Le Circuit automobile de Flins ne verra pas le jour Collectivités territoriales | 03.12.09

Partager sur :
Le président UMP du conseil général des Yvelines, Alain Schmitz, a annoncé sur son site internet qu'il retirait le projet de circuit de Formule 1 à Flins-Les Mureaux (Yvelines). Il ne reste plus que deux dossiers en lice pour organiser le Grand Prix de France en 2011 : Val de France (Sarcelles-Val d'Oise) et Magny-Cours (Nièvre).
Le Conseil général des Yvelines a fait savoir mardi soir par le biais du site internet de son président, Alain Schmitz, que le projet de construction d'un circuit sur le site de Flins-Les Mureaux, était abandonné. « J'ai pris la décision de renoncer au circuit de Formule 1 après avoir reçu partisans et adversaires de ce circuit. J'ai bien senti que nous n'étions pas soutenus comme je l'avais souhaité(…). En revanche, notre but est atteint, c'est-à-dire, la pérennité de l'emploi sur la vallée de l'automobile et la création d'emplois nouveaux », a expliqué le dirigeant sur son site. Alain Schmitz a également affirmé que les terrains préemptés seront rétrocédés à la Safer (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural, ndlr). Celle-ci prévoit de consacrer ces terres à de l'agriculture biologique.

Ce projet, estimé à 112 millions d'euros, était situé sur des champs de captage d'eau potable et s'était heurté aux défenseurs de l'environnement. L'association « Flins sans circuit F1» dénonçait notamment les risques de pollution de la nappe phréatique, de pollution sonore et l'atteinte à la biodiversité présente sur ces terres. « Je suis ravie que le Conseil général ait pris cette décision responsable», a déclaré la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Chantal Jouanno, jugeant que d'un point de vue écologique, ce projet était « de toutes façons intenable ». « Cela montre, qu'aujourd'hui, dans les arbitrages gouvernementaux, l'environnement n'est plus la dernière variable d'ajustement, au contraire », a-t-elle estimé.

« Grenello-incompatible »

La secrétaire nationale des Verts Cécile Duflot s’est aussi réjouit « de l'abandon de ce projet absurde (...) à quelques jours de l'ouverture du sommet de Copenhague » et alors que « la planète fait face à une crise environnementale et économique sans précédent ». Selon elle, « la mobilisation de la population et des associations écologistes à laquelle Les Verts s'étaient joints dès le début a donc payé ». Les têtes de listes UMP et PS aux élections régionales, Valérie Pécresse et le président sortant Jean-Paul Huchon ont aussi commenté l’annonce. « Flins était jugé contraire au Grenelle, je ne pouvais donc pas le soutenir », a-t-elle dit. « Je veux faire en revanche de la vallée de la Seine une grande région pour la filière automobile, en reliant notamment le bassin de Flins avec le pôle de Saclay », a-t-elle poursuivi. De son côté, M. Huchon a rappelé dans un communiqué qu’ « avec l'abandon de ce projet, c'est toute l'éco-région Ile-de-France qui a fait un pas en avant », a-t-il estimé.

Il ne reste plus que deux dossiers en lice pour organiser le Grand Prix de France en 2011 : Val de France (Sarcelles-Val d'Oise) et Magny-Cours (Nièvre). Commentant les différentes pistes possibles pour organiser un Grand Prix de France de Formule 1 à l'avenir, Chantal Jouanno a estimé que la seule option « raisonnable » était celle consistant à réhabiliter le circuit Paul Ricard, situé au Castellet (Var). A suivre…

Bruno Poulard

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter