Façade bois vs façade ciment, laquelle émet le moins de CO2 ?

Développement durable | 03.06.16
Partager sur :
Façade bois vs façade ciment, laquelle émet le moins de CO2 ? - Batiweb
Les façades disposant d'un bardage en bois émettent jusqu'à 70 fois moins de CO2 qu'une façade en ciment, selon une analyse comparative dévoilée par l'association Le Commerce du Bois, à l'occasion du Carrefour International du Bois à Nantes. L'essence utilisée influe également sur les émissions de CO2. Détails.
Une façade bois émet entre 0,47 et 9 kg de CO2 équivalent par Unité Fonctionnelle (UF) contre 33 kg CO2 éq./UF pour une façade en ciment, selon les conclusions de la comparaison réalisée par Le Commerce du Bois, une association représentant trois familles professionnelles : Agents, Importateurs et raboteurs, et Négociants spécialisés regroupés sous le label Expert relais bois.

« Ces résultats confirment que les solutions bois proposées par les raboteurs industriels répondent aux enjeux actuels de l’écoconstruction. Le bois est une solution pour réduire l’impact climatique de nos constructions », se félicite Pierre Gautron, président du Commerce du Bois.

Pour arriver à de telles conclusions, l'association s'est appuyée sur les données de la Base INIES, de l’Institut Bauen und Umwelt e.V (IBU) et des Déclarations Environnementales FCBA.

Selon cette bibliographie, les émissions de CO2 varient également en fonction des produits bois : elles sont ainsi de 0,47 kg CO2 éq./UF pour un bardage feuillu, 3,2 kg CO2 éq./UF pour un bardage red cedar et 9 kg CO2 éq./UF pour un bardage sapin peint.

« L’essence influe donc sur les émissions. La finition (peinture, lasure, huile,…) joue également un rôle important », souligne l'association, précisant que « les raboteurs industriels innovent sur les compositions des produits et surtout sur les techniques d’application ».

Les produits de finitions à base d’eau, par exemple, grâce à une faible émission de composés volatils organiques, « respectent l’engagement écologique d’un bardage bois tout en apportant des garanties supplémentaires en matière de résistance aux intempéries et de durabilité », assure le Commerce du bois.

« Le savoir-faire des raboteurs industriels du Commerce du Bois est primordial pour proposer aux utilisateurs un bardage bois qui réponde à leur attentes : répondre aux exigences de l’écoconstruction, protéger contre les intempéries, résister aux chocs et satisfaire l’esthétique», explique Pierre Gautron.

Les différentes solutions proposées par les raboteurs industriels du Commerce du Bois sont recensées sur le site Expert Relais Bois.

C.T
© Fotolia

Redacteur
filter_list

Sur le même sujet

L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte - Batiweb

L’industrie cimentière s’engage pour la croissance verte

L’industrie cimentière a signé, lundi 12 février, un green deal pour la valorisation des déchets de bois issus du bâtiment. La filière confirme ainsi son engament pour une croissance verte, créatrice de richesses et d’emplois non-délocalisables. Pour rappel, d'ici 2020, les cimentiers veulent augmenter de 90% la quantité de déchets de bois utilisés pour produire du ciment par rapport à 2015.
Un béton « plus vert » grâce au graphène - Batiweb

Un béton « plus vert » grâce au graphène

Des experts de l’Université d’Exeter au Royaume-Uni ont développé un béton « plus vert » en utilisant du graphène. Baptisé GraphCrete, le nouveau matériau composite est deux fois plus fort et quatre fois plus résistant à l’eau que les bétons existants. Autre avantage : sa production aurait moins d’impact sur l’environnement. L’innovation pourrait ainsi venir révolutionner le secteur de la construction et contribuer au développement de villes plus durables. Précisions.