Fermer

Des panneaux solaires en toiture pour des villes plus durables

Dans son rapport annuel, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) souligne toute l’importance de trouver des sources d’énergie « vertes » dans les villes du monde. Une des préconisations consiste en l’installation de panneaux solaires sur les toits des bâtiments, une solution qui permettrait de fournir un tiers de la consommation électrique des villes d’ici à 2050 selon l’Agence.
Publié le 03 juin 2016

Partager : 

Des panneaux solaires en toiture pour des villes plus durables - Batiweb
L’AIE appelle à un changement dans les politiques actuelles afin que les engagements de la COP21 soient tenus. Ainsi, dans son rapport annuel daté du 1er juin, l’agence propose des solutions technologiques de long terme qui pourraient limiter la hausse de la température mondiale à 2°C.

L’Agence prend notamment l’exemple des villes où il est devenu « crucial » de trouver des sources d’énergie « vertes ». En effet, les villes « abritent environ la moitié de la population mondiale mais représentent près des deux tiers de la demande totale d’énergie et 70% des émissions de carbone du secteur de l’énergie », a indiqué Fatih Birol, Directeur exécutif de l'AIE lors de la présentation du rapport.

En pleine expansion, elles seront à l’origine des deux tiers de la croissance de la consommation mondiale d’énergie d’ici 2050, une demande croissante qui « causera un doublement des émissions de CO2 des centres urbains à cette date ».

Déployer des technologies durables

Pour y remédier, l’AIE préconise le déploiement de technologies « plus efficaces » et plus durables aussi bien pour les bâtiments que pour les réseaux de transports.

Selon l’Agence basée à Paris et bras énergétique de l’OCDE, une solution rentable serait d’installer des panneaux solaires sur les toits des bâtiments, une mesure qui pourrait permettre de fournir un tiers de la consommation électrique des villes d'ici à 2050.

« Les villes sont les bancs d’essai idéals pour le développement de nouvelles technologies », a ainsi déclaré M. Birol.

Mais si les ambitions environnementales sont bien réelles et que les objectifs de la COP21 sont « réalisables », l’AIE note une certaine lenteur dans le développement des énergies « propres ».

Ainsi malgré des avancées « encourageantes » notamment dans les filières du photovoltaïque et de l’éolien, « les progrès sont encore trop lents », a déploré Fatih Birol.

« Ces progrès doivent être accélérés afin d’éviter que les prix bas des combustibles fossiles deviennent un obstacle à la transition énergétique », a-t-il conclu.

R.C
Photo de une : ©Fotolia
Par Redacteur

Sur le même sujet

bloqueur de pub détecté sur votre navigateur

Les articles et les contenus de Batiweb sont rédigés par des journalistes et rédacteurs spécialisés. La publicité est une source de revenus essentielle pour nous permettre de vous proposer du contenu de qualité et accessible gratuitement. Merci pour votre compréhension.