Le génie climatique « a réussi à limiter » l’impact négatif de la pandémie Vie des sociétés | 03.02.21

Partager sur :
Lors d’une conférence de presse, Uniclima est revenu sur l’activité du génie climatique en 2020, une année marquée par la crise sanitaire. Malgré des chantiers arrêtés lors du premier confinement, la filière a résisté, et a réussi à limiter l’impact de la pandémie, indique le syndicat. Pour 2021, des inquiétudes persistent pour deux raisons principales : une reprise plus lente de la construction neuve, et un contexte sanitaire toujours incertain.

L’année 2020 aurait pu être synonyme de forte décroissance, et pourtant, les industriels du génie climatique, comme d’autres branches d’ailleurs du bâtiment, ont réussi à limiter les conséquences négatives liées à la crise sanitaire. Lors d’une conférence de presse, Uniclima a dévoilé les chiffres du secteur, en baisse pour la plupart, mais un recul qui reste léger, et qui démontre combien la filière a fait preuve de résilience. 

Le marché des chaudières gaz et fioul ont enregistré une baisse de – 2% par rapport à 2019. Sur le marché de la maison individuelle, la chaudière gaz à condensation est en recul au profit de la PAC air/eau. Quant aux ventes de chaudières « classique », elles diminuent de – 13%. Concernant les PAC hybrides, Uniclima note un « déficit de visibilité » comparé à d’autres solutions « malgré un intérêt certain en termes de confort et d’économie pour les usagers ». Le marché s’élève à 3 700 pièces sur la base des répondants. 

Le marché des brûleurs fioul et de gaz est en baisse de – 1,8% et – 12,5% respectivement. L’explication : « les attaques contre le fioul et l’évolution des produits vers des appareils à condensation ». 

S’agissant des radiateurs à eau, le marché se contracte de – 11%, une baisse qui se doit, selon Uniclima, à l’arrêt des chantiers lors du premier confinement, et à la fermeture des enseignes de bricolage. Le marché des sèche-serviettes a quant à lui régressé de plus de – 9%. Pour ce qui est des perspectives de marché, la construction neuve reste « déterminante », tout comme la RE2020. 

Résultats contrastés pour les équipements EnR

Les chaudières biomasse progressent très légèrement (+ 0,6%) s’établissant à 17 300 pièces, une croissance qui devrait se confirmer dans le cadre du changement d’équipements anciens. Les chaudières à chargement automatique poursuivent leur progression (+ 6%), notamment sur le marché de la rénovation, une hausse qui aurait pu être plus importante si le dispositif MaPrimeRenov’ n’avait pas connu autant de dysfonctionnements dans le paiement des primes. Le marché des chaudières à chargement manuel est en chute libre (- 30%, conséquence de la sortie du marché des chaudières inférieures à la classe V). Uniclima souhaite davantage de mesures pour le changement d’anciennes chaudières à bûches, à intégrer peut-être dans le cadre d’un « coup de pouce chauffage ». 

Le syndicat estime que les chaudières aux granulés devraient encore gagner du terrain. Pour ce qui est des installateurs qualifiés, les professionnels certifiés Qualibois eau sont encore trop peu nombreux malgré les efforts de formation. Le RGE « Chantier par Chantier » pourrait venir dynamiser le tout. 

Pour ce qui est du solaire thermique, le marché est en baisse de – 20%. Les livraisons de chauffe-eau solaires individuels reculent de – 6% (s’établissant à 4 250 unités en 2020). Les systèmes solaires combinés (SSC) se comptent au nombre de 250, en baisse de – 32% malgré la possibilité de bénéficier d’un coup de pouce chauffage et de MaPrimeRénov’. Enfin, les livraisons de capteurs destinés au collectif et au tertiaire s’inscrivent aussi à la baisse (- 29% pour s’établir à 17 000 m2). 

Le syndicat espère que l’année 2021 sera celle « du renouveau pour les équipements individuels ». Il signale là encore un nombre de professionnels Qualisol qui reste faible (moins de 2 000). 

Le marché des PAC se renforce

Les PAC air/eau se stabilisent (- 0,6%) tandis que les PAC Air/Air augmentent de + 11%. Ces dernières sont « majoritairement » utilisées comme solution globale de chauffage en remplacement des systèmes à effet joule ou de rafraichissement quelques jours de l’année, précise le syndicat. 84% des unités extérieures de mono ou multisplits vendues contiennent du R32, diminuant l‘impact environnemental de ces solutions. 

Le marché des PAC haute température de 55 à 65°C progresse de + 21% contre un recul de – 23% pour les PAC très haute température (> 65°C). La géothermie régresse cette année encore (- 4,5%) après une année 2019 « plutôt encourageante ». Enfin, les ventes de chauffe-eau thermodynamiques se contractent de – 6%. 

Uniclima indique : « Il est regrettable que le Crédit d’Impôt tertiaire ne s’adresse qu’aux machines à eau chauffage ou chauffage + ECS et ne prenne pas en compte les PAC ECS ». 

Zoom sur la ventilation

Dans l’individuel, le marché des VMC simple flux est en baisse (-5%) contre une hausse de + 0,1% pour le double flux, un segment qui a même connu une forte hausse au 4e trimestre 2020 (+ 26,4%). Sur le marché du collectif et du tertiaire, on observe une baisse de – 9% sur les équipements simple flux et de 19% pour le double flux. En cause, l’arrêt des chantiers lors du premier confinement, et une reprise bien plus longue du fait de l’envergure des projets. Le marché pourrait être booster par le plan de relance grâce à la réhabilitation des bâtiments publics, des logements privés et sociaux, et au crédit d’impôt pour la rénovation des locaux des TPE et PME. Le décret tertiaire devrait aussi jouer un rôle de catalyseur, ajoute Uniclima. 

Les chantiers 2021

Parmi les travaux qui seront menés en 2021, ceux concernant la RE2020. Uniclima estime que les seuils annoncés pour l’indicateur IC Énergie sont « incompatibles avec l’installation de produits et systèmes hybrides ». En maison individuelle, le syndicat attend de la RE2020 qu’elle permette aux constructeurs de bénéficier d’une alternative (PAC électrique double service sur vecteur eau ; Chaudières THPE + chaleur renouvelable pour l’ECS, solaire ou CET…). Même chose pour le collectif, où des alternatives sont souhaitées. Uniclima rappelle que de nombreuses usines en France fabriquent à ce jour des chaudières THPE au gaz, et des équipements de production d’ECS avec la chaleur renouvelable. Les arbitrages pourraient mettre à mal toute une filière industrielle. 

Pour ce qui est de la rénovation des bâtiments, Uniclima se dit perplexe face à la création et au développement de prestataires intermédiaires qui viennent gérer les dossiers pour les bénéficiaires. Cela peut complexifier la compréhension des aides. Uniclima indique par ailleurs qu’il fera ses meilleurs efforts pour que tous les équipements du syndicat soient systématiquement intégrés dans les programmes de soutien. 

Rose Colombel
Photo de une : ©Adobe Stock

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte - Batiweb

Conjoncture : un marché du génie climatique en demi-teinte

Le marché des chaudières est soutenu par les murales gaz, celui des pompes à chaleur se stabilise, tandis que la climatisation tertiaire est impactée par la crise et que la ventlation souffre de la chute des nouvelles constructions, selon les résultats du génie climatique à fin août 2013 publié par Uniclima.
Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude) - Batiweb

Les PAC, grandes gagnantes de la RE2020 ? (étude)

La future Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) devrait privilégier l'électricité au détriment du gaz et du fioul. Dans ce contexte, Delta-EE anticipe une montée en puissance des pompes à chaleur (PAC) qu'elles soient air/air, air/eau, ou hybrides, qui viendront progressivement remplacer les chaudières au gaz et au fioul, que ce soit dans le neuf ou la rénovation.
Uniclima se satisfait « des bons résultats de l’année écoulée » - Batiweb

Uniclima se satisfait « des bons résultats de l’année écoulée »

La reprise dans le bâtiment semble avoir profité aux industriels du Génie climatique ! Réunis le 8 février dernier, les adhérents d’Uniclima se sont réjouis des « bons résultats » de l’année écoulée et ont présenté leurs perspectives pour 2018. Les mesures annoncées en faveur de la rénovation énergétique du bâti devraient impacter positivement la filière. Efficacité énergétique, confort, qualité de l’air… le secteur a beaucoup à apporter au bâtiment.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter