Le Contrat de performance énergétique, un outil viable pour rénover l’éclairage public Collectivités territoriales | 30.01.19

Partager sur :
Mis en place en 2009, le Contrat de performance énergétique (CPE) vise à « garantir dans la durée d’une amélioration de l’efficacité énergétique d’un bâtiment ou ensemble de bâtiments existants ». Une aubaine pour les collectivités, qui peuvent notamment s’appuyer sur cet outil pour réduire la consommation énergétique de leur éclairage public. Décryptage avec Séverine Champ, ingénieure éclairagiste chez Engie Ineo.
Selon une étude de l’Ademe, la France compterait plus de 4 millions de points lumineux consommant plus d’énergie que nécessaire. L’éclairage public représenterait ainsi 37% de la facture énergétique des collectivités territoriales.

Afin d’y remédier, le Grenelle de l’environnement a permis d’instaurer dès 2009 les Contrats de performance énergétique (CPE), qui s’apparentent à des partenariats entre maîtres d’ouvrage et opérateurs en vue d’améliorer l’efficacité énergétique d’un ou plusieurs bâtiments.

Pour Séverine Champ, ingénieure éclairagiste chez Engie Ineo, ce dispositif ne manque pas d’avantages pour les collectivités. « Le CPE permet en effet d’atteindre en fonction du patrimoine entre 40 et 80% d’économies d’énergie sur le périmètre reconstruit (remplacement, modernisation, rénovation des équipements) », indique la spécialiste.

« De plus, le CPE offre aux collectivités de véritables garanties de la part de l’entreprise qui réalise les travaux de rénovation. Il s’agit d’économies d’énergie bien sûr mais également d’un engagement sur les opérations de maintenance préventives ou curatives (taux de disponibilité, délai de dépannage) et les résultats globaux », poursuit-elle.

Des avantages qui ont déjà été éprouvés

Accompagnant les collectivités dès la conception du projet, Engie Ineo attache une importance capitale aux économies d’énergie réalisées, mais également au respect de la biodiversité. Comme le rappelle Séverine Champ, « près de 30% des vertébrés et 60% des invertébrés vivent partiellement ou totalement la nuit : la diffusion nocturne de la lumière artificielle a des conséquences importantes sur la faune et la flore ».

L’entreprise française est notamment intervenue à Niort (79) en juin 2018. L’objectif pour la ville, élue capitale française de la biodiversité il y a 6 ans : maîtriser les pollutions et les nuisances lumineuses. « Afin d’apporter une réponse au plus près des besoins, nous avons réalisé un diagnostic de terrain très précis qui nous a permis d’établir avec la ville les mesures à mettre en œuvre comme des scénarios de temporalité, assez inédits en France », explique Séverine Champ.

L’experte précise par ailleurs que le CPE éclairage public participe activement à l’émergence de la Smart City. « Les solutions de demain se dessinent et nous sommes pleinement engagés dans leur élaboration commune avec les villes que nous accompagnons. Aujourd’hui, l’avenir de l’éclairage public est lié à ‘’l’objet connecté’’ et donc à la smart city. L’éclairage connecté pourrait ainsi permettre par exemple d’utiliser le réseau pour faire remonter des données et alimenter d’autres objets urbains », estime l’ingénieure. Une autre bonne nouvelle pour les communes !

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Récylum recycle l’éclairage des écoles parisiennes

Récylum recycle l’éclairage des écoles parisiennes

Dans le cadre de son second contrat de performance énergétique pour 140 écoles, la Ville de Paris a confié le recyclage de 50 tonnes de matériels à l’éco-organisme Récylum. 9 000 luminaires et leurs 30 000 tubes fluorescents seront ainsi dépollués et recyclés à plus de 80% de leur poids. Ces travaux de rénovation énergétique répondent aux ambitions fixées par le Plan Climat Energie de Paris.
Lancement d’un plan de 3 Md€ pour la rénovation des bâtiments publics

Lancement d’un plan de 3 Md€ pour la rénovation des bâtiments publics

L’Etat, l’Ademe et la Banque des Territoires ont lancé, le 20 juillet dernier, un programme d’actions, sur la période 2018-2022, visant à accélérer la rénovation énergétique des bâtiments publics. Pour ce faire, les partenaires se proposent notamment d’accompagner la montée en compétences des collectivités en matière d’efficacité énergétique. Trois milliards d’euros seront mobilisés.
Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale »

Chaudières à 1€ : la Capeb dénonce une offre « outrageusement commerciale »

Dans un communiqué paru ce 1er février, la CAPEB annonce le lancement prochain d’une offre pour le remplacement des chaudières. Le syndicat professionnel regrette en effet ne pas avoir été consulté et associé au dispositif présenté par le Gouvernement. Face à l’inquiétude des artisans du bâtiment, la CAPEB a donc décidé d’agir. L’offre permettra aux entreprises de maintenir le lien avec leurs clients et de participer pleinement aux objectifs de rénovation énergétique.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter