Effinergie+ et Bepos Effinergie accessibles aux bâtiments non résidentiels

Développement durable | 04.03.14
Partager sur :
Effinergie+ et Bepos Effinergie accessibles aux bâtiments non résidentiels  - Batiweb
Certivéa vient de signer une convention avec le collectif Effinergie afin d’être habilité à délivrer les plus hauts niveaux de labels de performance énergétique à tous les acteurs des bâtiments non résidentiels. Les bâtiments non résidentiels peuvent désormais attester de performances supérieures à la réglementation actuelle et ainsi afficher leur exemplarité.

Certivéa renforce son rôle d’accompagnateur du marché avec cette capacité désormais acquise à délivrer les plus hauts niveaux de labels de performance énergétique pour les bâtiments non résidentiels : « Effinergie + » et « Bepos Effinergie 2013 ». Ce label permet un gain d’au moins 20% par rapport à la RT 2012. Il reprend les exigences de « Effinergie + » et va plus loin pour se rapprocher des bâtiments à énergie positive, c’est-à-dire ceux qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

« Effinergie + » et « Bepos Effinergie 2013 » affichent ainsi un niveau de performance supérieur à la performance fixée par la Réglementation Thermique 2012. Ils permettent notamment de réduire les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre, de mettre en avant l’exemplarité de certains bâtiments non résidentiels en termes notamment de consommations énergétiques, d'obtenir des financements dans les régions où les programmes d’éco-conditionnalités mis en place le prévoient, et de préparer les acteurs à la future Réglementation Thermique de 2020.

Il a aussi pour but de rendre plus pérennes les investissements des acteurs engagés dans la réalisation de leurs bâtiments neufs et de faire attester de la performance atteinte par un organisme accrédité par le Comité français d’accréditation, le Cofrac1. Ces labels viennent compléter l’offre de labels de Haute Performance Energétique proposée par Certivéa et sont délivrés en association avec la certification NF HQE™ ou avec une certification allégée NF portant sur les qualités associées à la performance énergétique.

A noter : la demande de label peut être réalisée au moment de la conception du projet et jusqu’à 6 mois après la réception des travaux. L’obtention de ces labels ne sera ensuite effective qu’après des vérifications documentaires et un audit sur site en phase réalisation par un expert indépendant et impartial.

B.P

© adimas - Fotolia.com

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

Les labels de la RT 2012 très attendus par les professionnels - Batiweb

Les labels de la RT 2012 très attendus par les professionnels

Depuis l'application de la RT 2012 au 1er janvier 2013, l'absence de textes règlementaires définissant les labels de performance énergétique commence à peser sur la profession. Le collectif Effinergie a lancé un appel pour que l'État les publie et que les professionnels, freinés dans leurs projets, se manifestent. Cécile Duflot a affirmé qu'elle apporterait des réponses dans les prochains jours.
Performance énergétique : comment les entreprises ont anticipé la RT 2012 ? - Batiweb

Performance énergétique : comment les entreprises ont anticipé la RT 2012 ?

En 2011, à l'approche de l’entrée en vigueur de la réglementation thermique 2012, comment les entreprises de la construction ont commencé à anticiper la nouvelle réglementation en mettant en œuvre des prestations d’économie d’énergie ou d’eau dites « performantes », c’est-à-dire qui vont au-delà de ce qui est imposé par la réglementation thermique 2005 ? Une enquête du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie répond à cette question. Les détails.
La RT 2012 : « un échec, qu'il faut rapidement réviser » (Alain Lambert) - Batiweb

La RT 2012 : « un échec, qu'il faut rapidement réviser » (Alain Lambert)

A l'occasion d'un atelier débat portant sur le dispositif de la RT2012, le président de la commission consultative d'évaluation des normes, Alain Lambert, s'est exprimé en faveur d'une refonte du système. Selon lui, ce dispositif qui prévoit de réduire la consommation énergétique des bâtiments neufs à 50kWhEP par m2 et par an maximum, a eu l'effet inverse. Il souhaite désormais une simplification du texte, assorti d'une réglementation s'inscrivant dans la durée.
La RT 2012 se base sur un seuil de renouvellement de l'air insuffisant, selon l'ICEB - Batiweb

La RT 2012 se base sur un seuil de renouvellement de l'air insuffisant, selon l'ICEB

L'ICEB, institut pour la conception écoresponsable du bâti, préconise de tripler le débit de renouvellement de l'air dans les crèches et les écoles pour garantir la santé des enfants. Seulement voilà, en optant pour des débits plus élevés, la consommation énergétique augmente, avec le risque de ne plus être conforme avec la RT 2012. D'où la nécessité de développer des solutions innovantes pour la ventilation.