Les Français toujours réticents vis-à-vis des objets connectés (étude) Vie des sociétés | 27.12.18

Partager sur :
Si, pour certains, la maison connectée est l'avenir du bâtiment, sa perception par les ménages Français reste très mitigée. Pour preuve, Promotelec, dans sa dernière étude menée avec l'institut Sociovision, révèle que 57% de la population est hostile ou indifférente aux objets connectés pour l'habitat. Le point sur les principaux enseignements de cette enquête.
Généralement considérés comme innovants, les objets connectés n'en sont pas moins trop limités aux yeux de nombreux Français. Dans une étude publiée en juin dernier, les personnes interrogées pointaient déjà les prix trop élevés de ces équipements, dont les fonctionnalités seraient par ailleurs limitées.

Pour mieux comprendre les attentes des ménages, l'Observatoire Promotelec a lui aussi partagé en décembre les résultats d'une enquête réalisée avec l'institut Sociovision. Baptisé ''Les objets connectés dans l'habitat'', le document centralise les réponses de 1 625 particuliers.

Parmi eux, 43% se disent ''ouverts'' aux objets connectés au sein de l'habitat, dont 23% qui sont déjà équipés et qui envisageant d'autres achats à l'avenir, affichant un degré de satisfaction élevé. Ils sont également 5% à être considérés par Promotelec comme des ''early-adopters'', c'est-à-dire qu'ils sont suréquipés et que la domotique représente avant tout un gain de temps pour eux.

Néanmoins, 43% des répondants sont, de leur côté, hostiles aux objets connectés. Deux catégories se dessinent : les sceptiques (31%), qui estiment que ces équipements sont potentiellement dangereux, et les réfractaires (12%), qui y sont formellement opposés et ne souhaitant pas en acheter. À ceux-là s'ajoutent les indifférents, qui représentent 14% des sondés.

Des freins que les professionnels pourraient facilement lever

Bien qu'optimiste, Promotelec note que de nombreux freins subsistent encore dans l'esprit des ménages. Le prix, tout particulièrement, est cité comme problématique par 83% des Français. D'autres craintes sont également évoquées, parmi lesquelles le recueil de données personnelles apparenté à l'espionnage, une forte émission d'ondes, une autonomie réduite, voire même une utilité discutable.

« Pour échapper à l'impression de gadgétisation et convaincre une majorité de Français, les OCH [Objets connectés dans l'habitat, ndlr] devront répondre à de vrais besoins, c'est-à-dire s'appuyer sur ce que les Français font chez eux, et surtout sur ce qu'ils souhaitent y faire plus, mieux ou plus vite », recommande l'Observatoire.

Surtout, Promotelec note que le discours des fabricants et des constructeurs doit être retravaillé. Plutôt que de mettre en avant le côté innovant de ces nouvelles technologies, il convient de promouvoir les bénéfices concrets dont peuvent profiter les consommateurs. Du reste, ces derniers ne sont pas toujours familiers des objets connectés, ce qui nécessite un travail d'accompagnement et de pédagogie.

« Même si on parle beaucoup des objets connectés, les marques doivent encore faire des efforts pour convaincre pleinement les utilisateurs potentiels de leur utilité », prévient l'organisme. « Les objets connectés ne sont pas seulement attendus autour de bénéfices rationnels (gain de temps, sécurité, économies), mais aussi autour de bénéfices-vie/bénéfices émotionnels qui contribueront à donner le sentiment d'une ''qualité de vie augmentée''. L'enjeu pour les constructeurs d'objets connectés est donc désormais de savoir construire des imaginaires attractifs pour que chacun puisse facilement se projeter dans sa maison du futur. »

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les objets connectés, de l’innovation… à la désillusion ? - Batiweb

Les objets connectés, de l’innovation… à la désillusion ?

Alors que la domotique tend à se développer en France, l’Observatoire Promotelec des mutations dans l’habitat a publié ce 22 juin les résultats d’une étude portant sur la perception des objets connectés par les ménages. L’enquête, menée avec l’Institut Sociovision, met en évidence l’appétence des particuliers pour les nouvelles technologies, bien que de nombreux freins à l’achat subsistent. Décryptage.
Les objets connectés ne suscitent pas « l’engouement » (étude) - Batiweb

Les objets connectés ne suscitent pas « l’engouement » (étude)

Une nouvelle étude consacrée à la maison intelligente vient d’être dévoilée. Menée par Promotelec, la Fédération des Services aux Particuliers et le groupe La Poste, elle montre que les objets connectés « se banalisent sans susciter l’engouement ». S’ils semblent utiles notamment dans des pièces comme le salon et la cuisine, les Français sont peu nombreux à leur faire confiance. Ils craignent en effet les objets « espions » et attendent encore de la Smart Home qu’elle fasse ses preuves.
Le stress, véritable point noir du BTP (enquête) - Batiweb

Le stress, véritable point noir du BTP (enquête)

Carton rouge pour les dirigeants des entreprises du secteur de la construction ! D’après une étude récemment publiée par ADP, spécialiste de la gestion RH, 94% des salariés du BTP européens seraient stressés entre une fois par jour et une fois par mois. Pire encore, un patron sur deux serait moyennement, voire pas du tout, concerné par le bien-être mental de ses employés. Décryptage.
Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire - Batiweb

Amiante dans les écoles : un scandale sanitaire

Alors que des articles révèlent l’inaction des pouvoirs publics concernant l’exposition à l’amiante dans les bâtiments publics, et notamment les écoles, le spécialiste du diagnostic amiante EX’IM a réalisé sa propre enquête avec Ipsos pour identifier les craintes des Français. Or, cette dernière dévoile que ¾ des Français pensent ne pas être exposés à un risque amiante. Pour l’Ademe, il resterait pourtant 15 millions de tonnes de matériaux contenant de l’amiante dans les bâtiments français. Détails.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter