Le « Prix des femmes architectes » récompense ses lauréates Architecture | 11.12.18

Partager sur :
L’édition 2018 du « Prix des femmes architectes » a compté sur la participation de 300 professionnelles. Au total, 840 œuvres ont été examinées par un jury 100% féminin présidé par Anna Schabel. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le 10 décembre au Pavillon de l’Arsenal. Quatre prix et une Mention Spéciale ont été décernés. Tous les détails.
Depuis 2013, l’Association pour la Recherche sur la Ville et l’Habitat (ARVHA) organise le « Prix des femmes architectes ». L’objectif, « mettre en valeur les œuvres et les carrières de femmes architectes, sources d’inspiration pour les plus jeunes » et « encourager la parité au sein de la profession », explique Catherine Guyot, directrice de l’ARVHA.

Ce concours se veut ainsi un moyen de valoriser les femmes architectes à leur juste valeur. Rappelons qu’en novembre dernier, alors que le Grand Prix national de l’architecture récompensait une nouvelle fois… un homme, Mme Guyot avait dénoncé le manque de reconnaissance des femmes dans l’architecture.

Dans une interview accordée à Cyberarchi, elle expliquait : « De façon générale, les femmes sont peu mises en lumière dans la profession (…). Quand on pose la question dans un colloque « Connaissez-vous trois femmes architectes », beaucoup restent muets ». « Cela fait six ans que je fais le Prix des Femmes Architectes, au regard du peu de représentativité des femmes dans le domaine de l’architecture. Les sarcasmes me sont évidemment tombés dessus ».

Un concours connu et reconnu

Le concours, qui compte sur le soutien du Ministère de la Culture, du Conseil National de l’Ordre des Architectes, de BNP Paribas Real Estate, Ciments Calcia, Rockwool, Technal, Unibail Rodamco et Saint-Gobain, réunit chaque année un nombre toujours plus important de participantes.

Cette année, 300 architectes se sont portées candidates (contre 280 en 2017) et ont présenté 840 œuvres. Le 31 octobre dernier, un *jury 100% féminin présidé par Anna Schabel (Women in Architecture UK) a désigné les 5 architectes récompensées. Les lauréats ont reçu officiellement leur Prix lors d’une cérémonie organisée le 10 décembre dernier au Pavillon de l’Arsenal, en présence notamment d’Agnès Vince, directrice de l’architecture au Ministère de la Culture.

Qui sont les lauréates ?

Nicole Concordet s’est vu remettre le Prix de la Femme Architecte.
Parmi ses œuvres : La Machine et Le Manège des Mondes Marins à Nantes, Le Confort Moderne à Poitiers, Le Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis et la résidence d’artistes Le Campement à Saint-Jacques-de-la-Lande.

La Machine - ©Cyrille Weiner

« Nicole Concordet investit chacun de ses projets dans leurs globalités (…). La conception se fait ainsi à partir de ces usages, et à partir du contexte bâti, dans un esprit de conservation et de valorisation des éléments architecturaux existants, dans une démarche économique et écologique privilégiant le ré-emploi (…) Les lieux réhabilités par Nicole Concordet sont, pour la plupart, liés à l'art à la culture, elle passe donc aisément du statut d’architecte à celui de scénographe ».


Le Prix de l’œuvre Originale a été remis à Bathilde Millet
pour la conception d’une résidence étudiante à Roubaix, incluant 217 logements et une cafétéria.

©Martin Argyroglo

« Cette opération a constitué son terrain d’expérience et d’apprentissage et elle en a conservé une réflexion particulière sur la qualité de l’habiter ainsi que des convictions qu’elle s’applique à développer dans chacun de ses projets : Qualifier et protéger l’espace intime individuel comme préalable au vivre ensemble, valoriser et exploiter les espaces non construits comme éléments constitutifs des volumes habités et créer les conditions d’une sociabilité de proximité en favorisant les espaces partagés ».


Sandra de Giorgio de l’agence NZI Architectures a reçu le Prix de la Jeune Femme Architecte
(de moins de 40 ans) sur la base de trois projets à caractère social et environnemental :
26 logements participatifs à Montreuil, 13 maisons biosourcées à Nogent-le-Rotrou ainsi que la réhabilitation de 145 chambres étudiantes à Paris.

©NZI

« Sandra de Giorgio a fondé avec Gianluca Gaudenzi l’agence NZI ARCHITECTES en 2011. Leur association est basée sur une démarche de projet par expérimentation créative, complémentaire et participative.

Fervents militants pour l’innovation environnementale, leur travail est basé sur la recherche d’insertions urbaines contextuelles, en portant une attention constante au développement durable. Ils développent leurs projets avec la volonté de créer une architecture sobre, durable, économe en énergie et intégrée intelligemment dans son contexte
».


Amanda Levete, architecte britannique fondatrice de la société AL_A a remporté le Prix International
.
Cinq de ses prohjets ont été mis en lumière : Lord’s Media Centre et Victoria and Albert Museum à Londres, Selfridges à Birmingham, Museu de Arte, Aquitetura e Tecnologia à Lisbonne, Central Embassy à Bangkok.

Central Embassy - ©Hufton+Crow

« Depuis sa création en 2009, AL_A a affiné une approche intuitive et stratégique de la conception. En collaboration avec des clients ambitieux et visionnaires, nous développons des conceptions qui sont conceptualisées comme des projets urbains, pas seulement des bâtiments et des projets exprimant l'identité d'une institution, d'une ville ou d'un pays. »


Enfin, une Mention Spéciale a distingué l’architecte Marie Zawistowski pour sa réalisation de deux résidences privées, Foley Ridge Cabin et Arrit Farm House aux États-Unis, ainsi que pour son implication dans des projets éducatifs, de recherche et de service à la communauté comme The Design/buildLAB

©onSITE

« La vocation de onSITE a toujours été fondée sur le désir d’améliorer la vie des autres. Né de notre vision partagée, duo d'architectes franco américains Marie et Keith Zawistowski, cet atelier d’architecture et de construction s’efforce d’accroître le champ d’intervention de l’architecte, afin de lui donner les moyens d’apporter des solutions architecturales aux injustices sociales.

Dans notre pratique professionnelle comme dans notre pratique de l’enseignement, nous cherchons à servir la grande majorité, travaillant avec des populations n’ayant ordinairement pas accès à la pensée architecturale. Cette approche est, selon nous, essentielle pour faire face aux enjeux sociaux, économiques et environnementaux auxquels nous sommes confrontés, et pour contribuer au devenir de la profession
».

*Le Jury était composé des lauréates du Prix 2017 (Sophie Berthelier, Dominique Marrec, Cécile Mescam, Linda Gilardone, Marie Blanckaert et Carin Smuts), Béatrice Auxent présidente d’Architectuelles, Sibylle Schenk, architecte allemande, membre de Women in Architecture DE, Veronika Selig et Martina Hauser, architectes suisses, et Catherine Guyot directrice de l’ARVHA.

R.C

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Paris veut faire émerger l'urbanisme du futur

Paris veut faire émerger l'urbanisme du futur

La mairie de Paris souhaite impulser une nouvelle dynamique architecturale destinée à faire entrer la capitale dans le futur et l'innovation. Plus d'une dizaine de sites parisiens pourraient être vendus afin de réinventer complètement le concept d'habitat, de travail et de commerce. Pour la première phase de l’opération, ce sont 100 000 m² qui seraient ainsi concernés par cet appel à projets innovants lancé en automne

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter