Les infrastructures de transport pourront être financées par des PPP

Collectivités territoriales | 18.10.05
Partager sur :
 Les infrastructures de transport pourront être financées par des PPP - Batiweb
Le gouvernement a décidé de "recourir" aux partenariats publics-privés (PPP) dans le secteur des transports, a confirmé vendredi le ministre des Transports, Dominique Perben, après le comité interministériel d'aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT).
Dans la "continuité" du programme d'infrastructures décidé en décembre 2003 lors d'un précédent CIADT (ancienne dénomination du CIACT), le gouvernement a décidé de 94 projets principaux d'infrastructures ferroviaires, routières, fluviales, aéroportuaires et maritimes, a indiqué M. Perben au cours d'une conférence de presse.

Les ressources de l'Agence de financement des infrastructures de France (Afitf) ont par ailleurs été confirmées à l'occasion de ce CIACT, notamment le versement de 4 milliards d'euros issus de la privatisation des sociétés d'autoroutes, dont le gouvernement attend entre 12 et 14 milliards.

Une partie des projets d'infrastructures, au nombre de 21, seront susceptibles d'être financés par des PPP, comme la desserte ferroviaire de l'aéroport parisien de Roissy, la ligne à grande vitesse Aquitaine ou encore l'aéroport Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

Les PPP constituent un nouveau type de contrat permettant à des opérateurs privés de concevoir et de gérer des équipements publics en contrepartie d'un loyer versé par la puissance publique. Ils ont déjà été utilisés pour la construction et la maintenance d'hôpitaux et de prisons. Parmi ces projets de PPP figurent une bonne moitié de projets autoroutiers, qui utilisent la formule de la concession de service public, a encore précisé le ministère des Transports.

"Grâce à ces financements innovants et pour la première fois en France, trois lignes ferroviaires à grande vitesse seront engagées simultanément en 2006 (Perpignan-Figueras, le TGV Est européen et le TGV Rhin-Rhône)", a affirmé M. Perben.

Cet été, la décision de privatiser les sociétés d'autoroutes, dont les dividendes devaient initialement servir à financer l'Afitf, avait fait surgir de multiples interrogations sur la politique du gouvernement en matière d'infrastructures de transport.

Redacteur