Artisanat : la prévention des risques rime avec outils technologiques Vie des sociétés | 30.04.19

Partager sur :
Selon une récente enquête, il apparait que les entreprises artisanales se servent de plus en plus des nouvelles technologies pour les thématiques touchant aux risques et à la sécurité au travail. Outils ou formations en ligne, réalité virtuelle ou augmentée, objets connectés, drones…Le panel est large. L’étude a été menée auprès de 702 artisans adhérents à la CAPEB et à la Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP).

L’enquête nationale effectuée en novembre 2018 a été menée par la CAPEB, la Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP), l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (IRIS-ST) et l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP). Elle montre l’importante place qu’ont pris les nouvelles technologies dans le quotidien des entreprises artisanales. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 44% des sondés utilisent un outil en ligne pour réaliser l’évaluation des risques et 49% sont intéressés par une application clé en main pour aider à sensibiliser leurs salariés.

 

Un document unique numérique

 

Pour faciliter la gestion au quotidien, notamment pour évaluer les risques professionnels, les entreprises utilisent à 39% « MonDocUnique ». Cet outil, mis en ligne par l’Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics (OPPBTP), couvre plus de 35 risques, 200 situations de travail et près de 400 actions de prévention. La nouvelle formule « MonDocUnique Prem’s », sorti courant 2018 et proposant des actions à mener par métier, est déjà utilisé par 7% des sondés. En outre, 28% déclarent utiliser un autre support dématérialisé.

 

Se former en ligne et en réalité virtuelle

 

Les formations en ligne sont encore peu utilisées rapporte l’enquête (8%) et « ce chiffre peut s’expliquer par une offre de formation en ligne encore trop peu déployée, pour autant la moitié de ces chefs d’entreprise aimeraient le faire, preuve d’un intérêt grandissant des artisans pour cette nouvelle façon d’acquérir des connaissances et compétences. Par ailleurs, la santé et la sécurité au travail arrivent en tête des thématiques privilégiées par les artisans pour ces formations (65%), suivies de la technique métier (58%) et le la gestion (49%) ».

31% des artisans interrogés ont montré un intérêt pour la réalité virtuelle : ils estiment que « l’utilisation de ces nouvelles techniques serait un plus pour suivre des formations en santé et sécurité au travail ». L’étude en conclue que cette nouvelle technologie pourrait en effet être un atout pour améliorer le suivi des formations, avec la reproduction de situations réelles : détection de situations dangereuses, apprentissage des gestes de sécurité, mise en place des éléments de sécurité sur engins, véhicules et matériels.

 

Les objets technologiques

 

Près de la moitié (46%) des artisans du BTP sont intéressés par les équipements de protection individuelle et les balisages connectés. Ils souhaitent les utiliser pour favoriser les bonnes postures de travail (78%), en dispositif d’alerte en cas de chute ou malaise (72%), pour limiter une zone dangereuse (49%) et pour réduire le risque de heurts avec un engin (41%).

L’enquête révèle également que pour limiter le port de charges lourdes et aider à garder les bonnes postures, 31% des chefs d’entreprise artisanale sont intéressés par les exosquelettes.

Pour réaliser les devis en hauteur, principalement, l’utilisation de drones est aussi citée par 38% des artisans. Parmi ceux qui ne souhaitent pas en utiliser, « 57% indiquent que le matériel est encore trop cher et que la réglementation semble contraignante (permis, accès limité) » indique l’étude. Ce point a par ailleurs donné un nouvel axe de travail pour la CAPEB et ses partenaires qui ont décidé de « s’emparer de ce sujet afin de travailler conjointement avec les industriels pour proposer des solutions adaptées aux besoins des artisans ».

 

L. C.

Photo de Une : ©Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment - Batiweb

La Capeb soucieuse du bien-être des chefs d’entreprise du bâtiment

Alors que les questions relatives à la Santé et la sécurité au travail (SST) tiennent une importance grandissante, la Capeb a annoncé ce 19 janvier le renforcement de son partenariat avec Garance et IRIS-ST. Le but : mettre en place un dispositif « afin de renforcer la prévention du risque de stress au travail des chefs d’entreprise et conjoints du bâtiment ». Les détails.
La Capeb continue de réclamer une culture de la prévention à l’échelle européenne - Batiweb

La Capeb continue de réclamer une culture de la prévention à l’échelle européenne

En plein Congrès annuel d’European Builders Confederation (EBC), le président de l’organisme Patrick Liébus, qui dirige également la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), a rappelé la nécessité d’adopter une culture de la prévention commune à toute l’Europe. Une telle initiative permettrait, selon lui, de mettre en œuvre des campagnes de sensibilisation plus efficaces à l’attention des professionnels du BTP.
Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb - Batiweb

Les conditions de travail en hauteur préoccupent toujours la Capeb

La mobilisation de la Capeb en faveur de la prévention se poursuit ! L’organisme a annoncé le 25 juillet avoir renouvelé son partenariat avec Layher, spécialiste des échafaudages, et l’IRIS-ST (Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail). De nouvelles actions de prévention des risques devraient ainsi être prochainement mises en place, de même qu’une assistance téléphonique pour accompagner au mieux les dirigeants des entreprises artisanales du BTP.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter