Un mécénat de compétences de Vinci face à la Galerie des Glaces

Vie des sociétés | 25.06.07
Partager sur :
Un mécénat de compétences de Vinci face à la Galerie des Glaces - Batiweb
La restauration intégrale de la Galerie des Glaces du château de Versailles par le groupe Vinci est un exemple du "mécénat de compétences" dans lequel, au-delà de l'aspect financier, le groupe français a apporté son savoir-faire technique et ses équipes.
Prenant en charge la totalité du montant des travaux, quelque 12 millions d'euros, Vinci a également fait travailler de nombreuses filiales qui pouvaient intervenir sur ce chantier hors normes: de l'installation des échafaudages à la restauration des marbres ou des bronzes en passant par la ventilation du chantier ou la mise en valeur par la lumière. Sans compter les travaux de maçonnerie et les réseaux électriques.
"C'est un partenariat de type nouveau qui engage le mécène au-delà de l'aspect financier", déclare Pierre Coppey, directeur général adjoint en charge des ressources humaines, en se félicitant d'avoir pu marier "partenariat, échange et transfert de compétences". Le mécénat de compétences est un concept relativement récent, moins de 10 ans. Il ne représente encore qu'une petite partie du mécénat d'entreprise, qui a atteint globalement la barre du milliard d'euros en 2005, selon l'Admical (Association pour le développement du mécénat industriel et commercial).

"C'est la première fois qu'une entreprise privée met son expérience de pilotage au service d'un projet de restauration de grande ampleur" en assurant "la maîtrise d'ouvrage", c'est à dire toutes les questions de logistique, d'administration, d'organisation, de préparation et d'accompagnement du chantier, précise M. Coppey. En tout, plus d'une centaine de personnes seront intervenues sur ce chantier débuté en mars 2004. Une première moitié est visible depuis décembre 2005, la totalité de la Galerie des Glaces restaurée étant dévoilée le lundi 25 juin.

Les retombées sont évidentes sur l'image du groupe qui a organisé de nombreuses visites de chantiers pour la presse, les étudiants en art et ses clients mais aussi les jeunes venus des écoles et des centres de formation professionnelle. Cette opération a aussi constitué pour Vinci un outil de communication interne. Les salariés ont notamment reçu une carte d'accès gratuit au château valable pendant toute la durée des travaux et jusqu'au 31 décembre 2008.

Pour ce qui n'était pas des compétences internes, à savoir la restauration des stucs et des peintures, des miroirs et des dorures, le groupe a fait appel à des équipes spécialisées sélectionnées par un comité d'experts indépendants. Outre ce chantier, Vinci a également participé à la restauration des Quadriges du Grand Palais et du pont Alexandre III à Paris. Elle est intervenue également sur la colonne des Girondins à Bordeaux, la maçonnerie au Mont-Saint-Michel ou la mise en lumière de la place Stanislas à Nancy.

Redacteur