PLU modifié pour la ville de Paris Collectivités territoriales | 04.07.16

Partager sur :
La Ville de Paris a adopté ce lundi une modification de son plan local d’urbanisme (PLU) qui va notamment permettre d'accélérer la transition énergétique, de développer la place de la nature en ville ou encore de faciliter la création de logements accessibles à tous. Anne Hidalgo espère ainsi faire de la capitale, une ville toujours plus « bienveillante, écologique et attractive ».
Il n’était pas question de « toucher aux fondamentaux » mais plutôt d’adapter le plan local d’urbanisme « aux priorités de la mandature ». Pendant deux ans, Jean-Louis Missaka, adjoint à la Maire de Paris, a coordonné et animé un important travail de concertation afin de modifier le PLU de la capitale.

Aujourd’hui, le Conseil de Paris a adopté cette modification qui va permettre « d’accélérer la mise en œuvre des priorités de la mandature : la transition énergétique et l’amélioration de la qualité de l’air, le développement de la place de la nature en ville et la création de logements accessibles à tous », précise un communiqué de la mairie de Paris.

Une ville plus « respirable »

Le PLU modifié prévoit notamment la suppression des obligations de construire un parking pour les logements, et ce afin de réduire les coûts de construction et la présence de véhicules en ville. Des normes maximales seront également fixées pour les bureaux.

Le stationnement des vélos sera favorisé puisque que 3% des surfaces constructibles leurs seront dédiés, contre 2,25% auparavant.

Par ailleurs, des espaces seront réservés à la logistique urbaine (ELU). Une soixantaine de localisation ont d’ores et déjà été identifiées. Elles serviront de trame « au nouveau paysage parisien de la logistique ».

Plus de 11 hectares supplémentaires seront protégés en tant qu’espaces verts, s’ajoutant aux 807 hectares déjà protégés, tandis que les toits-terrasses de plus de 100 m2 devront être végétalisés afin de « mieux lutter contre les ilots de chaleur et rafraîchir la ville ». 

Rappelons que Danielle Simmonnet (Font de Gauche) avait notamment demandé « une augmentation des espaces verts », en rappelant qu’un parisien bénéficiait de 5,8 m2 de verdure contre 10 m2 recommandés par l’OMS. 

La ville de Paris précise en outre que le nouvel article 15 du PLU reprend les objectifs fixés dans le Plan Climat Energie territorial. Il soutiendra les constructions sobres en énergie et soucieuses de l’origine des matériaux. Il évoquera également des sujets comme le traitement des eaux pluviales, la collecte des déchets, les performances énergétiques et environnementales des bâtiments, etc. 

« Ce PLU porte la vision d’une Ville toujours plus bienveillante, écologique et attractive, telle que nous la défendons et la mettons en œuvre chaque jour », a déclaré Anne Hidalgo devant le Conseil de Paris.

Le logement accessible pour tous

Au chapitre logement, le PLU propose un rééquilibrage entre l’est, où domine traditionnellement le logement, et l’ouest, plus fourni en bureaux. Les règles de densité restent inchangées, l’enjeu étant de faire évoluer les usages et de développer la construction pour produire davantage de logements accessibles à tous : libre, intermédiaire et social.

L’outil d’aménagement urbain prévoit ainsi que dans les quartiers « déficitaires » en logement social, 30% des parcelles dédiées au logement portent sur le logement social. Dans les arrondissements non déficitaires, ces 30% devront être dédiés au logement intermédiaire.

« Une Ville où la possibilité d’offrir à tous un logement décent est une priorité absolue : c’est un enjeu de dignité humaine, de cohésion sociale, mais c’est aussi un facteur de dynamisme, économique, démographique, culturel », a souligné Anne Hidalgo.

Enfin, le PLU modifié concerne également la cession de foncier, les nouvelles règles venant concrétiser « les accords conclus par la Ville avec l’Etat et des opérateurs publics tels que la SNCF » et ouvrant « la possibilité de créer des logements sociaux sur des terrains où cela était jusque là impossible ».

Saluée par les uns… jugée « insuffisante » par les autres

La modification du PLU a été approuvée par la majorité socialiste et communiste, et pour la première fois depuis 2001, par les écologistes bien qu’ils aient déclaré qu’ils n’hésiteraient pas « à bloquer certains chantiers ».

David Belliard, co-président du groupe EELV, a expliqué soutenir le plan « à cause des avancées et malgré des imperfections ». Les écologistes ont notamment salué le document qui demande des bâtiments moins gourmands en énergie, utilisant des matériaux recyclables, garde la construction d’équipements sportifs au sol ou sanctuarise des espaces.

Nicolas Bonnet-Oulaljd (PCF) a salué un plan « bien marqué à gauche » qui développe du logement social, avec 240 nouvelles réserves, et des équipements publics comme la possibilité d’ouvrir 5 000 nouvelles places de crèche au-delà de 2020. Jean-Bernard Bros (PRG) a lui salué un plan portant des « projets urbanistiques structurants ».

A droite, les partis ont dénoncé un plan qui privilégie le logement, et notamment le logement social, en oubliant les espaces verts. Nathalie Kosciusko-Morizet, cheffe du groupe LR, a ainsi dénoncé un plan « idéologique et dirigiste » qui « bétonne » et pour ce faire, « grignote ce qui pourrait être des espaces de respiration ».

L'UDI-MoDem a dénoncé un plan qui « réduit l'offre de logement intermédiaire de façon drastique », a indiqué le président du groupe Eric Azière.

R.C (Avec AFP)
Photo de une : © Fotolia
Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les architectes pourront construire des tours dans Paris

Les architectes pourront construire des tours dans Paris

Le Conseil municipal parisien a voté mardi une modification du plan local d'urbanisme (PLU) pour pouvoir construire des tours de grande hauteur, notamment dans le XIIIe arrondissement, une décision "historique" car le plafond de 37 mètres n'avait pas été modifié depuis 1977.
Tour Triangle : la justice valide le projet de construction

Tour Triangle : la justice valide le projet de construction

Après des années de controverses et de recours, la justice a statué ce lundi 6 mai sur le sort de la très contestée Tour Triangle : aux dernières nouvelles, cette dernière verra bien le jour. Le tribunal administratif a en effet validé le projet de construction après avoir estimé qu’il n’était pas entaché d’illégalité. La première pierre de l’édifice devrait donc être posée en 2020 pour une ouverture avant les Jeux Olympiques de 2024.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter