Rénovation globale d’une copropriété en territoire dijonnais Vie des sociétés | 15.07.19

Partager sur :
684, c’est le nombre de copropriétés identifiées comme prioritaires dans le cadre du plan « Initiative Copropriétés » lancé par le Gouvernement. Alors que la rénovation énergétique des bâtiments est une priorité absolue, qu’en est-il des ensembles immobiliers qui ne peuvent bénéficier du dispositif ? La Résidence Chateaubriand à Dijon démontre qu’avec un peu de détermination, il est possible d’engager des travaux. Et c’est d’une rénovation globale sur laquelle est intervenu Myral que l’on va parler.

La rénovation des copropriétés n’est jamais chose évidente. En effet, outre l’aspect budgétaire des travaux, l’adhésion de l’ensemble des intervenants est parfois difficile à obtenir. Pourtant, dans cette course aux économies d’énergie, les copropriétés se doivent de franchir le pas.

 

Tel que souligné dans l’étude Procivis Lab’ « 30 propositions pour stopper le dégradation des copropriétés », le parc vieillissant engendre une augmentation des charges et exige une massification des travaux. Pour renverser la tendance, Procivis insiste notamment sur l’importance de lutter contre le phénomène de démobilisation et de déresponsabilisation des acteurs de la copropriété.

 

Une rénovation globale portée par des acteurs engagés

 

A Dijon, la Résidence Chateaubriand aura mis un certain temps pour engager des travaux. 10 ans très exactement. Et pourtant, ce n’est pas l’envie qui manquait. Lancée en 2009, l’idée aura finalement été validée en Assemblée générale en décembre 2016.

 

L’immeuble de 84 logements a bénéficié d’une rénovation globale, un projet rendu possible grâce à la détermination du maître d’œuvre Gustave-ADEQUATION, des copropriétaires et de leur syndic Nexity. Pascale Reimon, gestionnaire de Nexity, a apporté son expertise et a su faire le lien avec les copropriétaires en les accompagnant dans les démarches d’obtention d’aides et de financement (programme Habitat Mieux de l’Anah par exemple).

 

Pour l’ITE, Gustave-ADEQUATION a choisi la solution Myral. Sur ce chantier, l’industriel n’a pas été « qu’un fournisseur, mais également un vrai partenaire du projet, et ce, dès les premières réunions techniques », souligne un communiqué. Dans un souci de transparence, Myral a ouvert les portes de son usine de fabrication aux copropriétaires, de quoi les rassurer et leur faire découvrir le procédé d’industrialisation.

 

M32 : une solution durable et adaptée

 

Le revêtement de façade isolant M32 a été mis en œuvre. Le système allie esthétique, rapidité de pose et efficacité énergétique (lambda de 23 mW/m/K.).  Il peut être posé en vêture ou en vêtage sur tous les types de construction. Réalisé à la dimension du calepinage, la longueur des pans est variable, de 1,5 ml à 14 ml.

 

La solution, qui a une durée de vie de plus de 50 ans, est personnalisable : le nuancier Myral offrant un large choix de couleurs et différentes gammes de finitions.

 

©Myral

 

Les qualités du produit ont convaincu le maître d’ouvrage qui souligne également le fait que la solution permette de recouvrir et d’isoler les façades sans toucher aux panneaux Glasal amiantés.

« La mise en œuvre en bardage non ventilé a permis d’améliorer significativement les performances thermiques du bâtiment, sans alourdir le bâti et en traitant les différents nus de façades existantes », précise un communiqué. A l’issue du chantier, la consommation de chauffage a baissé de 35% en diminuant de 92% la déperdition thermique des parois (le coefficient « U » de transmission thermique étant passé de 2.940 W/m2.C à 0.208 W/m2.C).

 

A noter que les travaux ont également porté sur la toiture, les menuiseries ou encore l’acoustique. Des travaux d’accessibilité ont aussi été réalisés.

 

Sur la partie esthétique, le traitement de l’enveloppe a permis de redonner une identité plus contemporaine à l’ensemble. Sur la partie basse, une nuance de blancs de la gamme pur mat a donné un effet « sophistiqué » au bâtiment. Pour les trois étages supérieurs, le recours à l’effet joint debout en finitions Zinc Patina et Alunatur, couplé à des parties Poli Miroir, dynamise la façade. Enfin sur les deux pignons, un mix Myral et EMI a été mis en œuvre.

 

Les professionnels qui sont intervenus sur ce projet, soutenu par Dijon Métropole, estime que la résidence Chateaubriand doit être considérée comme « le chantier de référence » qui doit servir d’exemple aux 4 500 autres copropriétés du territoire dijonnais.

 

R.C

Photo de une : ©Myral

Redacteur

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter