Construction, l'inquiétante poussée des prix

Vie pratique | 02.04.02
Partager sur :
Construction, l'inquiétante poussée des prix - Batiweb
Alors que les carnets de commandes accusent une baisse sensible, une étude réalisée par EGF- BTP révèle que les prix des matériaux ont enregistré une hausse de plus de 21% en 30 mois
Un temps dissimulée par l'euphorie de la construction, la hausse des prix des matériaux revient avec force au sein des préoccupations des entreprises. Une étude de EGF-BTP vient en effet de mettre en lumière un double constat. Au cours des 30 mois précédents le premier juillet 2001, la hausse moyenne des fournitures de construction a atteint le chiffre record de plus de 21 %. Dans le même temps les index BT, qui servent notamment au calcul des appels d'offres publics, ne révélaient qu'une hausse de 8 %. Un écart important qui explique pour partie que 40 % des appels d'offres publics soient déclarés infructueux . Derrière ces chiffres, on devine aisément la rupture qui s'installe entre les maîtres d'ouvrages publics et les entrepreneurs. La hausse des prix ne provoque cependant pas encore de réactions vives des entreprises de construction. Après avoir reconstitué leurs marges, celles-ci admettent la légitimité du rattrapage des industriels. Lorsque dans le BTP la période était aux vaches maigres, leurs fournisseurs les ont accompagnées à grands coups de remises et de rabais. Autant d'avantages qui peu à peu, dans un marché ragaillardi et tournant à plein régime, ont été réduits voire supprimés.

Le grand décalage du secteur public
Si les hausses successives ont donc été assez bien digérées par le secteur privé, le secteur public pour sa part vit dans un retard que les donneurs d'ordres s'efforcent d'ignorer. Un décalage dont les index BT portent largement la responsabilité. Ces index, d'après Léon Grosse, Président de l'entreprise BTP du même nom, répondant aux questions du "Moniteur", "n'intègrent pas les majorations qui ne s'additionnent pas mais se multiplient. L'incidence du coût réel des 35 heures n'est pas non plus reprise dans les index BT, pas plus que les augmentations brutales de 4 à 5 % appliquées en début d'années par certains fournisseurs". Force est de constater que les index BT sont aujourd'hui mis nettement à l'index par les entreprises qui ne veulent plus, comme ce fut le cas dans les années 90, se satisfaire de marchés équilibrés ou à perte. Dans ce domaine, la balle est désormais dans le camp du secteur public qui, faute de faire face aux réalités du marché, va rencontrer de plus en plus d'obstacles. En attendant, devant le léger ralentissement du marché, le rythme des augmentations, après avoir été de 1% par mois durant les quinze premiers mois de la période concernée par l'étude EGF BTP, c'est ralenti progressivement.
Redacteur