Scau et Coste Architectures réaliseront l'Atrium de Montpellier Architecture | 22.04.16

Partager sur :
Scau et Coste Architectures réaliseront l'Atrium de Montpellier
L'agence Scau vient d'être désignée lauréate du concours pour la réalisation de l'Atrium à Montpellier, en association avec l'agence montpelliéraine Coste Architectures. Le futur learning center du campus universitaire sera un bâtiment composé de strates étagées, avec deux ambiances « Nuage » et « Surf », reliées ensemble par le « Souffle ». Un projet poétique dont l'architecture rappelle un livre ouvert sur la culture.
Le futur Atrium de Montpellier veut incarner « la nouvelle génération de bibliothèque », selon l'agence Scau qui annonce, ce vendredi, avoir remporté le concours pour sa réalisation, en association avec l'agence Coste Architectures.

Le bâtiment qu'ils ont imaginé s'apparente véritablement à un livre ouvert, dont les pages s'ouvrent sur différents univers traités différemment selon leur pratique et leurs usages.

La bibliothèque se divise ainsi en deux ambiances : « Nuage » et « Surf ». « Les salles de lecture et de travail d’une part et les espaces communs de l’Atrium (hors BU) d’autre part relèvent de pratiques et d’usages très différents. Ils nécessitent deux approches très différentes en termes d’ambiances lumineuses, acoustiques, thermiques, de manière de s’adapter à l’évolution des usages dans le futur et donc de configuration d’espaces », expliquent les architectes.

Ambiances « Nuage » et « Surf »

La première feuille « Surf », comme l'appelle les architectes, crée une liaison entre la ville et le campus, avec des accès fluides et des pentes douces afin de garantir l'accessibilité du lieu à tous.

Dans cet espace, le hall de l'atrium prend place avec des lieux d'expositions, des services de restauration, des points de convivialité et des espaces de co-working. « Des soulèvements ponctuels de la feuille abritent dans une continuité d’espace le hall de d’accueil de la BU, la salle de conférence et des espaces de la restauration », détaillent les architectes.

La pente génère aussi des séparations « naturelles » par l'orientation des visiteurs vers les espaces qui leur sont dédiés, sans utiliser de cloisons.

La seconde ambiance « Nuage » a été créée pour favoriser le concentration, la réflexion et l'attention. Elle est utilisée pour les salles de lectures, qui sont configurées « comme des lofts », précisent les architectes. Elles sont en effet composées de grands plateaux libres avec un minimum de poteaux (une trame de 12m par 12m), des aménagements mouvants et flexibles et un principe de faux-plancher épais abritant l’ensemble des réseaux et terminaux, pour faciliter la reconfiguration des lieux en cas de changements d'usage.

Une double peau et des installations en papier

Une attention particulière a été apportée à la lumière naturelle, en termes de quantité mais aussi de qualité. La façade périphérique est ainsi constituée d’une double peau abritant des installations à base de papier. Cette double peau largement vitrée est complétée par des casquettes horizontales formant brise soleil et étagère à lumière.

Les installations de papier de la double peau de la façade seront le théâtre d’une création renouvelée dans le cadre d’une résidence d’artiste de fréquence annuelle (1% artistique). L’image de l’Atrium, sa communication, pourront évoluer au rythme des années universitaires et devenir un des symboles du campus.

Bien que traités de manière très individualisés et sur différents niveaux, ces lieux font partie d’un tout fluide, l’Atrium. Afin de connecter les espaces, les architectes ont imaginé une ouverture verticale, laissant apparaître un escalier d'accès aux étages de la bibliothèque le long d’un patio planté.

« Le Soufle » de l'Atrium

Baptisé « Le Soufle », cet espace traverse les différentes feuilles de l’Atrium et attire les usagers vers les niveaux supérieurs, tout en apportant la lumière naturelle au cœur de l'édifice.

Le patio du « Souffle » est un îlot de fraîcheur avec la présence d’eau et de végétal, et des terrasses sous forme de jardins suspendus accessibles directement depuis les salles de lecture en coeur de bibliothèque.

« C’est un lieu de lecture, en plein air, « au pied d’un arbre ». Le patio du « Souffle » est une respiration, un poumon en cœur de projet, qui participe au traitement bioclimatique des espaces », ajoutent les architectes.

Ce « troisième lieu », l'Atrium de l'université de Montpellier, sera animé de rencontres, imprégné de l’apprentissage informel et deviendra un lieu dédié à l’échange entre disciplines, communautés de chercheurs, étudiants et citoyens.

Les travaux débuteront en 2018 pour une livraison en 2020.
 

Fiche technique

Maître d’Ouvrage : Comue Languedoc-Roussillon Universités
Architecte mandataire : Scau Architecte associé Coste Architectures
BET Structures, Fluides, SSi, OPC OTEIS-BEFS BET HQE Transsolar
Economiste : Michel Frustié
Lumière : Concepto
Acoustique : Cabinet ConseilVincent Hedont
Audiovisuel : LM Ingénierie
Démolition : Ginger CEBTP Démolition

Programme

Learning center (salle de conférence, bibliothèque universitaire)
SU 15 000 m²
Coût 21 millions d'euros HT
Mission LOI MOP État Concours 2016, lauréat
Début des travaux à partir de 2018

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

LGV Montpellier-Perpignan : tracé validé dans les prochains jours

LGV Montpellier-Perpignan : tracé validé dans les prochains jours

Le secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, a annoncé jeudi 14 janvier qu’il approuverait dans « les tout prochains jours » le tracé de la future Ligne à grande vitesse (LGV) Montpellier-Perpignan. Il souhaite ainsi lever les inquiétudes des élus locaux qui craignent un report sine die du projet. En juin 2015, la Commission Européenne avait confirmé qu’elle financerait 50% du coût des études préalables au projet. Une enquête publique devrait être lancée à l’hiver 2016-2017.
GFC Construction livre sa première école BEPOS à Montpellier

GFC Construction livre sa première école BEPOS à Montpellier

Filiale de Bouygues Construction, GFC Construction, vient de livrer son premier bâtiment scolaire à énergie positive (BEPOS) pour la ville de Montpellier : le groupe scolaire Chengdu. Situé dans le quartier "Parc Marianne", cet établissement accueille depuis la rentrée 300 élèves de maternelle et classes élémentaires.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter