Fermer

Détecteur de fumée : obligatoire mais pas toujours fonctionnel

Alors que depuis le 1er janvier 2016, l'installation d'un détecteur de fumée est obligatoire, une étude menée par Netatmo, entreprise spécialisée dans les objets connectés, montre que dans certains cas, les détecteurs de fumée ne sont ni bien entretenus, ni correctement installés. En effet, près de la moitié des interrogés déclarent ne pas entretenir leur détecteur de fumée et 16% d’entre eux ne savent pas si leur détecteur de fumée est fonctionnel.
Publié le 30 octobre 2020

Partager : 

Détecteur de fumée : obligatoire mais pas toujours fonctionnel - Batiweb

Selon la loi, les détecteurs de fumée, également appelés détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF), sont obligatoires dans tous les logements d'habitation. Pourtant, seulement 88 % des français déclarent en posséder au moins un. 

Un détecteur de fumée, une fois installé, permet de se prémunir contre les incendies à une condition : qu’il fonctionne correctement. « En France, un incendie domestique se déclare toutes les deux minutes, soit une moyenne de 250 000 incendies par an », explique Christelle Manach, chef de produit chez Netatmo. 

La moitié des français n'entretiennent pas leur détecteur de fumée 

Dépoussiérer, vérifier le fonctionnement des piles, effectuer un test sonore, le changer tous les 10 ans… ce sont les préconisations d'entretien à l’achat d’un détecteur de fumée mais l’étude menée par Netatmo montre que la moitié des Français déclare ne pas dépoussiérer leurs détecteurs de fumée et n’effectue pas le test sonore conformément aux recommandations. Par ailleurs, 33% des répondants ne vérifient pas le bon fonctionnement des piles et 39% d’entre eux ne s’assurent pas que l’appareil a moins de dix ans. En gros, le sondage indique que 61% des français ne savent pas qu’ils doivent réaliser tous ces gestes. Pourtant bien équipés, nous sommes moins bien informés que nos voisins allemands (72 %) et belges (70 %). 

 « La majorité des incendies domestiques peut être évitée si les personnes sont averties à temps et savent réagir face au feu. En émettant une alarme sonore de 85db, le détecteur de fumée est un équipement vital pour éviter les incendies domestiques et être bien protégé », déclare Christelle Manach. C’est pourquoi certains fabricants, comme Netatmo, proposent des détecteurs de fumée qui disposent d’une fonction « Auto-test ». Equipée d’une application, l’utilisateur peut paramétrer un rappel de test sonore et en cas de batterie faible, il est directement alerté sur son téléphone. Le détecteur de fumée Netatmo effectue également des contrôles réguliers pour vérifier le bon fonctionnement du capteur de fumée et de la batterie. 

Un emplacement pas idéal

Dans 21% des cas, les français déclarent à Netatmo avoir un détecteur de fumée dans la cuisine, une pièce pourtant déconseillée.  «Il faut éviter les pièces dans lesquelles les utilisateurs sont susceptibles de générer de la fumée ou de la vapeur, telles que la cuisine ou la salle de bains, pour limiter les fausses alertes. Il est également recommandé d’installer un détecteur de fumée par étage, idéalement dans une zone de circulation ou de dégagement comme le couloir ou le palier, et plusieurs détecteurs dans les logements de grande surface », explique la chef de projet. Pourtant, toujours d’après l’étude réalisée, 62% des français ont installé leur détecteur de fumée dans le hall d’entrée ou dans le couloir ainsi que 25% dans la cage d’escalier et dans le salon. 

« Pour une protection optimale, le détecteur de fumée doit être fixé au plafond, au centre de la pièce », conclut Christelle Manach. 

 

Marie Gérald
Photo de Une : ©AdobeStock 

Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.