Multi-exposition chimique : le logiciel d’évaluation MiXie s’enrichit Vie des sociétés | 15.02.18

Partager sur :
Développé au Canada para l’Université de Montréal et l’IRSST, MiXie est arrivé sur le marché français en 2014 par l’intermédiaire de l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS). Le logiciel permet d’évaluer l’impact de l’exposition à des produits chimiques sur la santé. Ce jeudi, l’INRS a indiqué que l’outil avait évolué : il est désormais possible de renseigner une situation de multi-exposition sur la base d’un catalogue enrichi de 144 substances.
En milieu professionnel, les salariés peuvent être exposés simultanément à plusieurs produits chimiques potentiellement dangereux pour la santé. Il est alors nécessaire d’évaluer les risques liés à la combinaison de ces expositions.

Lancé en 2014, l’outil d’aide à la décision MiXie, permet aux professionnels de calculer le potentiel additif ou non des substances chimiques et de situer les niveaux d’exposition cumulés par rapport aux valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP).

De nouvelles fonctionnalités

Pour aller encore plus loin, le logiciel se dote d’une nouvelle fonctionnalité : il permet désormais de renseigner une situation de multi-exposition sur la base d’un catalogue enrichi de 144 substances chimiques. L’INRS précise que « de nouvelles classes d’effets toxiques ont été ajoutées pour mieux identifier, notamment, les effets perturbateurs endocriniens ou sensibilisants ».

Simple et facile à utiliser, l’outil informe l’utilisateur des risques liés à une multi-exposition à travers des tableaux avec les classes d’effets toxiques activées par chaque substance. Des messages d’alerte sont également envoyés pour certains effets potentiels sur la santé tels que les effets cancérigènes et mutagènes, ou les effets sensibilisants.

MiXie permet ainsi de repérer les situations de multi-expositions dangereuses pour la santé qui auraient pu passer inaperçues, d’évaluer en profondeur les risques professionnels dans les situations de travail à expositions multiples et d’élaborer une stratégie de suivi médical des travailleurs en cas de multi-expositions aux agents chimiques.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à visiter le site de l’INRS.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !  - Batiweb

Prévention des risques liés au bitume : deux nouveaux dépliants sont parus !

En 2011, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé l’exposition aux fumées de bitumes lors des travaux de revêtements routiers comme possiblement cancérogène pour l’homme. Depuis, la profession et les organismes de prévention n’ont cessé de collaborer pour identifier les bonnes pratiques et en développer de nouvelles. Le 25 septembre dernier, l’INRS a présenté deux dépliants de prévention destinés aux chantiers de construction.
Les victimes de l’amiante toujours plus nombreuses - Batiweb

Les victimes de l’amiante toujours plus nombreuses

Les effets de l’amiante sur la santé peuvent apparaître jusqu’à 30 à 40 ans après la première exposition. Il n’est donc pas étonnant de voir le nombre de victimes augmenter chaque année. Un rapport publié le 27 juin dernier par Santé publique France estime à 1 100, le nombre de nouveaux cas de mésothéliome identifiés chaque année. Parmi les victimes, 50% ont exercé un emploi dans le BTP dont 84% après l’interdiction de l’amiante en 1997.
Santé et sécurité au travail : signature d’une nouvelle convention  - Batiweb

Santé et sécurité au travail : signature d’une nouvelle convention

Une nouvelle convention de partenariat pour l’amélioration de la santé et sécurité au travail vient d’être signée entre la FNTP, le ministère du Travail, la Cnam TS, l’Inrs et l’Oppbtp. D’une durée de 5 ans, la convention a pour but la recherche de solutions efficaces afin d’améliorer la formation et développer la culture de la prévention pour les acteurs des travaux publics.
Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés - Batiweb

Les chefs d'entreprise de moins en moins préoccupés par la sécurité de leurs salariés

Selon une enquête réalisée par l'Institut national de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accident du travail et des maladies professionnelles (INRS), les chefs des petites et très petites entreprises se préoccupent de moins en moins de la santé et de la sécurité de leurs salariés, depuis 2010. En matière de prévention, le minimum est en effet perçu comme « suffisant ». Analyse.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter