56 % des artisans du bâtiment ne se sentent pas légitimes pour parler des aides à la rénovation

Vie des sociétés | 05.07.21
Partager sur :
56 % des artisans du bâtiment ne se sentent pas légitimes pour parler des aides à la rénovation - Batiweb
MaPrimeRénov', certificats d'économies d'énergie (CEE), dispositifs locaux ou régionaux... les aides à la rénovation énergétique sont nombreuses. Mais les artisans du bâtiment les connaissent-ils bien et sont-ils prescripteurs auprès de leurs clients ? C'est sur ce thème que BigMat, spécialiste de la distribution de matériaux pour le bâtiment, a mené une enquête. L'objectif : mieux cerner la perception des artisans concernant ces aides.

En septembre 2019, BigMat et BVA réalisaient un sondage auprès des Français pour connaître leur opinion vis-à-vis des artisans du bâtiment. Cette étude révélait une bonne opinion chez les jeunes et les ruraux, mais un rapport plus controversé parmi les plus de 35 ans et les franciliens.

 

Transition écologique : le rôle primordial des artisans du bâtiment 

 

Autre enseignement : deux tiers des Français jugeaient que les artisans n'avaient pas de vision éco-responsable des travaux, et 56 % estimaient qu'ils devraient s'en préoccuper.

 

Alors que le secteur du bâtiment émet plus de 123 millions de tonnes de CO2 par an, les 555 261 entreprises artisanales du bâtiment ont en effet leur rôle à jouer pour réduire ces émissions, en optant pour des alternatives plus vertueuses pour l'environnement et en conseillant les particuliers dans leurs travaux de rénovation énergétique.

 

BigMat a donc réitéré l'expérience de l'enquête, en s'associant avec OpinionWay, et en s'intéressant cette fois-ci à la perception des artisans du bâtiment concernant les aides à la rénovation énergétique.

 

Cette enquête a été menée par téléphone entre le 26 avril et le 14 mai 2021, auprès de 505 entreprises artisanales du bâtiment de moins de 10 salariés.

 

Des aides jugées trop compliquées

 

Les résultats révèlent que 58 % des artisans interrogés estiment les aides globalement efficaces, mais 66 % les trouvent trop compliquées.

 

54 % s'estiment insuffisamment informés, et 56 % ne sentent pas légitimes pour en parler à leurs clients. En cause : les réformes successives, et le manque de temps pour s'informer. De fait, seuls 22 % utilisent les aides comme argument commercial.

 

« Il est important de rappeler que dans l'immense majorité des cas, il s'agit de TPE voire d'indépendants déjà très sollicités. Dès lors, la charge administrative qui accompagne le déploiement de ces dispositifs et le temps nécessaire pour s'informer voire se former et in fine conseiller les particuliers manque cruellement », souligne Fabio Rinaldi, président du directoire de BigMat France.

 

 

Des aides à la rénovation énergétiques jugées compliquées et encore mal connues. Source : BigMat / OpinionWay

 

Malgré ces chiffres, 70 % des artisans déclarent toutefois proposer des solutions respectueuses de l'environnement. Dans le détail, 23 % en proposent systématiquement dès qu'ils sentent que les clients sont ouverts, 18 % dès qu'elles ne sont pas plus chères que les autres, et 16 % si elles sont tout aussi efficaces.

 

Parmi les artisans du bâtiment ne proposant pas de solutions respectueuses de l'environnement, 18 % expliquent ne pas assez bien les connaître pour les recommander, et 7 % craignent de dissuader leurs clients.

 

 

Le recours à des solutions plus respectueuses de l'environnement. Source : BigMat / OpinionWay

 

« Ce résultat, même s'il existe encore une large marge de progression montre que la transition énergétique est désormais un sujet clairement identifié comme stratégique par les professionnels du secteur, ce n'était pas le cas il y a encore quelques années », rappelle enfin Fabio Rinaldi.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

82 % des Français seraient prêts à acheter un bien à rénover (sondage) - Batiweb

82 % des Français seraient prêts à acheter un bien à rénover (sondage)

Acheter un bien nécessitant des travaux ne ferait pas peur aux Français, selon un récent sondage mené par le groupe SeLoger. Toutefois, les particuliers resteraient très mal informés sur les aides à la rénovation existantes. Les ménages peuvent pourtant s'appuyer sur l'aide des conseillers du réseau FAIRE, et peut-être bientôt sur l'aide d'un « Accompagnateur Rénov' ».
70% des Français estiment que les communes ne parlent pas assez d'efficacité énergétique - Batiweb

70% des Français estiment que les communes ne parlent pas assez d'efficacité énergétique

Alors que le premier tour des élections municipales de 2020 doit avoir lieu dimanche 15 mars, Sonergia - spécialiste du financement des opérations d'amélioration de l'efficacité énergétique - a commandé un sondage à Harris Interactive pour évaluer l'intérêt des Français pour la politique d'efficacité énergétique menée par les communes. D'après les sondés, cet enjeu reste sous-estimé par les candidats aux élections municipales, et les mesures prises par les mairies encore trop peu efficaces.
Les Français toujours plus intéressés par les équipements renouvelables (étude) - Batiweb

Les Français toujours plus intéressés par les équipements renouvelables (étude)

Menée auprès de 1 024 personnes les 10 et 11 janvier derniers, l’enquête OpinionWay pour Qualit’EnR a rendu ses résultats ce 1er février, avec de bonnes surprises à la clé. Le baromètre intitulé « Les Français et les énergies renouvelables » démontre en effet que ces dernières représentent l’investissement préféré des ménages en 2018, avec un individu sur trois équipé d’un système valorisant les énergies propres, et un sur quatre qui prévoit de le faire très bientôt. Tous les chiffres.
L’UFC-Que choisir pointe les failles des Certificats d’économies d’énergie - Batiweb

L’UFC-Que choisir pointe les failles des Certificats d’économies d’énergie

La rénovation énergétique des bâtiments n’en finit plus d’inspirer l’UFC-Que choisir ! Après avoir dénoncé le démarchage abusif des professionnels du secteur, l’association a publié le 15 février les résultats d’une étude s’intéressant aux Certificats d’économies d’énergie (CEE), censés encourager les ménages à réaliser des travaux visant à maîtriser leurs dépenses énergétiques. Un objectif bien loin d’être rempli à en croire l’enquête. Explications.