La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France

Immobilier | 22.04.21
Partager sur :
La FNAIM publie son étude annuelle sur le logement en France - Batiweb
Le LABoratoire Economique du Logement (LABEL), cellule économique de la FNAIM, publiait son baromètre annuel sur le logement en France ce jeudi 22 avril, avec pour la première fois un focus sur les étiquettes énergétiques des logements, et une comparaison avec les autres pays européens. On apprend notamment que les prix immobiliers français ont augmenté de 17 % en 10 ans, soit une hausse plus modérée comparé à certains de nos voisins européens.

L'étude annuelle de la FNAIM révèle que la France comptait 36 millions de logements au 1er janvier 2020, en augmentation de 3,6 millions d'unités en 10 ans, notamment grâce à la construction neuve ou aux restructurations et changements d'affectation.

 

82 % de ces logements sont utilisés comme résidence principale, 10 % comme résidence secondaire, et 8 % sont vacants. Dans le détail, 55 % de ces logements sont des maisons, et on dénombre 57,5 % de propriétaires occupants en 2020, soit un chiffre en légère baisse depuis 2015.

 

Alors que l'Assemblée nationale a récemment voté l'interdiction progressive des logements les plus énergivores, dits « passoires énergétiques » (étiquettes F et G du DPE), le bilan de la FNAIM souligne que ces mesures devraient concerner 4,8 millions de logements d'ici 2028.

 

Des prix immobiliers qui ont augmenté de 17 % en 10 ans

 

Concernant les ventes dans l'ancien, le nombre de transactions a légèrement baissé de -4 % en 2020, pour atteindre 1 024 000 ventes, mais ce nombre reste plus élevé que le bilan de 2018. Parallèlement, les prix ont poursuivi leur hausse, avec +4 % par rapport à 2019. Le marché a donc bien résisté à la crise, et cette dernière a donné lieu à une forme de rééquilibrage territoriale, avec une baisse d'attractivité de Paris et des autres grandes villes au profit de la province et des plus petites villes.

 

La hausse des prix de l'immobilier français, estimée à 17 % sur 10 ans, se révèle relativement modérée comparé aux autres pays européens, comme la Suède, l'Allemagne ou la Norvège. L'Autriche enregistre même de son côté une hausse brutale de +72,8 % entre 2010 et 2020.

 

Evolution des prix par pays. Source : BRI / FNAIM

 

Paris reste toutefois l'une des capitales européennes les plus chères, avec 12 863 euros du m2 dans le neuf, contre 3 259 euros à Rome ou 3 350 à Bruxelles. De fait, avec un budget de 200 000 euros, il n'est possible d'acheter que 15 m2 à Paris, contre 61 m2 à Rome.

 

Prix au m2 dans le neuf par capitales. Source : Deloitte / FNAIM

 

Si le marché français de l'ancien a bien résisté en 2020, il n'en va pas de même pour la construction neuve, qui a davantage pâti de la crise avec -14,7 % de permis de construire, et -7 % de mises en chantier. La chute est encore plus impressionnante du côté des programmes de promoteurs, avec -24,1 % des réservations à la vente.

 

Pour lire l'étude complète, c'est ici.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf - Batiweb

Syndicats de la construction et de l'immobilier s’allient pour défendre les aides fiscales dans le neuf

Fédération française du bâtiment (FFB), Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), Fédération nationale de l’immobilier (FNAIM)... autant de syndicats professionnels qui se sont ralliés au collectif contestant les critiques adressées aux aides fiscales dans l’investissement locatif neuf, notamment accusées de coûter cher à l’Etat ou de faire monter les prix de l’immobilier. Pour déjouer ces « a priori », ils ont commandé une étude au cabinet indépendant PrimeView. Le point sur les résultats.
Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ? - Batiweb

Immobilier : des transactions toujours élevées, mais jusqu’à quand ?

L’activité du marché immobilier est restée au beau fixe avec 965000 ventes en 2018, soit une hausse de +0,3% par rapport à l’année précédente. Des chiffres positifs qui s’expliquent par des taux d’intérêt toujours historiquement bas. La FNAIM (Fédération nationale de l’immobilier) souligne néanmoins qu’une baisse a été constatée en novembre 2018, et rappelle que la confiance des ménages reste un facteur décisif pour l’année à venir.
Isolation des logements en Europe : la France parmi les mauvais élèves - Batiweb

Isolation des logements en Europe : la France parmi les mauvais élèves

tado°, spécialiste des thermostats connectés pour le chauffage et la climatisation, a réalisé une étude concernant l'isolation des logements en Europe. Il en ressort que le Royaume-Uni, la Belgique, la France et les Pays-Bas présentent des logements plutôt mal isolés, qui perdent entre 2,4 et 3 C° une fois exposés aux conditions imposées par l'étude. Inversement, les pays nordiques et de l'Est parviennent à perdre moins de 1,2 C°. Détails.
Un premier trimestre 2017 réussi pour l’artisanat - Batiweb

Un premier trimestre 2017 réussi pour l’artisanat

La CAPEB a publié vendredi 28 avril l’intégralité des chiffres de l’activité de l’artisanat pour le 1er trimestre 2017. Un début d'année qui s’inscrit dans la continuité de 2016, avec une reprise de l’activité globale de 1,5%. Un résultat qui s’explique par la hausse des ventes de logements anciens et de mises en chantier, ainsi qu’une excellente croissance dans les TPE-PME.