Cekal, la certification des vitrages vers un diagnostic énergétique des bâtiments.

Vie des sociétés | 24.11.04
Partager sur :
Cekal, la certification des vitrages vers un diagnostic énergétique des bâtiments. - Batiweb
L'amélioration énergétique des bâtiments est un enjeu collectif national, européen, mondial. De nombreux corps de métier sont concernés ; la profession du vitrage y occupe une place prépondérante, par la nature même de ses produits, qui, par leurs performances thermiques, participent pleinement à la notion de qualité, de confort et de progrès. Cekal, en sa qualité d'organisme certificateur des vitrages, a souhaité, dans le cadre du salon Equip'baie 2004, aborder le thème d'actualité du diagnostic énergétique.
L'objectif de Cekal, en faisant appel à des spécialistes qui participent à la mise en place du diagnostic thermique, est d'informer les professionnels, fabricants et utilisateurs de vitrages dans le bâtiment, des enjeux et implications de cette future obligation. La certification des vitrages Cekal, opérationnelle depuis 1989, apporte d'ores et déjà une aide à l'ensemble des professions concernées. Elle accompagne la mise en place de solutions performantes pour les parois vitrées.

Cinq intervenants, spécialistes majeurs du sujet, ont abordé chacun un aspect de la chaîne qui permettra demain, d'aller efficacement vers ce diagnostic énergétique des bâtiments :

  • Cédric Lentillon, chef de projet, Maîtrise de l'énergie et qualité des constructions au ministère du Logement a présenté le programme gouvernemental dans ce domaine :
    • la transposition de la Directive européenne,
    • les mesures d'accompagnement comme le crédit d'impôts,
    • le programme de recherche PREBAT sur la maîtrise de l'énergie… .
  • Hubert Despretz, Ingénieur coordinateur de secteur, au Département bâtiment et urbanisme de l'Ademe a présenté, sur la base des exigences de la Directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments, les caractéristiques de la nouvelle " certification énergétique " et les bénéfices que peuvent en attendre les particuliers, les professionnels et la collectivité dans son ensemble. .
  • Didier Fouquet, énergéticien, TEP2E a fait le point sur la prestation du diagnostic énergétique qui devrait englober, en une seule visite, tous les domaines d'expertise associés au bâtiment (ventilation, confort acoustique, confort d'été et d'hiver, consommation électrique, éclairage, etc.).
  • Brigitte Brogat, conseiller technique à Union Sociale pour l'habitat, a abordé le sujet dans le cadre du logement social, qui connaît actuellement un élan important, grâce aux dernières mesures gouvernementales. Les charges énergétiques pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire restent très importantes, constituant le premier poste de charges (locatives ou individuelles) en logement. Les méthodes d'estimation se heurtent à une très grande hétérogénéité des situations car la dépense énergétique dépend d'un grand nombre de facteurs difficiles à modéliser.
  • Bernard Caroff, ingénieur à la Direction des affaires techniques de la FFB confirme la position favorable de la Fédération Française du Bâtiment à l'information des acheteurs ou locataires sur la performance énergétique du bâtiment. La comparaison des niveaux de consommation pourrait s'appuyer sur une classification plutôt que sur un affichage exprimé en kWh ou en euros.

À ce propos, l'Ademe et la FFB ont présenté en cette année 2004, un ouvrage intitulé "L'amélioration énergétique des bâtiments existants" ; 90 "bonnes solutions" y sont recensées.

L'objectif fixé par le groupe intergouvernemental sur le changement climatique est de diviser par quatre les émissions totales de CO2 à l'horizon 2050. Le bâtiment représente bien sûr un secteur privilégié, offrant de nombreuses possibilités d'actions et d'améliorations des performances.

La FFB a désigné 2004 comme "l'année énergie", en attendant 2005 et la nouvelle réglementation thermique. Compte tenu de son taux de renouvellement (estimé à 1% par an) le parc de 2050 sera largement constitué par le parc existant aujourd'hui, ce qui va nécessiter un grand programme de rénovation du bâti. Le montant des travaux réalisés aujourd'hui dans l'existant dépasse d'ailleurs déjà celui du neuf.

Rappelons que la certification Cekal atteste des moyens mis en œuvre par un centre de production pour fabriquer des produits de qualité. Cekal délivre tous les 6 mois plus de 180 certificats à 158 centres de production dont 24 en Europe, hors de France. Les centres certifiés Cekal représentent une production de 18 millions de m2 de vitrages isolants (VI), 3 millions de m2 de vitrages feuilletés (VF) et 1 million de m2 de vitrages trempés (VT).

Depuis son agrément délivré le 12/06/1989 par le ministère de l'Industrie, Cekal est l'organisme certificateur des vitrages en France. À ce titre, Cekal agit dans le cadre de la loi 94-442 du 3 juin 1994 sur l'information des consommateurs. Cekal est accrédité par le Cofrac sous le n° 5-0036.

Redacteur