Nouveau chantier de franchissement à La Réunion Collectivités territoriales | 22.06.18

Partager sur :
Nouveau chantier de franchissement à La Réunion
La Nouvelle Route du Littoral n'est pas le seul gros chantier de la Réunion. Un autre ouvrage d'art, plus modeste mais tout aussi important pour fluidifier la circulation, est actuellement en cours de réalisation.
Mené par un groupement d’entreprises, le nouveau franchissement de la Rivière des Galets (NFRDG) dans l'ouest de l'île, au niveau de l'entrée Port ouest, remplacera à terme les deux ponts existants qu'on peut qualifier de vieillissants. Un pont métallique de type Eiffel de 1939 qui sera à déconstruire. Et un autre en béton datant de 1975, tous deux jugés vétustes et sujets aux crues de la rivière durant la période cyclonique.

« Le nouvel ouvrage va sécuriser le franchissement et fluidifier la circulation », nous indique Boris Toulouse, Directeur de Projets. Il comportera 2 x 3 voies + 1 voie douce (piéton vélo). Le tout sur 430 mètres de long. Il s'agit d'un pont mixte constitué de six appuis en béton (2 culées et 4 appuis précisément) et quatre poutres métalliques (la charpente). Pour bien ancrer l'ouvrage dans la rivière, des fondations profondes de type barrettes seront réalisées « pour pérenniser son usage » ainsi qu’une paroi moulée côté rive droite.

Des défis environnementaux

Très attendu, le nouveau pont devrait soulager la circulation. Les automobilistes empruntent actuellement, dans le sens Sud-Nord, un pont métallique où l'on roule en quinconce, ce qui a pour effet de ralentir considérablement la circulation aux heures de pointe. Le projet NFRDG comprend d'ailleurs 500 mètres de raccordement routier de part et d’autre. La troisième voie de chaque sens de circulation permettra d'intégrer les différentes bretelles.

 

En termes d'environnement, le chantier a posé des défis. « Nous sommes sur un périmètre rapproché de captages d'eau », explique Monsieur Toulouse. « De plus, il y a des contraintes sur la réalisation en milieu naturel protégé, en raison de la rivière et de ses espèces aquatiques, des chiroptères (chauve-souris), qui nichent dans le pont béton actuel. Et c'est un couloir de passage pour les pétrels ». Ces oiseaux sont souvent éblouis par les lumières environnantes et de chantier. C'est donc une contrainte à prendre en compte.

Un dispositif d'alertes crues

Autre défi du chantier : le climat particulier de l'île, qui empêche d'intervenir dans le lit de la rivière pendant la période cyclonique, soit du 15 décembre au 30 mars. Il a fallu à ce propos mettre en place un dispositif de surveillance des crues, avec des alertes crues, pour à la fois assurer la sécurité des personnels et évacuer le matériel si nécessaire.

 

Les matériaux béton sont fournis par des centrales de BPE de Cambaie, non loin du chantier, et acheminés par camions-toupies. Un sous-traitant réunionnais pour la fourniture, le façonnage et la pose des armatures a été choisi. Le chantier pour sa part est mené par un groupement composé de Soletanche Bachy (fondations), Matières (charpente métal), GTOI/Colas Project et Demathieu Bard, mandataire du groupement (pour les terrassements, le Génie Civil, les aménagements et réseaux). Le maître d'ouvrage (et maître d'oeuvre) est la Région Réunion.

Coût du chantier : 70M€. Durée : 54 mois. Objectif de livraison à la circulation : fin 2020.

Laurent Perrin
Photos : ©Laurent Perrin
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Matériaux de construction : le climat conjoncturel reste bien orienté

Matériaux de construction : le climat conjoncturel reste bien orienté

Ralentie, mais en croissance continue : l’activité des matériaux de construction affiche toujours une bonne forme au début du second semestre 2018. Selon l’Unicem (Union nationale des industries de carrières et matériaux de matériaux de construction), les volumes de production de granulats et de béton prêt à l’emploi sont parvenus à se maintenir à des niveaux supérieurs à ceux observés à la même période l’année passé. Les mois à venir devraient cependant être moins dynamiques.
Matériaux de construction : après un premier trimestre solide, la reprise se confirme !

Matériaux de construction : après un premier trimestre solide, la reprise se confirme !

Timide l’année dernière, prometteuse au premier trimestre 2017, la reprise des matériaux de constructions semble finalement bien décidée à s’installer durablement ! En effet, les chiffres enregistrés par l’Unicem en avril dernier semblent confirmer plus que jamais le retour à la croissance du marché, aussi bien pour les granulats que le béton prêt à l’emploi. Le bilan détaillé.
Des voiles blancs courbes et matricés pour l'Espace Kennedy

Des voiles blancs courbes et matricés pour l'Espace Kennedy

Unibéton a réalisé en Charente-Maritime une salle des Fêtes « l’Espace Kennedy » avec des bétons auto-plaçants. L’architecte et l’entreprise Gros Œuvre ont choisi un béton Isytecvoil blanc, adapté aux spécifcités du chantier, avec des voiles de 10 m de haut en suspension au-dessus du sol.
Cemex accélère le déploiement de la solution Thermoform

Cemex accélère le déploiement de la solution Thermoform

En 2013, Cemex a lancé Thermoform, une solution composée de blocs de coffrage isolants en polystyrène expansé, de bétons prêt à l’emploi et d’une prestation de pompage. Pour accélérer le développement commercial de son système constructif, l’entreprise a annoncé la signature d’un partenariat avec ICF Performance. La synergie entre les deux industriels doit permettre au procédé d’investir plus massivement le marché.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter