Énergies vertes : un Livre blanc pour interpeller les candidats à la présidentielle

Développement durable | 17.01.17
Partager sur :
Énergies vertes : un Livre blanc pour interpeller les candidats à la présidentielle - Batiweb
Alors que l’élection présidentielle approche à grands pas, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a récemment publié un livre blanc afin de sensibiliser les candidats quant à la nécessité d’accélérer le développement des énergies propres en France. Ce sont ainsi de nombreuses mesures et autres orientations stratégiques qui sont proposées à travers ce document d’une centaine de pages.
Toujours aussi impliqué dans le développement des énergies renouvelables, le SER a tenu à adresser un message aux candidats à la présidentielle à travers la publication, le 13 janvier dernier, d’un Livre blanc intitulé Énergies renouvelables : s’inscrire dans l’élan mondial.

Conçu conjointement par l’ensemble des adhérents du Syndicat, cet ouvrage fait le point sur les mesures à mettre en œuvre pour répondre aux objectifs environnementaux que s’est fixée la France. Si le SER reconnaît que des efforts ont été fournis depuis la publication de son dernier Livre blanc (2011), d’autres initiatives doivent encore être prises pour assurer le bon développement des EnR en France.

Toutes les filières concernées

Dans ce cadre, le Livre propose « treize orientations stratégiques et plusieurs dizaines de propositions opérationnelles », comme le précise Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables.

Parmi ces suggestions, le SER demande notamment à ce que le cadre réglementaire soit consolidé : « simplification des procédures administratives », amélioration des « conditions de raccordement des énergies renouvelables électriques au réseau », etc.

Par ailleurs, « le Syndicat des énergies renouvelables appelle à une coopération européenne industrielle », comme il le précise dans son Livre blanc, dans le but d’identifier les bons élèves en matière de développement de solutions propres. Ces dernières peuvent évidemment concerner l’ensemble de la filière.

Le Livre blanc rappelle ainsi l’importance de poursuivre le développement de l’éolien terrestre (qui a permis de raccorder 1 500 mégawatts en France en 2016), de « faire valoir les atouts de l’énergie solaire thermique », ou encore de « poursuivre l’essor de la filière » bois.

Le SER annonce également que l’ensemble des propositions formulées dans ce Livre blanc serait évoquées lors du colloque annuel organisé par l’organisme le 31 janvier prochain. À cette occasion, « le Syndicat des énergies renouvelables invite les principaux candidats à l’élection présidentielle à présenter, lors d’une table ronde dédiée, leur vision du rôle des énergies renouvelables dans le mix énergétique français pour les années qui viennent ». L’appel est lancé !

Le bâtiment au cœur de la stratégie du Syndicat des énergies renouvelables

« La construction est un vecteur important pour l’atteinte des objectifs d’efficacité énergétique et de développement des énergies renouvelables », déclare le SER. À partir de ce constat, rien d’étonnant à ce que l’organisme propose plusieurs mesures importantes pour permettre au secteur de réduire sa consommation d’énergie. Cinq mesures clés sont ainsi formulées :
- la fixation d’objectifs ambitieux pour les Bâtiments neufs à énergie positive (BEPOS), afin d’intégrer plus facilement des EnR dans l’ensemble des bâtiments neufs
- la mise à jour de la réglementation thermique en intégrant des technologiques qui ne sont, à ce jour, pas prises en compte
- la préparation d’un plan d’action visant à atteindre l’objectif d’un parc immobilier 100% rénové et répondant aux normes imposées par le label Bâtiment basse consommation d’ici à 2050
- l’intégration systématique de la création d’un conduit de fumée dans les travaux éligibles aux aides publiques
- la valorisation du Crédit d’Impôt transition énergétique réservé aux EnR
 

F.C
Photo de Une : ©Fotolia
Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables - Batiweb

18% de la consommation électrique française issue des énergies renouvelables

Nul doute que Ségolène Royal aura suivi la nouvelle avec attention, et que l’ex-ministre de l’Environnement sera ravie des résultats publiés ce 18 mai par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). L’organisme indique en effet que l’électricité renouvelable représentait 18% de la consommation électrique française au premier trimestre 2017. Un chiffre qui devrait encore progresser au vu des nouveaux raccordements prévus cette année.
Développement mondial sans précédent pour les énergies renouvelables - Batiweb

Développement mondial sans précédent pour les énergies renouvelables

S’il est un secteur qui connaît un boom retentissant, c’est bien celui des énergies renouvelables ! En effet, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) rapporte que les EnR devraient représenter 28% de la production d'électricité mondiale en 2021. L'organisme mise également sur un développement encore plus rapide que prévu, impulsé notamment grâce aux politiques menées en faveur des énergies vertes dans des pays jusque-là réticents. Décryptage.
L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ? - Batiweb

L’Europe, nouveau modèle pour la transition vers l’énergie propre ?

La Commission européenne a présenté le 30 novembre dernier un ensemble de mesures répondant à un objectif précis : assurer la compétitivité et l’exemplarité de l’Union européenne en termes de transition vers l’énergie propre. La révision de l’économie de l’UE, la création d’emplois en faveur de la croissance verte, ou encore la réduction des émissions de CO2 sont autant de propositions avancées par la Commission pour atteindre son but.
L’Assemblée se positionne en faveur de l’autoconsommation d’électricité - Batiweb

L’Assemblée se positionne en faveur de l’autoconsommation d’électricité

Espérant lutter contre les faiblesses françaises concernant l’autoconsommation électrique, l’Assemblé a validé mercredi dernier un projet de loi encourageant particuliers et professionnels à consommer l’énergie qu’ils produisent eux-mêmes. Une décision qui a mis d’accord l’ensemble des partis, à l’exception du Front de gauche, qui s’est abstenu.

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter