HLM en bois et paille : le plus haut de France inauguré dans les Vosges Développement durable | 13.01.14

Partager sur :
Limitées habituellement à trois ou quatre étages, les constructions en bois et en paille atteignent de nouveaux sommets. Le bailleur Toit vosgien vient d'inaugurer ce vendredi 10 janvier la résidence Jules Ferry, un HLM haut de huit étages dans les Vosges. Une première pour ce type de bâtiment en faveur du développement durable.

Saint-Dié-des-Vosges peut être fier de son nouveau HLM, inauguré en grande pompe vendredi 10 janvier. Conçue par le bailleur Toit vosgien, la résidence Jules Ferry est une première en France. Haute de huit étages, elle est composée d'une structure en bois et en paille, des matériaux habituellement réservés à des constructions basses, de « trois ou quatre étages maximum », soulignait le directeur du Toit vosgien, Jean Marc Gremmel, à l'occasion de la présentation du projet en juillet 2013.

Pour ce double bâtiment labellisé « éco-construction », le chantier n'aura duré que 12 mois environ. Cette rapidité d'exécution s'explique par la structure même de ce HLM, constituée de 700 caissons en bois, préfabriqués puis empilés pour constituer les façades.

À l'intérieur de ces caissons, la paille – 10 ha ont été utilisés au total – est enfermée hermétiquement. Une construction « économique » selon les constructeurs, qui vantent dans leur dossier de présentation « un meilleur comportement sismique » du matériau, qui « conserve toute sa résistance mécanique en cas d'incendie ».

Des logements éco-construits à moins de 5 euros le mètre carré

Ces parois d'isolation en bois et paille de 40 cm d'épaisseur, moins chères que les solutions d'isolation en fibres de cellulose, sont conçues pour faire faire aussi des économies aux futurs locataires de l'immeuble. Les parois extérieures en fibres végétales (bois et paille) permettent une libre migration de la vapeur d'eau et une régulation hygro-dynamique naturelle du bâtiment.

Les structures en panneau de bois massif d’épicéa contrecollé, qui constituent l’enveloppe et les planchers du projet, apportent une réduction des besoins énergétiques à la source en garantissant une meilleure étanchéité de l'air. Sans compter les différentes installations en faveur du développement durable : capteurs solaires thermiques en toiture, pompe à chaleur, VMC double flux collective et récupérateur de chaleur sur les eaux usées. Résultat : le bailleur peut proposer des logements à moins de 5 euros le mètre carré et les locataires font des économies sur leurs charges.


En France, on estime le nombre de maisons en paille à 3000, dont 700 bâtiments. L'une des premières maisons en paille construites en France est la maison Feuillette, conçue en 1920 par l'ingénieur Émile Feuillette.

C.T

Redacteur

filter_list Sur le même sujet

Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois - Batiweb

Les Pays de la Loire toujours plus impliqués dans la construction bois

Véritable enjeu de la transition énergétique du bâtiment, la réduction des émissions carbone donne bien du fil à retordre aux acteurs concernés. Et si, finalement, la construction bois était la solution à ce problème ? Une question que s’est posée l’association Adivbois, à l’initiative d’un Appel à manifestation d’intérêt dans le cadre duquel 3 sites ont été retenus en Pays de la Loire pour accueillir des « Immeubles à vivre bois ». Les détails.
Certification CTB-B+ : Protac, une entreprise toujours plus engagée - Batiweb

Certification CTB-B+ : Protac, une entreprise toujours plus engagée

Créée en 1995 à Lamballe, Protac, entreprise du Groupe Rose, spécialiste de la construction bois, s’est très vite engagée dans la recherche constante de procédés de fabrication qualitatifs. Tant et si bien que la société a été l’une des premières à être distinguée de la certification CTB-B+. Délivrée par l’Institut FCBA, cette dernière souligne l’efficacité des traitements appliqués au bois, assurant leur durabilité.
Initiative collective pour sensibiliser à l’usage des matériaux biosourcés - Batiweb

Initiative collective pour sensibiliser à l’usage des matériaux biosourcés

L’Ordre des architectes d’Île-de-France, la Chambre d’Agriculture d’Île-de-France et l’Association des industriels de la construction biosourcée, ont lancé en septembre dernier un « comité de liaison » des matériaux biosourcés. L’objectif : sensibiliser les pouvoirs publics, la maîtrise d’ouvrage et les acteurs de la construction à ces matériaux biosourcés, et les accompagner pour qu’ils les intègrent dans leurs projets. Une première « Matinale » de sensibilisation a eu lieu le 18 octobre au Récollets à Paris, et a réuni près de 200 personnes.
Massification de la rénovation des logements, qui va la faire ? - Batiweb

Massification de la rénovation des logements, qui va la faire ?

La semaine européenne du développement durable est un rendez-vous qui permet de faire le point sur les actions entreprises, sur les engagements tenus, ou non tenus, et sur la préparation des prochaines étapes vers une planète propre. Les logements tiennent une place importante dans le mauvais bilan de l’empreinte en GES du bâtiment. L’objectif est donc d’engager tous les acteurs à se mobiliser en faveur de logements plus vertueux. Mais qui va réellement agir ?

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus

Accepter