Travail détaché : une trentaine de chantiers arrêtés depuis janvier 2016 Législation | 16.12.16

Partager sur :
La secrétaire d'Etat à la formation professionnelle, Clotilde Valter, a assuré, jeudi 15 décembre, que la législation française sur la fraude au travail détaché était « sans doute la plus stricte de l’Union européenne ». Mais si depuis le début de l’année 2016, une trentaine de chantiers ont été arrêtés, la profession juge les résultats insuffisants. La FFB réclame notamment plus de contrôles et de sanctions pour mieux protéger les travailleurs détachés.
Lors d’une intervention sur iTELE mardi 13 décembre, le président de la Fédération Française du Bâtiment, Jacques Chanut a réclamé plus de contrôles et de sanctions pour mieux protéger les travailleurs détachés, qui sont souvent victimes de dépassement d’heures. « Le vrai problème c’est qu’il n’y a pas suffisamment de contrôles (…), souvent les travailleurs sont déclarés à 35h ou 38h mais font 70h et sont payés 35h ou 38h », a-t-il déclaré.

Pour faire cesser un « sentiment d'impunité autour de ce travail détaché », « nous mettons en garde (les entreprises) sur le fait que la responsabilité du chef d'entreprise ou de l'artisan est engagée s'ils cautionnent un système frauduleux », a ajouté M. Chanut précisant que la Fédération se battait « contre la fraude au détachement et non pas contre le détachement ».

Une législation « stricte »

Si les mesures sont jugées insuffisantes par les acteurs du bâtiment, Clotilde Valter, secrétaire d’Etat à la formation professionnelle, a assuré que la législation française sur la fraude au travail détaché « sans doute la plus stricte de l’Union européenne », a « permis de renforcer les contrôles et les sanctions. »

Devant les sénateurs, lors des questions au gouvernement jeudi 15 décembre, Mme Valter a déclaré : « nous avons renforcé massivement les sanctions avec la possibilité de sanctionner les employeurs à hauteur de 500 000 euros en cas de manquement, et les chantiers peuvent être suspendus (…). Ces mesures sont efficaces : depuis juillet 2015, il y a eu 840 amendes administratives qui ont ramené un produit de 4,5 millions d’euros (…). De même depuis début 2016, une trentaine de chantiers ont été arrêtés ».

Entre 2015 et 2016, le nombre des contrôles est passé de 500 à 1.500 par mois en moyenne, a rappelé la secrétaire d'Etat, soulignant en outre la mise en place progressive de la carte d'identification professionnelle des salariés du BTP.

L’UE « engagée »

Le travail détaché est au centre des discussions au niveau européen. Huit ministres de sept pays de l’UE ont d’ailleurs appelé à accorder aux travailleurs détachés une rémunération équivalente à celle des travailleurs du pays d’accueil dès le premier jour de leur détachement.

Pour rappel, la France et l’Allemagne, sont avec la Belgique, parmi les principaux pays d’accueil de travailleurs détachés. Les ministres du Travail française Myriam El Khomri, allemande Andrea Nahles, et leurs homologues de Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche et Suède, ont mis à l'index les « sociétés boites aux lettres qui se créent avec pour seule « raison sociale » de profiter des écarts de coûts salariaux entre les pays de l'Union européenne ».

R.C (Avec AFP)
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Travail détaché : l’UE s’accorde sur une révision de la directive - Batiweb

Travail détaché : l’UE s’accorde sur une révision de la directive

La directive de 1996 sur les travailleurs détachés sera bel et bien révisée ! Après 12 heures de discussion, les ministres du Travail de l’Union Européenne réunis au Luxembourg lundi 23 octobre, sont parvenus à un accord. La réforme devrait permettre de mieux protéger les salariés détachés et de garantir une concurrence plus équitable. L’entrée en vigueur du texte devrait s’effectuer d’ici 4 ans.
Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP - Batiweb

Travail illégal : 1 entreprise sur 7 en fraude dans le BTP

Selon un rapport publié par l'Acoss, organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale, près de 14 % des entreprises du secteur de la construction, soit environ une sur sept, ont eu recours au travail illégal en 2013. Les entreprises encourent pourtant 3 ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende, en cas de fraude.
L’Ile-de-France renforce sa lutte contre le travail illégal - Batiweb

L’Ile-de-France renforce sa lutte contre le travail illégal

Jean-François Carenco, préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris, l’Urssaf et les organisations professionnelles ont signé, jeudi 23 juin, un avenant à la convention régionale de lutte contre le travail illégal dans le secteur du BTP. L’avenant intègre les nouveaux pouvoirs de l’inspection du travail. Il prévoit par ailleurs la mise en place de fiches de signalement permettant de faire état de situations litigieuses « plus aisément ».

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter