Le marché immobilier très résilient en 2020, malgré une année « chaotique » Immobilier | 13.01.21

Partager sur :
La Fnaim présentait ce mercredi 13 janvier le bilan du marché immobilier en 2020. Si le nombre de transactions a légèrement reculé, les prix restent à la hausse sur l'ensemble de la France. Pour Jean-Marc Torrollion, président de la fédération, le confinement a toutefois opéré des changements et dessine un « rééquilibrage territorial », qui pourrait faire baisser les prix dans les grandes villes.

Malgré une année « chaotique » liée à la crise du Covid-19, la Fnaim note dans son bilan 2020 que le marché de l'immobilier s'est montré très résilient, prouvant l'attachement et la confiance des Français dans la pierre.

 

« En ces temps troublés, l’immobilier se confirme comme une valeur refuge pour les Français. Malgré les confinements, la situation économique incertaine, la pierre apparaît comme un investissement fiable et pérenne », souligne Jean-Marc Torrollion, président de la fédération.

 

-8 % pour les ventes, mais +4 % pour les prix

 

Sur l'ensemble de l'année 2020, le secteur immobilier enregistre 980 000 transactions, soit une baisse de -8 % comparé à l'année précédente. Dans le détail, la baisse des transactions s'est révélée plus marquée à Paris (-17 %) et en Ile-de-France qu'en province, certainement en raison de l'attrait pour la province et du développement du télétravail depuis le premier confinement.

 

Le bilan reste toutefois très honorable si l'on prend en considération le contexte de crise sanitaire et économique. Entre mars et mai 2020, l'activité des agences immobilières a en effet chuté de -80 %, puis la reprise s'est faite en grande trombe dès le 11 mai, et ce jusqu'en octobre. Ainsi, le volume de ventes en 2020 est resté supérieur à celui des années 2017 et 2018, pourtant déjà très satisfaisantes.

 

Cette bonne santé du marché immobilier se constate aussi du côté des prix, avec une hausse de +4 % sur l'ensemble de la France.

 

Bientôt une baisse de prix dans les grandes villes ?

 

Au niveau des grandes villes, l'évolution des prix est globalement orientée à la hausse, mais reste assez inégale. Ainsi en 2020, les prix ont augmenté de +7,4 % à Rennes, de +6,2 % à Nîmes et de +5,6 % à Orléans, mais de seulement +0,2 % à Bordeaux et +1,5 % à Lyon. Des villes comme Rouen, Le Mans, ou Amiens, enregistrent même une baisse des prix, allant de -2,6 % à -1,2 %. Pour Jean-Marc Torrollion, la baisse des prix à Rouen (-2,6 %) peut en partie s'expliquer par l'accident lié à l'usine Lubrizol.

 

Evolution des prix dans les capitales régionales en 2020. Source : Fnaim

 

Selon le président de la Fnaim, on observe une baisse de l'offre mais aussi un léger recul de la demande. De fait, les prix devraient rester stables dans un contexte de baisses concomitantes. Concernant les grandes villes, Jean-Marc Torrollion prédit même une baisse des prix à venir, constatant que les aspirations des Français ont changé depuis le premier confinement.

 

Le point sur les actualités du secteur

 

Parmi les bonnes nouvelles pour le secteur immobilier, Jean-Marc Torrollion souligne l'assouplissement des conditions d'octroi de prêts immobiliers finalement acté par le Haut Conseil pour la Stabilité Financière (HCSF), qui devrait atténuer les refus de prêts et aider les primo-accédants, ou encore la disposition « Kasbarian » pour la lutte contre les squatteurs. 

 

Selon lui, la derrière version de MaPrimeRénov' est également très bonne nouvelle pour la rénovation des copropriétés et l'atteinte des objectifs.

 

Le président de la Fnaim s'inquiète en revanche de la baisse des constructions neuves et de la pénurie de logements.

 

Réagissant à l'annonce d'une interdiction de location des logements étiquetés G à partir de 2023, M. Torrollion s'est dit inquiet d'une perte d'1,7 millions de logements, qui seraient retirés du marché locatif d'ici 2028.

 

Concernant la rénovation énergétique de ces logements, il estime que les montants de MaPrimeRénov' restent insuffisants pour les 9ème et 10ème déciles, qui représentent 61 % des bailleurs privés. Il appelle donc à ré-ajuster le montant des primes pour aider les bailleurs à financer des rénovations efficaces.

 

Revenant sur la réforme du DPE, Jean-Marc Torrollion s'est également inquiété du manque de fiabilité des diagnostics de performances énergétiques : « La clé de la rénovation énergétique, c'est la confiance dans les outils », a-t-il insisté.

 

Autre mesure dénoncée : l'encadrement des loyers et l'extension des « permis de louer », qui seraient « un très mauvais signal pour les bailleurs privés ».

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement - Batiweb

1 Français sur 2 reprendrait son projet immobilier après le confinement

Quel est l’impact de la crise liée au Covid-19 sur les projets immobiliers des Français ? SeLoger a mené son enquête le 7 avril auprès de 2 652 futurs acquéreurs ayant un projet dans les 12 mois à venir. Si les interrogés anticipent une baisse du pouvoir d’achat, des conditions d’octroi de prêt durcies et une potentielle remontée des taux, ils restent toutefois globalement confiants.
Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre - Batiweb

Immobilier ancien : les prix continuent d’augmenter au 3e trimestre

Le marché de l’immobilier ancien est toujours en pleine forme. Les prix ont continué leur hausse au troisième trimestre 2019, poursuivant la tendance engagée depuis trois ans. Entre juillet et octobre 2019, les prix ont ainsi augmenté de +3,2 % par rapport à un an plus tôt. Même dynamisme du côté des transactions, qui atteignent un nouveau record avec 1 059 000 ventes à fin octobre. Les ventes ont ainsi progressé de +10,4 % en un an.
Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe - Batiweb

Immobilier : les ventes et les prix au beau fixe

La FNAIM (Fédération Nationale de l’Immobilier) publie sa conjoncture trimestrielle avec des chiffres arrêtés au 20 juin 2019, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats sont toujours aussi positifs, que ce soit du point de vue des ventes, qui atteignent un nouveau record, ou des prix, qui progressent encore. Bonne nouvelle : la tendance devrait se poursuivre. L’organisme prévoit même d’atteindre 990 000 ventes d’ici la fin 2019, soit une augmentation annuelle de +2,6%.
Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit - Batiweb

Immobilier : chute brutale des ventes mais la hausse des prix se poursuit

L’Insee et les Notaires de France ont publié les chiffres de l’immobilier ancien à fin mars 2020. Pour la quatrième année consécutive, la hausse des prix s’est poursuivie, et même accélérée, et les ventes ont de nouveau dépassé la barre des 1 million. Toutefois, le bilan ne prend pas encore en compte les conséquences de la crise et du confinement. Pour SeLoger, ils auraient occasionné une chute de 47,9 % des ventes, sans toutefois impacter les prix.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter