Un nouveau sarcophage pour une éternité de radiation

Vie des sociétés | 18.09.07
Partager sur :
Un nouveau sarcophage pour une éternité de radiation - Batiweb
Les groupes français Bouygues et Vinci ont signé lundi à Kiev un contrat pour la construction pour 430 millions d'euros d'une nouvelle enceinte de confinement autour du réacteur de Tchernobyl, qui avait explosé en 1986 et dont la chape actuelle menace de s'effondrer.
Le chantier devrait débuter en octobre prochain pour s'achever en 2012. Il verra la construction d'une structure d'acier à double enveloppe métallique de 18.000 tonnes mesurant 105 mètres de haut, 150 mètres de long pour une portée de 257 mètres.
Le président ukrainien Viktor Iouchtchenko et le secrétaire d'Etat français aux Entreprises et au Commerce extérieur Hervé Novelli ont assisté à la signature du contrat entre l'administration de la centrale et les deux groupes français, réunis au sein du consortium Novarka. Avant la cérémonie de signature, M. Novelli s'est rendu sur le site de Tchernobyl, à une centaine de kilomètres au nord de Kiev, pour adresser, a-t-il dit, "un message de mémoire, de solidarité et de compassion" à l'Ukraine. "En confinant la centrale, nous fermons une page pour en ouvrir une autre, celle de l'énergie nucléaire sécurisée", a ajouté Hervé Novelli, qui est le premier ministre français à se rendre à Tchernobyl depuis la catastrophe.

Cette structure sera ensuite recouverte de plaques étanches. Les éléments constitutifs de l'enceinte seront assemblés à l'extérieur de la centrale pour des raisons de sécurité. Puis ils coulisseront sur des rails pour chapeauter progressivement le premier sarcophage. Près d'un millier de personnes travailleront sur le site en période de pointe, dont 900 Ukrainiens.

Le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale de Tchernobyl avait explosé, contaminant une bonne partie de l'Europe, mais surtout l'Ukraine, le Bélarus et la Russie. Le réacteur accidenté a été recouvert à la va-vite d'une chape de béton plusieurs mois après la catastrophe, mais ce "sarcophage" est aujourd'hui fissuré et menace de s'effondrer.

La durée de vie de la nouvelle protection est estimée à une centaine d'années, selon ses promoteurs. Le dernier réacteur encore en activité à Tchernobyl a été fermé en décembre 2000.

Redacteur