'un logement au sein duquel on se sent bien. L'institut Ipsos et l'association Qualitel ont mené leur enquête pour savoir comment les Français ont perçu leur logement pendant cette période inédite. Le nom de cette étude, intitulée « Le confinement, révélateur des inégalités dans la qualité du logement », en dit long sur les disparités entre Français.
La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage) - Batiweb

La crise a peu d'impact sur les projets immobiliers des Français (sondage)

Depuis le premier confinement, la plateforme d'estimation immobilière Drimki ausculte régulièrement le marché immobilier et les souhaits des Français grâce à un sondage avec BVA. Le tout dernier, réalisé début février, révèle que la crise a finalement très peu impacté le souhait des Français d'être ou de devenir propriétaires. L'impact se fait en revanche ressentir sur le type de logement recherché (sa taille, ses prestations), et sur sa localisation.
La maison séduit toujours autant les Français, même les plus jeunes ! (étude) - Batiweb

La maison séduit toujours autant les Français, même les plus jeunes ! (étude)

Alors que la SMABTP, CGI Bâtiment, et LCA-FFB (renommé « Pôle Habitat FFB ») se regroupaient ce mercredi 16 septembre pour leur convention nationale annuelle, les organisateurs ont présenté une nouvelle enquête sur les aspirations des Français concernant leur logement. On y apprend notamment que la maison séduit toujours autant, notamment les propriétaires et les familles, mais aussi les 18-34 ans, qui sont 80 % à se projeter dans une maison dans les 5 ans à venir.
Au Portugal, des permis de séjour contre des investissements - Batiweb

Au Portugal, des permis de séjour contre des investissements

Des investisseurs, surtout chinois mais aussi brésiliens, russes et angolais, sont attirés au Portugal sinistré par la crise de l’immobilier, en échange d'un permis de séjour, le visa "gold". Pour y avoir droit, il leur faut résider sept jours à l'année dans le pays et acheter un bien immobilier d'une valeur au minimum égale à 500.000 euros.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter