Braderie.Pro donne une seconde chance aux produits invendus du BTP Vie des sociétés | 18.11.20

Partager sur :
Lancée en 2017, la marketplace Braderie.Pro s'inscrit dans une logique d'économie circulaire. La startup, qui a annoncé en janvier dernier avoir bouclé une levée de fonds de 800 000 euros, valorise les fins de stocks des grossistes et fabricants du bâtiment. Son activité aurait permis cette année de « sauver » près de 60 000 kilos de produits du gaspillage. La société nous en dit plus sur son concept et ses projets en cours.

Quelle est la genèse du projet Braderie.Pro ? 

Julien Ramponneau, fondateur de la société Braderie.Pro, a évolué durant 15 ans au sein d’un distributeur professionnel du bâtiment. Il a alors été confronté à différentes problématiques et notamment à celle du stockage et de la destruction des invendus. Conscient de l’enjeu financier que représentaient ces produits et sensible à leur réemploi plutôt qu’à leur destruction, il décide de créer la société Braderie.Pro en février 2017.

Julien Ramponneau

A l’origine, l’idée était de créer un site BtoB où tous les professionnels du bâtiment pouvaient aussi bien vendre qu’acheter. Avec le temps, l’offre s’est recentrée sur les invendus de grossistes / distributeurs ou encore fabricants afin d’offrir au client final du matériel neuf et sous garantie.

Notre service permet de donner aux produits invendus une nouvelles chance d’être achetés. Ils sont en parfait état et ne sont plus commercialisés car des références plus récentes ont vu le jour, car la gamme a été arrêtée par le fabricant, etc. Grâce à Braderie.Pro, ces produits destinés à être jetés, entrent de nouveau dans un circuit de vente.

Est-on uniquement sur des produits neufs ou proposez-vous également des produits d'occasion ? 

Les produits vendus sur le site sont majoritairement neufs. Les produits d’occasion sont bien signalés et correspondent plutôt à des retours de chantiers ou des produits abimés lors de leur stockage. 

Quel est votre public cible ? 

Tout d’abord, il est important de rappeler que le site Internet est uniquement accessible aux professionnels. La cible principale est ensuite les artisans et TPE du BTP et plus précisément les plombiers / chauffagistes / climaticiens. Cette cible est principalement due au fait que la majorité des produits présents actuellement sur le site Internet proviennent de distributeurs sanitaires / chauffage. Nous sommes en revanche en train de développer de nouveaux partenariats afin d’ouvrir d’avantage d’univers produits et ainsi élargir peu à peu la cible à tous les secteurs du BTP.

Quel est le fonctionnement de Braderie.Pro ? 

Les distributeurs partenaires nous envoient des fichiers regroupant leur stock d’invendus. Nous les mettons ensuite en ligne sur notre site conçu en marketplace : pour un même produit il peut y avoir plusieurs vendeurs et ainsi plusieurs prix. Dès qu’un produit est vendu, nous informons le vendeur qui doit préparer le colis pour l’expédition. Nous mandatons alors un transporteur qui va récupérer le colis chez le vendeur et le livrer directement au client final : nous ne gérons aucun stock. La transaction est également facilitée car nous encaissons l’acheteur et payons le vendeur.

Le positionnement par rapport aux négoces est une vraie relation de partenariat. Ils l’ont bien compris, nous ne sommes pas concurrents mais nous travaillons main dans la main afin de réduire leur stock d’invendus et leur générer une source de revenus complémentaire.

Pouvez-vous nous résumer les avantages du service pour les différents publics ? 

Le service répond à différentes problématiques du secteur. Pour les grossistes et fournisseurs, il y a un double enjeu économique et environnemental. Tout d’abord leur stock d’invendus est dormant, ce qui signifie qu’il ne rapporte plus d’argent à la société. Le produit doit être également stocké ou détruit ce qui génère un coût à cette dernière. De plus, un nouveau paramètre entre dans la balance, il s’agit de la loi « anti-gaspillage pour une économie circulaire » adoptée le 30 janvier 2020 qui va bientôt interdire à ces entreprises de jeter des produits neufs.

Braderie.pro apporte ici une solution multiple : ajouter un canal de vente pour ces produits dormants, réduire les espaces de stockage et les intégrer dans une logique d’économie circulaire. Pour les artisans, Braderie.Pro permet tout d’abord de réaliser de bonnes affaires mais également d’avoir accès à d’anciennes références / pièces détachées qu’ils ne trouveraient plus en magasins spécialisés.

Depuis son lancement en 2017, comment ont évolué les visites sur le site ? 

Le site Internet a été lancé en Juin 2017 et a vacillé entre 500 et 1000 visites mensuelles durant sa première année d’existence. A partir de Juin 2018, des outils de communication ont été mis en place, tels que de l’emailing ou encore une stratégie réseaux sociaux afin de générer davantage de trafic et atteindre en moyenne 2000 visiteurs mensuels. Depuis janvier 2020, et la première levée de fonds de la société, une vraie stratégie de communication a commencé à se mettre en place, accompagnée par des améliorations du site Internet et récemment des campagnes d’acquisition. Aujourd’hui, le site Internet enregistre environ 12 000 à 15 000 visites mensuelles.

La période de confinement a-t-elle été facteur de croissance pour votre start-up ? 

La première période de confinement a davantage été une période de ralentissement car la majeure partie de nos grossistes partenaires étaient fermés. Il était donc très compliqué d’organiser la ramasse de leurs produits pour livrer nos clients. Concernant la deuxième vague, l’activité fonctionne normalement et n’impacte pas notre business.

Ce deuxième confinement pose la question des stocks. Braderie.Pro peut-il se présenter comme un allié dans un contexte si particulier ? 

Braderie.Pro ne disposant d’aucun stock propre, notre activité est entièrement liée aux stocks des fournisseurs et grossistes partenaires. Néanmoins, ces derniers sont pour le moment très bien organisés et nous pouvons ainsi continuer notre activité comme en période normale.

De votre côté, comment se porte l'activité ? 

Suite à la première levée de fonds, les objectifs de croissance étaient très élevés et ont dû évidemment être étalés dans le temps. Néanmoins la société s’est structurée, de nombreuses améliorations ont vu le jour sur le site Internet. Le développement continue également, avec l’élargissement de l’offre produits sur le site afin de toucher le plus grand nombre d’artisans et TPE.

Dans un communiqué, vous évoquer le développement de nouvelles technologies. De quoi s'agit-il ? 

Braderie.Pro étant une marketplace, les nouvelles technologies étudiées sont majoritairement des outils digitaux. Les différentes pistes à l’étude concernent l’introduction de l’intelligence artificielle dans la création des fiches produits ou encore une expérience utilisateur ciblée en fonction du profil et des préférences de ce dernier.

Propos recueillis par Rose Colombel

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée - Batiweb

Déchets du BTP : les professionnels du secteur opposés à la création d’une REP dédiée

En octobre 2017, Jacques Vernier s’est vu confier la mission de repenser le modèle des filières REP (responsabilité élargie des producteurs) afin qu’il s’adapte aux nouveaux enjeux de recyclage et favorise la transition de la France vers une économie circulaire. Parmi les propositions formulées, la création de 5 nouvelles filières dont une dédiée aux déchets du bâtiment ; une préconisation aujourd’hui contestée par les professionnels de la construction.
La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier - Batiweb

La FFB présente deux outils pour « mieux valoriser » les déchets de chantier

Alors que le Gouvernement a publié, le 23 avril dernier, sa feuille de route économie circulaire, la Fédération Française du Bâtiment (FFB) annonce le lancement de deux outils à destination des artisans et entrepreneurs. Soutenus par l’Ademe, ils visent à accompagner le secteur dans la valorisation des déchets de second œuvre issus de site de démolition/réhabilitation.
Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation - Batiweb

Feuille de route économie circulaire : le BTP souhaite plus de concertation

Dans le cadre de la Feuille de route économie circulaire (FREC), quatorze organisations professionnelles des filières « Bâtiment » et « Déchets » s’étaient associées, en décembre 2018, pour plancher sur la question de la reprise des déchets du secteur et leur recyclage. Alors que les conclusions viennent d’être présentées, elles demandent à pouvoir « débattre sérieusement » avec le Gouvernement. Elles pointent en effet un manque de concertation.
Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP - Batiweb

Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP

Au Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib), Philippe Francisco, adjoint au directeur Matériaux et Économie circulaire, est bien placé pour le savoir : les acteurs de la construction s’intéressent de plus en plus à l’économie circulaire et à leur impact carbone. Dans ce contexte, les études autour des bétons bas carbone se multiplient. Si cette tendance tend à s’accroître, le spécialiste rappelle que les initiatives ne doivent pas se limiter aux recherches autour des matériaux, mais s’inscrire dans une démarche globale, passant par les processus de fabrication, les efforts des usines, ou encore la limitation des transports. Entretien.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter