Matériaux de construction : les prix explosent dans les territoires d’Outre-mer Vie des sociétés | 04.10.18

Partager sur :
Dans un avis rendu au gouvernement, l’Autorité de la concurrence relève que les prix des matériaux de construction sont 39% plus chers à La Réunion qu’en Métropole, et 35% plus élevés à Mayotte. Une situation qui s’expliquerait notamment par la petite taille des marchés et leur éloignement des principales sources d’approvisionnement. Pour faire baisser les prix, l’autorité préconise de simplifier la normalisation et la certification ou encore de développer des filières locales de matériaux.
Saisie par le ministère de l’économie, l’Autorité de la concurrence a rendu un avis concernant la situation concurrentielle sur les marchés de matériaux de construction à la Réunion et à Mayotte.

Selon l’autorité, le constat est « préoccupant ». Les prix sont en effet plus élevés de 39% à la Réunion et de 35% à Mayotte par rapport à la métropole, soit une différence bien plus importante que celle constatée pour le niveau général des prix (+ 7%).

Ces prix « ont un impact économique important dans la mesure où les matériaux de construction représentent près d’un tiers du coût de la construction d’un logement dans ces territoires », souligne l’autorité. Ajoutant : « En réduisant leur niveau à celui de la Métropole, ce coût baisserait donc de 12% en moyenne. La question est cruciale dans un contexte de crise du logement et d’accroissement démographique dans les territoires concernés ».

Tailles des marchés, difficultés de stockage…

Les raisons expliquant ces différences de prix sont nombreuses. L’autorité cite la « petite taille des marchés » et « leur éloignement des principales sources d’approvisionnement ». A cela s’ajoute d’autres éléments comme « le transport, les difficultés de stockage, la réglementation applicable à la construction et le degré élevé de concentration de certains marchés ».

L’Autorité de la concurrence rappelle que la grande majorité des matériaux sont importés (380 millions de tonnes à La Réunion en 2014), le transport représente ainsi une part importante de leur coût. Se pose aussi la question du stockage : « Les locaux de stockage à Mayotte sont proposés à des loyers d’environ 25€/m2, contre 7 à 10 €/m2 en petite couronne parisienne ».

Les normes d’isolation phoniques manquent elles de pertinence dans des zones tropicales « où les portes et fenêtres des habitations non climatisées peuvent rester ouvertes une grande partie de la journée compte-tenu de la douceur du climat ». De plus, « l'exigence de certification CE (Conformité européenne) ou NF (Norme française) dans les matériaux utilisés génère une forte dépendance des territoires ultramarins aux importations européennes et en provenance de Métropole », poursuit l’Autorité.

Elle relève aussi qu’un « nombre restreint d'acteurs (oligopole) opèrent dans les circuits d'approvisionnement et de distribution des matériaux ». A Mayotte, des importateurs-distributeurs sont notamment présents sur toute la chaine de valeur.

Faire entrer de nouveaux acteurs sur le marché

Pour faire baisser les prix, l’Autorité propose de simplifier la normalisation et la certification. Il s’agit d’adapter les normes aux contraintes locales et de faciliter la certification par équivalence et la certification sur place. « Cette solution présente l’avantage de réduire les coûts de fabrication et de transport et facilite le recours aux importations dans l’environnement régional proche ».

Elle préconise d’agir sur la structure du marché : faire entrer de nouveaux acteurs et renforcer les petits opérateurs, mutualiser les espaces de stockage et d’achat de matériaux, de mettre en place une filière d’importation directe de ciment depuis l’île Maurice et de favoriser le développement des filières locales de matériaux.

Enfin, l’autorité estime indispensable d’améliorer la transparence sur les coûts et les prix et de développer l’information statistique.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Le Bloc de terre comprimée de Mayotte reçoit une ATEx du CSTB  - Batiweb

Le Bloc de terre comprimée de Mayotte reçoit une ATEx du CSTB

Le CSTB a délivré une Appréciation Technique d’Expérimentation (ATEx de type A) pour la maçonnerie de blocs de terre comprimée à Mayotte. Cette distinction se veut « une bonne nouvelle » pour les acteurs de la région. En effet, alors que les matériaux de construction coûtent 35% plus chers à Mayotte qu’en métropole, l'ATEx vient confirmer la pertinence de cette technique constructive déjà utilisée dans de nombreux projets.
Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP - Batiweb

Les bétons bas carbone, préoccupation majeure des majors du BTP

Au Centre d’études et de recherches de l’industrie du béton (Cerib), Philippe Francisco, adjoint au directeur Matériaux et Économie circulaire, est bien placé pour le savoir : les acteurs de la construction s’intéressent de plus en plus à l’économie circulaire et à leur impact carbone. Dans ce contexte, les études autour des bétons bas carbone se multiplient. Si cette tendance tend à s’accroître, le spécialiste rappelle que les initiatives ne doivent pas se limiter aux recherches autour des matériaux, mais s’inscrire dans une démarche globale, passant par les processus de fabrication, les efforts des usines, ou encore la limitation des transports. Entretien.
La certification NF Habitat HQE de Qualitel désormais disponible en Guyane - Batiweb

La certification NF Habitat HQE de Qualitel désormais disponible en Guyane

Après l’île de La Réunion, c’est au tour de la Guyane de voir arriver la certification NF Habitat – NF Habitat HQE sur son territoire. Elle y sera désormais disponible pour le logement collectif en construction. Cerqual Qualitel Certification a en effet réaffirmé ce jeudi 20 juin sa volonté de déployer cette certification en Outre-Mer pour assurer le confort de tous les habitants.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter