BigMat innove pour séduire encore davantage ses clients professionnels et particuliers Vie des sociétés | 17.07.19

Partager sur :
Depuis près de 40 ans, BigMat propose à ses clients des services innovants et de proximité. En 2018, la coopérative a notamment lancé deux nouveaux concepts à savoir les espaces « Menuiserie » et « Carrelage ». L’objectif, « fidéliser les artisans et séduire les particuliers ». Celle qui compte un peu plus de 80 adhérents sur l’ensemble du territoire national, a toujours placé « l’humain » au cœur de sa stratégie. Fabio Rinaldi, président du directoire, nous en dit plus sur l’enseigne.

Créé en France, en 1981, BigMat a connu une croissance exponentielle. L’enseigne, qui s’est tout d’abord développée en France, a séduit le marché européen et compte aujourd’hui 890 points de vente dans 7 pays européens pour « à peu près, 2 milliards d’euros » de chiffre d’affaires.

 

En France, BigMat c’est un peu plus de 80 adhérents, 286 points de vente, 3 000 collaborateurs et un CA de 920 millions d’euros en 2018… Une notoriété qui se doit aux valeurs portées par l’enseigne : « indépendance, excellence, solidarité et convivialité ».

 

Indépendance et excellence

 

La coopérative est exclusivement composée d’entrepreneurs. « Ils sont tous patrons de leur affaire, l’enseigne étant là pour leur permettre de mutualiser des moyens », explique Fabio Rinaldi. Pourquoi rejoindre BigMat ?

 

« Ce que l’on constate dans la profession, c’est que beaucoup de gens ont envie de franchir le pas, de créer leur propre entreprise. Et je pense que BigMat a des atouts très forts » comme par exemple « une forte proximité » pour accompagner à tous niveaux ses adhérents, « quel que soit leur profil (situation géographique, taille, chiffre d’affaires…). Dans notre coopérative, un adhérent c’est une voix ».

Fabio Rinaldi - ©BigMat

Il explique distinguer deux types de profils : les indépendants et les salariés. « Je pense que tous les enjeux de demain autour des systèmes d’information, du digital… Tous ces outils-là, il va falloir les mettre en place pour compléter les dispositifs des négociants. Mais ils sont coûteux, ils prennent du temps et des ressources. Quand on est seul, ça peut devenir difficile. Et avant qu’il ne soit trop tard, ces personnes doivent rejoindre un groupement ».

 

BigMat accompagne ses futurs adhérents de A à Z, du montage du dossier à la mise en place du point de vente. « Quand vous arrivez avec BigMat à vos côtés, vous avez un peu plus de poids que quand vous êtes seuls. Ça donne une sorte de la crédibilité ».  

 

Solidarité et convivialité

 

L’esprit coopératif de l’enseigne attire également. « Cette année, on a 6 nouveaux adhérents, dont trois créations. Le reste, ce sont des indépendants qui ont souhaité rejoindre notre groupement », précise Fabio Rinaldi.

 

Évoluer dans un groupement, c’est aussi pouvoir échanger avec ses pairs, donner son avis, « mettre en commun des moyens pour avoir une assise nationale et internationale ». « Nous sommes intégrés dans des groupes avec d’autres entrepreneurs. Vous ne vivez plus le syndrome du dirigeant qui est seul ». C’est aussi l’occasion d’innover « ensemble », sur des offres notamment.

 

Développer des spécialités

 

Il y a de cela trois ans, BigMat a identifié le besoin de développer des « spécialités ». En 2018, l’enseigne a ainsi lancé deux concept stores : l’Espace Menuiserie et l’Espace Carrelage. Pourquoi cette initiative ?

 

Fabio Rinaldi révèle qu’ils étaient nombreux à avoir exprimé le souhait, la volonté de créer, au sein même de BigMat, ce genre de concept. « Il y avait une expertise dans notre réseau, il suffisait simplement de se structurer ».  

Espace Carrelage - BigMat Montélimar
 

Il était aussi question de séduire les clients particuliers. Il explique : « BigMat ayant plutôt une image de négociants de matériaux pour les professionnels, il y a une confiance derrière cette marque ». « Par contre, si vous êtes un particulier, vous ne pensez pas forcément à BigMat. Il faut qu’on arrive à capter cette clientèle ».

 

Fabio Rinaldi note en effet que les particuliers sont « de plus en plus prescripteurs ». BigMat a ainsi pensé une offre qui leur permet de découvrir l’ensemble des solutions nécessaires à la réalisation d’un projet… tout en faisant appel à des artisans du bâtiment. « Lorsqu’on développe des concepts comme l’Espace menuiserie, l’idée est d’avoir de la fourniture et de la pose derrière par des professionnels ».

 

Pour convaincre le grand public, BigMat mise sur le savoir-faire de ses équipes. « Nous avons aujourd’hui des plans de formation pour chacune des spécialités ». Les codes couleurs et chartes graphiques ont également été soignés afin que les particuliers se sentent « au bon endroit ». Et on peut dire que les premières retombées sont bonnes, notamment en interne.

 

Fabio Rinaldi révèle que les espaces « Menuiserie » et « Carrelage » ont « vraiment mobilisé les adhérents ». Le concept est venu répondre « à une attente très forte ». Et l’aventure est loin d’être finie ! « Nous en sommes à 6 espaces menuiseries et un espace carrelage inauguré en juin chez BigMat Kilburg, à Montélimar. C’est le début de l’histoire, on va en déployer beaucoup plus ».

 

Le président du directoire dévoile en effet que BigMat a « 30 à 40 projets dans les tuyaux ».  « Cette année, on pense terminer à 15/20 espaces menuiserie. Aujourd’hui certains adhérents décident soit d’ajouter cette activité à leur activité traditionnelle, soit de construire un nouveau point de vente dédié ».

 

Se servir du digital

 

Les Espaces « Menuiserie » et « Carrelage » by BigMat sont-ils une façon de faire face à la digitalisation du secteur de la construction ? Fabio Rinaldi estime qu’affronter le digital « serait assez contre-productif. Il faut le prendre comme un outil et s’en servir ».

 

Il rappelle en effet combien tout a changé ces 20 dernières années. « Avant, si vous aviez besoin de refaire votre salle de bain, vous appeliez un carreleur. Aujourd’hui, le client va d’abord se renseigner sur internet, puis il va venir au showroom ». Il croit ainsi en l’importance du point de vente physique, c’est-à-dire le point de vente « où vous venez voir, toucher votre carrelage, et rencontrer un conseillé ».

 

Ainsi si pour certaines applications, le client « n’a pas forcément besoin d’une intervention humaine », il en est convaincu : on ne perdra pas le contact humain. « Il suffit de voir, sur les plateformes même, vous avez souvent un chatbot. Ce n’est pas humain comme lorsque vous rencontrez quelqu’un, mais vous avez quand même quelqu’un qui essaye de s’adresser à vous pour du conseil ».

 

« Il s’avère que notre ADN est quand même dans l’humain, c’est dans notre baseline. « L’humain aussi ça compte » parce qu’on considère que dans des entreprises familiales comme les nôtres, l’humain, c’est quand même le premier critère. Et la technologie est au service de l’humain », poursuit M. Rinaldi. 

 

Il fait ici référence à la campagne lancée en novembre 2018 : « Dans tout projet, l’humain aussi ça compte ». Elle revendique « avec simplicité, sincérité et une touche d’humour la singularité du lien privilégié qui lie l’enseigne à ses clients, professionnels comme particuliers ». Pour cette campagne, les ambassadeurs sont « nos collaborateurs. C’est la vraie vie, ce ne sont pas des acteurs ».

 

« L’humain aussi ça compte » rappelle que « c’est la qualité de la relation humaine qui donne sa valeur à son expertise et lui permet de se démarquer dans un environnement concurrentiel en mutation », détaille un communiqué. Elle est le témoin d’un positionnement nouveau et de l’ambition partagée par l’ensemble des adhérents du groupement : « mettre le client au centre de toutes les réflexions et lui offrir un parcours multicanal fluide, simple, facilitant et convivial ».

 

Propos recueillis par Rose Colombel

Photo de une : Espace Menuiserie - BigMat Mâcon

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter