Accident du travail : comment émettre des réserves en cas de doute ? Communiqués | 06.03.14

Partager sur :
Accident du travail : comment émettre des réserves en cas de doute ? Batiweb
Un de vos ouvriers prétend avoir eu un accident du travail sur le chantier mais il n’y a pas de témoins et vous doutez de la véracité de ses dires. Il est alors nécessaire de formuler des réserves. Mais comment les rédiger ? Et faut-il apporter des éléments de preuve concrets à l’appui de ces réserves ? La Cour de cassation vient de répondre…

Le secteur du BTP est celui dans lequel on dénombre le plus d'accidents du travail (AT). En effet, un accident du travail sur 6 a lieu dans le BTP. Il y a eu ainsi 100.000 AT dans le BTP en 2012 ! Or plus le nombre d'AT est important, plus votre taux de cotisation AT va être.

Il est donc nécessaire de réduire autant que possible le nombre d'AT dans votre entreprise. Y compris en contestant tout accident qui ne vous parait pas avoir un caractère professionnel...

Dans un tel cas de figure, vous devez quand même déclarer l'AT mais émettre des réserves en veillant à ce qu'elles soient motivées.


Accident du travail : une nécessaire déclaration

Un salarié doit vous avertir de la survenue d'un accident du travail dans les 24 heures qui suivent en vous précisant les lieux, les circonstances et, le cas échéant, l'identité des témoins.

De votre côté, vous avez alors 48 heures pour déclarer l'accident du travail à la CPAM du lieu de résidence du salarié. A cet effet, vous devez utiliser le formulaire CERFA n° 14463*01 « déclarations d'accident du travail/d'accident de trajet » que vous pouvez télécharger ici :

Téléchargement :
Déclaration d'accident du travail ou d'accident de trajet (CERFA n° 14463*01)
(PDF | 2p. | 484Ko)

Cette déclaration est obligatoire même si vous contestez le caractère professionnel de l'accident.


Accident du travail : formulation des réserves

Les réserves sont émises directement dans le formulaire de déclaration via la rubrique « Eventuelles réserves motivées ». Il est nécessaire de faire des réserves motivées, en joignant, si vous manquez de place sur le formulaire, une lettre d'accompagnement exposant vos réserves.

Attention, ne vous contentez pas d'inscrire « nous émettons des réserves » sans plus de précision. Vos réserves seraient considérées comme n'étant pas motivées et ne seraient pas prises en compte par la caisse primaire.

Pour que les réserves soient considérées comme motivées, il faut que contester le caractère professionnel par rapport aux circonstances de temps et de lieu ou faire valoir une cause totalement étrangère au travail.

En revanche, il n'est pas nécessaire, à ce stade, d'apporter la preuve que l'accident n'a pu se produire au lieu et au temps du travail.

Ainsi, dans une décision rendue fin janvier, la Cour de cassation a considéré qu'a bien émis des réserves motivées l'employeur qui a émis des doutes sur le fait que l'accident ait eu lieu au temps et au lieu de travail car :
  • d'une part il n'y avait aucun témoin ;
  • et, d'autre part, le salarié ne l'a pas informé de l'accident le jour-même de sa prétendue survenue.

Téléchargement :
Arrêt de la Cour de cassation, 2e chambre civile, 23 janvier 2014, n° 12-35003
(PDF | 5p. | 40Ko)

Accident du travail : les suites d'une réserve motivée

Le fait d'émettre des réserves implique que la CPAM doit mener une enquête.
A la réception de vos réserves, la CPAM vous transmettra ainsi un questionnaire ainsi qu'à votre salarié pour préciser les circonstances de l'accident. Elle pourra également dépêcher un agent au sein de votre entreprise qui diligentera une enquête sur place.

Sa décision vous sera ensuite notifiée à vous et à votre salarié.


Consultez l'article original sur le site web des Editions Tissot : Accident du travail : comment émettre des réserves en cas de doute ?
 
 
Demandez votre documentation
 

filter_list Sur le même sujet

Déplacements temporaires : comment gérer le refus du salarié ? Batiweb

Déplacements temporaires : comment gérer le refus du salarié ?

Les salariés du BTP sont pour certains amenés à se déplacer chaque jour sur les différents chantiers sur lesquels l’entreprise travaille. Cela concerne les ouvriers, les chefs de chantiers ou les conducteurs de travaux. Que se passe-t-il si un de ces salariés refuse de se rendre sur un des lieux auquel vous l’avez affecté ? Une récente décision de la Cour de cassation vient apporter de nouvelles précisions sur les choix possibles pour l’employeur.
Avis d’inaptitude à tout poste dans l’entreprise : que devez-vous faire ? Batiweb

Avis d’inaptitude à tout poste dans l’entreprise : que devez-vous faire ?

Lorsqu’un salarié est déclaré inapte par le médecin du travail, la procédure à mettre en oeuvre est quasi identique pour tous les employeurs, quelles que soient l'origine de l'inaptitude (professionnelle ou non) et la taille de l'entreprise. Vous devez ainsi rechercher à le reclasser et lui proposer un autre emploi approprié à ses capacités. Mais comment faut-il agir lorsque le médecin du travail a précisé que le salarié est inapte « a tout emploi » ?

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter