L'accord de fusion Holcim-Lafarge prend l'eau Vie des sociétés | 16.03.15

Partager sur :
L'accord de fusion entre le cimentier français Lafarge et son concurrent suisse Holcim ne se fera pas selon les termes approuvés par les conseils d'administration le 7 juillet dernier. Le cimentier Holcim propose d'entamer des négociations sur les questions de parité d'échange et de gouvernance, précisant toutefois que Lafarge refusait de négocier, « sauf sur le ration d'échange ». Les négociations s'annoncent serrées.

Le cimentier français Lafarge va devoir revoir sa copie. Le conseil d'administration du cimentier suisse Holcim vient de faire savoir par voie de communiqué que « l'accord d'association ne peut plus être poursuivi sous sa forme actuelle », confirmant des informations du quotidien britannique The Financial Times publiées la semaine dernière.

Lafarge indique en effet avoir reçu un courrier du Président du conseil d’administration d’Holcim lui faisant part de la décision du conseil d’Holcim « de ne pas poursuivre l’exécution du Combination Agreement selon les termes approuvés par les conseils d’administration de Lafarge et Holcim et conclus le 7 juillet 2014, et faisant part de positions remettant en cause les conditions financières et de gouvernance du projet de fusion entre égaux ».

Le cimentier suisse propose « d'entamer des négociations de bonne foi sur les questions de parité d'échange et de gouvernance ». Il précise cependant dans son communiqué que « Lafarge a indiqué qu'il refuse de renégocier, sauf le ratio d'échange ».

Lafarge « attaché au projet »

De son côté, le cimentier Lafarge a indiqué qu’il «reste attaché au projet qu’il entend voir mis en œuvre » et est « prêt à explorer la possibilité d’une révision de la parité en ligne avec les conditions de marché récentes mais qu’il n’accepterait aucune autre modification des accords actuels ».

Selon la presse suisse, qui citait l'entourage de l'actionnaire principal d'Holcim Thomas Schmidheiny, avec 20,1 % du capital, ce dernier souhaitait une modification en sa faveur des termes de l'accord de fusion. Les demandes suisses sont liées à des performances jugées divergentes au quatrième trimestre entre les deux groupes. Elles interviennent également après la récente réévaluation du franc suisse par rapport à l'euro.

La presse suisse indiquait que deux pistes étaient évoquées par l'entourage de M. Schmidheiny: la révision des parités de fusion ou le versement d'un dividende exceptionnel. Alors que l'accord initial prévoyait que les actionnaires de Lafarge recevraient une action Holcim pour chacun de leurs titres, le groupe suisse ne serait plus disposé qu'à leur verser 0,875 action par titre, affirme l'agence de presse Bloomberg News. Lafarge aurait accepté une parité de 0,93 pour sauver l'accord, déjà très avancé.

Selon Bloomberg, Holcim refuse aussi que le nouvel ensemble à naître de la fusion soit dirigé par l'actuel patron de Lafarge Bruno Lafont, qui devait garantir l'équilibre entre les deux parties française et helvétique, dans la mesure où le siège du groupe fusionné devait être installé en Suisse.

Ce projet de fusion entre égaux, annoncée en avril 2014 doit donner naissance à un colosse du béton pesant 32 milliards d'euros de chiffre d'affaires (avant cessions) et comptant 130.000 salariés dans 90 pays.

C.T (avec AFP)
© C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH - Batiweb

Lafarge et Holcim franchissent une étape avec la cession d'actifs à CRH

La société irlandaise de matériaux de construction CRH est entrée en négociations pour le rachat de quelques 6,5 milliards d'euros d'actifs que les cimentiers suisse Holcim et français Lafarge, en cours de fusion, cherchent à céder. Dans le même temps, le parquet suisse a ouvert une enquête après des soupçons de délit d'initié lors de cette fusion en avril dernier.
Le projet de fusion entre Holcim et Lafarge validé par la Commission européenne - Batiweb

Le projet de fusion entre Holcim et Lafarge validé par la Commission européenne

Lafarge, leader mondial des matériaux de construction français et Holcim, leader mondial suisse de la fabrication et de la distribution de ciment et de granulats, ont obtenu lundi soir le feu vert de de la Commission européenne concernant leur projet de fusion entre égaux. En avril dernier, le Groupe avait entamé des discussions et procéder à la cession de certains actifs avec l'ambition de devenir le poids lourd mondial du ciment.
Fusion Holcim-Lafarge : un accord trouvé sur la direction et la parité d'échange - Batiweb

Fusion Holcim-Lafarge : un accord trouvé sur la direction et la parité d'échange

Les conseils d'administration d'Holcim et Lafarge viennent de trouver un accord, qui sauve leur projet de fusion entre égaux des deux sociétés. Les deux parties se sont mises d'accord, à la fois sur une nouvelle parité d'échange et sur la désignation d'un nouveau Directeur général. Des actifs des deux groupes en Europe, d'une valeur de 6,5 milliards d'euros, seront également cédés au terme du processus de fusion à CHR. Détails de l'opération.
 Lafarge-Holcim : quelle stratégie de développement pour le nouveau géant du ciment ? - Batiweb

Lafarge-Holcim : quelle stratégie de développement pour le nouveau géant du ciment ?

Lafarge-Holcim, futur géant du ciment issu du rapprochement des deux concurrents historiques, suisse et français, pèserait 32 milliards d'euros de chiffre d'affaires dans le secteur des matériaux de construction, si leur fusion est finalisée. Leur stratégie de développement s'appuierait alors sur un réseau de production et de distribution optimisé ainsi qu'un service de R&D renforcé. La finalisation de l’opération devrait intervenir au cours du premier semestre 2015.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter