Matériels de BTP : les transactions en ligne ont la cote (sondage) Vie des sociétés | 30.04.21

Partager sur :
Depuis le début de la crise sanitaire, les habitudes des entreprises du BTP ont évolué, notamment en termes d'achats en ligne. C'est notamment le cas pour les transactions concernant les matériels de BTP d'occasion, comme le montre un sondage mené par Ritchie Bros. Les entreprises européennes de BTP semblent en effet conquises par l'achat et la vente de matériels en ligne, qui ouvrent des perspectives internationales, et ces pratiques pourraient s'inscrire dans la durée.

Ritchie Bros, spécialiste de la vente de matériels d'occasion, annonce avoir réalisé un sondage auprès d'entreprises européennes du BTP afin de mieux cerner leurs habitudes et intentions d'achats depuis le début de la crise.

 

En tout, 200 entreprises d'Allemagne, de France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni ont été interrogéesElles détenaient des parcs allant de 2 à 200 matériels et camions.

 

Depuis le début de la crise liée au Covid-19, les entreprises de BTP européennes ont su s'organiser pour faire face, et se révèlent désormais davantage optimistes quant à l'évolution de leur activité.

 

De fait, plus de 70 % des entreprises interrogées envisagent désormais d'accroître leur parc de matériels dans l'année à venir, et 19 % déclarent même chercher à améliorer leur parc « de manière significative ».

 

« La demande internationale en matériels est en forte progression, ce qui entraîne un nombre record d'enchérisseurs à nos ventes et une forte hausse des prix », constate Jeroen Rijk, directeur général Europe de Ritchie Bros.

 

Le spécialiste des matériels d'occasion souligne que le trafic sur son site a notamment augmenté de 13 % en 2020. Il enregistre également une hausse de 77 % des inscriptions d'enchérisseurs, et de 65 % des enchères posées.

 

Il faut dire que les enchères en ligne permettent d'atteindre plus facilement le marché international, ouvrant davantage de perspectives aux acheteurs comme aux vendeurs : « Grâce à notre système d’enchères en ligne et notre stratégie marketing, nos clients vendeurs atteignent des acheteurs internationaux de chez eux », souligne Jeroen Rijk.

 

Des entreprises de plus en plus favorables aux transactions en ligne

 

Cette appétence croissante pour les enchères et transactions en ligne peut s'expliquer là encore par la crise sanitaire. Le sondage révèle en effet que les habitudes d'achats et de ventes ont évolué depuis le début de la crise, avec de moins en moins de transactions en physique, et beaucoup plus de transactions en ligne. Un changement qui devraient d'ailleurs s'inscrire dans la durée, puisque 71 % des entreprises européennes interrogées ont estimé que la vente et l'achat en ligne remplaçaient avantageusement les transactions en face à face.

 

C'est notamment vrai en Allemagne et en France. 94 % des entreprises françaises ont en effet déclaré se sentir à l'aise pour acheter des matériels en ligne, et 58 % n'envisagent pas de revenir aux méthodes plus traditionnelles en 2021.

 

A l'inverse, les britanniques semblent plus mitigés. Ainsi, seules 47 % des personnes interrogées ont estimé que l'achat et la vente en ligne remplaçaient avantageusement les transactions en physique. Certains préférant les visites chez des concessionnaires ou la participation à des enchères physiques.

 

Les résultats du sondage montrent que les plus petites entreprises possédant un parc de 2 à 3 matériels restent également plus attachées aux transactions en face à face (92 % des entreprises de cette catégorie).

 

« Le numérique est peut-être la nouvelle norme, mais nous ne parlons pas ici de commander une nouvelle paire de chaussures sur votre site web préféré. Nous avons affaire à des biens matériels précieux, à une logistique internationale complexe et à des revenus nets qui doivent être croissants pour nos clients. Quelle que soit la puissance de la technologie, vous aurez toujours besoin de personnel et de lieux physiques pour obtenir les meilleurs résultats », souligne le directeur général de Ritchie Bros, favorable à des solutions hybrides et complémentaires.

 

Claire Lemonnier

Photo de une : Adobe Stock

 

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

L'international, relais de croissance des géants du BTP entre 2011 et 2013 - Batiweb

L'international, relais de croissance des géants du BTP entre 2011 et 2013

Le cabinet Mazars vient de publier la 3ème édition de son étude sur le secteur du bâtiment et de la construction, centrée sur l'internationalisation du marché du BTP. Outre les majors européens étudiés jusque-là exclusivement, les huit outsiders continentaux ont été ajoutés au panel des sociétés interrogées pour cette nouvelle publication. Il en ressort que la part de l'activité hors d'Europe «monte en flèche» et grimpe de 18 % à 23 % en moyenne entre 2011 et 2013.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter