L'état de la construction neuve après 36 mois de crise

Vie des sociétés | 08.03.11
Partager sur :
L'état de la construction neuve après 36 mois de crise - Batiweb
A l'heure où la reprise semble s'amorcer, l'Observatoire Nationale des Travaux et Services liés au BTP (ONTSBTP) vient de dresser un 1er bilan du marché de la construction neuve pour le début de l'année 2011. Entre embellie, fragilité et contexte favorable, cette étude met en exergue l'état de ce marché après 36 mois de crise

À l’heure où la reprise semble s’amorcer, l’ONTSBTP est revenu sur les prévisions évoquées pour 2011. En effet, face à certaines données controversées émanant des systèmes SITADEL du gouvernement, l’ONTSBTP vient de dresser un 1er bilan du marché de la construction neuve en ce début d’année… des résultats qui confirment les tendances annoncées fin 2010. Après 10 ans de croissance exponentielle, entre 1997 et 2007, le marché du neuf a ressenti les premiers signes de décroissance dès 2008. Si le logement résidentiel a été le premier impacté Après 10 ans de croissance exponentielle, entre 1997 et 2007, le marché du neuf a ressenti les premiers signes de décroissance dès 2008. Si le logement résidentiel a été le premier impacté par la crise, l’immobilier de bureaux a, quant à lui, seulement été atteint un an après.

Résidentiel : une reprise lente et fragile

Faisant suite à 36 mois particulièrement moroses pour les professionnels de la construction, l’année 2011 vient en effet souffler un vent de reprise sur le marché du neuf résidentiel, surtout pour le secteur du logement individuel. On constate sur le logement individuel la confirmation de l’embellie annoncée le trimestre dernier sur la maison individuelle, avec à ce jour une prévision de croissance de plus de 30 % sur les 12 prochains mois. A court terme, il s’agit sans aucun doute d’un effet d’anticipation sur la fin du plan relance, les ménages souhaitant profiter notamment des avantages du taux à zéro %. Il y a un risque que le nombre de permis autorisés chute au second semestre, réduisant l’ampleur de la reprise sur le premier semestre 2011.

Sur le logement collectif, la baisse du niveau de la construction se poursuit jusqu’à la fin de l’année et pourrait se stabiliser au premier semestre 2011. Alors que les prix sont en hausse aussi bien dans l’ancien que dans le neuf, que les délais d’écoulement des stocks de la promotion immobilière se sont considérablement améliorés, on ne constate aucune amélioration sur les autorisés qui permettrait d’anticiper un retour à la croissance du nombre de logements collectifs commencés en 2011. Cependant, cette embellie demeure fragile et nécessite un contexte favorable, aussi bien au niveau national qu’international, pour se confirmer. Les incertitudes économiques et politiques (aides aux logements) sont très incertaines et les évolutions peuvent encore évoluer rapidement d’ici la prochaine loi de finance.

Bâtiments productifs : fin de la décroissance

De la même manière que pour le résidentiel, la situation est légèrement différentes au sein des conjonctures « locaux » selon qu’il s’agisse de locaux productif ou d’accueil. Par locaux productifs, on entend bureaux, commerce et industrie. Cette première famille a connu un décrochage de la croissance plus tardivement par rapport au reste du marché, soutenu notamment par un secteur du bureau qui a moins décru et ce de manière plus tardive. C’est l’arrêt des investissements industriels qui est largement à l’origine de la décroissance de ce marché, avec la perte d’un tiers de mise en chantier en moins sur 24 mois. Pour cette dernière, l’année 2011, avant d’être celle du retour à la croissance est plutôt celle de la fin de la décroissance, comme le montre le graphique ci-après.

Bâtiments productifs

T3-2010 / T3-2009 : - 21,6 %
T3-2011 / T3-2010 : - 1,0 %

Bâtiments d’accueil : une reprise réelle

De manière légèrement différente, les locaux d’accueil (santé, enseignement, culture loisirs) on connu un plancher bien plus tôt et on impacté le retour à la croissance dès 2011, tiré essentiellement par le secteur de la santé. Cette croissance se fait à pas lent et compté. Le retour au niveau de construction d’avant crise prendra certainement du temps, au vu des taux de croissance synthétisé ci après.

Bâtiments d’accueil
T3-2010 / T3-2009 : - 1,8 %
T3 2011 / T3 2010 : + 4,0%

B.P

Redacteur