De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante Vie des sociétés | 24.01.17

Partager sur :
De nouvelles méthodes d’interventions pour traiter le risque amiante Batiweb
L’année dernière, suite à la signature de conventions relatives au traitement de l’amiante dans le parc social francilien, l’Union sociale pour l’habitat d’Île-de-France (AORIF) signait deux conventions de partenariat et lançait une phase de tests concernant 60 chantiers. Une démarche à l’objectif simple : mesurer le niveau d’émission de fibres d’amiante. Aujourd’hui, l’heure est au bilan.
Alors que la réglementation portant sur le traitement de l’amiante dans le parc social francilien a évolué l’année dernière, l’AORIF (Union social pour l’habitat d’Île-de-France) et dix organismes franciliens de logement social ont choisi de s’engager en faveur de la santé et sécurité des professionnels intervenant dans ces habitats.

C’est ainsi que deux conventions de partenariat ont été signées le 19 janvier 2016, l’une avec l’OPPBTP (Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des travaux publics), l’autre avec la CRAMIF (Caisse régionale d’assurance maladie d’Île-de-France) afin de lancer une campagne de chantiers tests.

Au total, cette opération, qui a coûté 238 000 euros (financés par les organismes de logement social et le FSI), a permis d’expérimenter dix modes opératoires différents. Un an plus tard, l’AORIF fait état d’un bilan « très positif » qui « met en évidence la capacité de tous les acteurs à améliorer la sécurité de tous ».

Des résultats plus que concluants

Dans son rapport rendant compte de cette phase de test, l’AORIF indique s’être appuyée sur 3 facteurs de réussite au lancement de ce projet. Ils concernent aussi bien le niveau d’empoussièrement que la « reconnaissance de la démarche par les organismes professionnels » et l’adhésion des entreprises du BTP.

Or, « pour chacun de ces facteurs, le résultat est satisfaisant », résume l’AORIF. En effet, 86% des chantiers tests ont obtenu un niveau d’empoussièrement inférieur au code de santé publique, soit 5 f/L. « Seul un mode opératoire sur un matériau spécifique (fibrociment amianté) n’a pas permis la répétitivité de ces résultats », stipule l’étude.

D’autre part, l’AORIF a tenu à féliciter l’intégration des organismes de prévention à la démarche, qui témoigne d’une certaine reconnaissance. « La forte mobilisation d’entreprises » et les nombreuses demandes de participation sont également soulignées, « permettant de confirmer tout l’intérêt [que la démarche] a su susciter dans l’environnement professionnel des bailleurs mais aussi au-delà. »

Face à ces constats particulièrement positifs, l’AORIF a fait part de son optimisme quant à « la mise en place de méthodologies d’interventions ». Selon l’organisme, ces chantiers tests ont aussi permis aux participants d’acquérir de nouvelles compétences et de pérenniser une démarche commune. Enfin, cette démarche a surtout offert la possibilité à chacun de prendre conscience de la nécessité de « mettre en œuvre des solutions simples, reproductibles et peu coûteuses permettant de mieux protéger » l’ensemble des professionnels.

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L’OPPBTP toujours plus impliqué dans la prévention du risque amiante Batiweb

L’OPPBTP toujours plus impliqué dans la prévention du risque amiante

À l’occasion des 34èmes Journées nationales de santé au travail dans le BTP, qui ont ouvert leurs portes ce 17 mai au Palais des Congrès de Dijon, l’OPPBTP a été sollicité en sa qualité d’expert de la prévention dans le Bâtiment. Dans ce cadre, l’Organisme présentera un nouveau guide pratique sur l’amiante, dont le but est de sensibiliser et accompagner les professionnels concernés. Détails.
Les offres d’emploi dans le BTP explosent Batiweb

Les offres d’emploi dans le BTP explosent

Réputée pour être une période plus propice à la prudence qu’à l’embauche, la présidentielle ne semble pas avoir freiné l’embellie du secteur du BTP. Or, comparant le nombre d’offres d’emploi disponibles aux premiers trimestres 2016 et 2017, le site d'emploi RegionsJob constate que la construction est le deuxième secteur le plus dynamique du pays, avec un bond de 61% des offres d’emploi. Précisions.
Rénovation énergétique : l’UFC dénonce « les piètres performances des artisans » Batiweb

Rénovation énergétique : l’UFC dénonce « les piètres performances des artisans »

Désillusion totale pour l’UFC-Que choisir ! Dans une étude publiée ce 7 décembre portant sur la rénovation énergétique, l’association de consommateurs s’est intéressée à la qualification des professionnels du secteur. Verdict : les résultats sont apparemment « désastreux », l’UFC pointant le manque de fiabilité des artisans, ainsi que les prix excessifs pratiqués sur le marché.
La prévention des risques, une réelle nécessité pour les entreprises françaises Batiweb

La prévention des risques, une réelle nécessité pour les entreprises françaises

Malgré les efforts déployés par les entreprises en matière de prévention des risques, Dekra Industrial, spécialiste du secteur, constate toujours « une efficacité limitée faute d’une réelle stratégie dans le domaine ». Le nombre d’accidents recensés ne cesse néanmoins de baisser, les enjeux liés à la prévention étant de plus en plus pris au sérieux par les dirigeants des sociétés.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter