Compte pénibilité : quels sont les facteurs applicables au BTP ? Communiqués | 06.11.14

Partager sur :
Compte pénibilité : quels sont les facteurs applicables au BTP ?
Mesure phare de la réforme des retraites, le compte pénibilité dévoile enfin ses modalités avec la publication de six décrets d'application. Si certaines modalités entreront en vigueur dès le 1er janvier 2015, la plupart des facteurs d’exposition propres au BTP s’appliqueront en 2016.

Compte pénibilité : rappels de la mesure

Le compte personnel de pénibilité va permettre aux salariés de bénéficier d'une prise en compte spécifique de leur exposition aux risques professionnels : grâce la mise en place de dix facteurs de pénibilité au travail, un compte pourra être ouvert à tous les salariés particulièrement exposés aux risques de pénibilité et dépassant certains seuils. Ce compte permettra ensuite aux salariés d'acquérir des points pour suivre une formation permettant d'occuper un emploi moins exposé à la pénibilité, ou pour travailler à temps partiel, ou pour partir à la retraite de façon anticipée.

Les décrets d'application dévoilent les 4 premiers facteurs de risque pris en compte dès le 1er janvier 2015, les six autres étant reportés au 1er janvier 2016.


Compte pénibilité : deux dates d'entrée en vigueur des facteurs de pénibilité

4 critères entreront en vigueur en 2015. Il s'agit :
  • du travail de nuit ;
  • du travail répétitif ;
  • du travail en milieu hyperbare ;
  • du travail en équipes successives alternantes.

En pratique, c'est surtout le critère du travail de nuit et du travail en milieu hyperbare (par exemple pour les travaux publics sous-marins, les percements de tunnels, etc.) qui est susceptible de concerner les entreprises du BTP.

Les salariés affectés à des postes de travail de nuit - entre minuit et 5 heures du matin - pourront bénéficier d'une prise en compte particulière de pénibilité lorsqu'ils effectueront au moins 120 nuits par an.

Quant au travail en milieu hyperbare, ce facteur de pénibilité est représenté par le travail en milieu où la pression est supérieure à la pression atmosphérique. Les interventions réalisés sous une pression inférieure à 1.200 hectopascals et répétées plus de 60 fois par an seront prises en compte au titre de la pénibilité.

Les 6 autres facteurs n'entreront en vigueur que le 1er janvier 2016. Ils concerneront tous le BTP.
Il s'agit :
  • des postures pénibles : seront concernés les salariés qui maintiennent les bras en l'air, sont accroupis ou à genoux ou ont le torse fléchi, sous certaines conditions, pendant au moins 900 heures par an ;
  • des manutentions manuelles de charges : seront concernés les salariés exerçant certaines actions telles que lever ou porter pendant une durée minimale de 66 heures ;
  • des agents chimiques : le seuil sera déterminé selon une grille d'évaluation définie par arrêté ;
  • des vibrations mécaniques : seront concernés les salariés dépassant une certaine valeur d'exposition pendant au moins 450 heures par an ;
  • des températures extrêmes : seront concernés les salariés exposés à une température inférieure ou égale à 5 degrés Celsius ou au moins égale à 30 degrés Celsius, exposés au moins 900 heures par an ;
  • du bruit : seront concernés les salariés dépassant pendant 8 heures 80 décibels ou soumis à une pression acoustique d'au moins 135 décibels pendant 600 heures ou 120 fois par an.

Pour connaitre plus en détail les différents critères d'exposition afin de déterminer si vos salariés sont concernés par le compte personnel de prévention de la pénibilité, téléchargez notre dossier sur le compte personnel de prévention de la pénibilité :
Téléchargement :
Le compte personnel de prévention de la pénibilité
(PDF | 9p. | 137Ko)
Compte pénibilité : le décompte des « points » et leur correspondance

Chaque salarié exposé à l'un des facteurs ci-dessus définis va donc acquérir 4 points par an, ou 8 points s'il est exposé à plusieurs de ces facteurs.

Vous serez tenu d'établir une fiche « pénibilité » pour chaque salarié exposé.
Les points inscrits sur le compte personnel de prévention de la pénibilité sont utilisés de la façon suivante :
  • formation : 1 point ouvre droit à 25 heures de prise en charge de tout ou partie des frais d'une action de formation professionnelle continue ;
  • passage à temps partiel : 10 points ouvrent droit à un complément de rémunération dont le montant correspond à la compensation pendant 3 mois d'une réduction du temps de travail égale à un mi-temps ;
  • retraite : 10 points ouvrent droit à un trimestre de majoration de durée d'assurance vieillesse.
Compte pénibilité : financement de la mesure

Ce dispositif sera financé par la mise en place de cotisations sociales patronales : une cotisation de base de 0,01 % prise sur l'assiette de droit commun des cotisations sera rendue obligatoire dès 2017 pour toutes les entreprises et dans un souci de « solidarité interprofessionnelle ».

Cette cotisation portera sur l'assiette de droit commun et sera soumise aux exonérations concernant les bas salaires dans les mêmes conditions que l'ensemble des cotisations sociales.

Une cotisation spécifique s'ajoutera en cas de dépassement des critères de pénibilité.
Elle sera fixée à 0,1 % (pour 2015 et 2016) puis à 0,2 % à partir de 2017. Cette cotisation sera payable début 2016 pour l'année 2015. Ces taux seront doublés en cas de poly-expositions.


Retrouvez l'article original sur le site des Editions Tissot : Compte pénibilité : quels sont les facteurs applicables au BTP ?
 
 
Demandez votre documentation
 

filter_list Sur le même sujet

Pénibilité : d'importants changements en 2016

Pénibilité : d'importants changements en 2016

Les annonces du Gouvernement en matière de pénibilité sont enfin concrétisées suite à la publication de 2 décrets et 7 arrêtés au Journal officiel du 31 décembre 2015. Ces textes reportent l'entrée en vigueur des facteurs de pénibilité restants, en modifient certains ou encore précisent les obligations déclaratives incombant à l'employeur.
Nouvelle fonction

Nouvelle fonction "mixte combin" : l'innovation ACOVA au sevice du confort

Inventeur du radiateur sèche-serviettes, ACOVA se démarque également avec une très large offre de radiateur sèche-serviettes mixtes : à travers ses différentes gammes, Acova propose des modèles « mixtes traditionnels » et radiateurs sèche-serviettes avec soufflants intégrés. Ces fonctions de confort permettent de chauffer la salle de bain toute l’année, même lorsque la chaudière est à l’arrêt, et sont extrêmement appréciées par les utilisateurs : profiter de son radiateur sèche-serviettes quels que soient la saison, le mois, le jour, sans tenir compte de la période de « coupure du chauffage » est devenu une attente forte des particuliers.
L’offre alarme Hager  fait peau neuve avec la gamme sepio

L’offre alarme Hager fait peau neuve avec la gamme sepio

Selon le ministère de l’intérieur, le nombre d’effraction s’est stabilisé entre 2014 et 2015. Malgré un taux moyen élevé (7 cambriolages pour 1 000 logements), les français n’ont pas le réflexe de s’équiper en système de protection. Avec 234 000 cambriolages recensés dans les habitations principales et secondaires en France en 2015, uniquement 8% des foyers sont équipés d’un système d’alarme, alors que dans la plupart des cas, il se révèle être un moyen sûr de prévention.
Nouveau calcul des IJSS maladie, maternité, AT-MP : quelles conséquences dans le BTP ?

Nouveau calcul des IJSS maladie, maternité, AT-MP : quelles conséquences dans le BTP ?

Les modalités de calcul des IJSS versées pour les arrêts de travail débutant à compter du 1er janvier 2015 sont modifiées pour plus de simplicité. Plusieurs règles instaurées l’an passé pour les indemnités journalières maladie et maternité (concernant par exemple la subrogation) sont également étendues aux IJSS accident du travail-maladie professionnelle. Cela va avoir un impact sur les employeurs du BTP.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter